Test de Continuum : que vaut le Display Dock de Microsoft ?



Sur le marché des smartphones, Microsoft peine à s'imposer face à Google et Apple. Avec Windows 10 Mobile, la firme de Redmond compte toutefois se différencier en proposant un écosystème multiplateforme. A cet effet, la société a sorti le Display Dock permettant de connecter son smartphone à un écran externe afin de transformer l'interface et obtenir une ergonomie proche de celle du PC. Quelles sont donc les possibilités offertes par la fonctionnalité Continuum ?

Microsoft s'attaque à la convergence


Comment marier un système pour ordinateur à un autre pensé pour le mobile ? Chacun a sa petite idée. Chez Apple, les fonctionnalités Continuity (Continuité) et Handoff permettent d'obtenir des notifications sur l'ensemble de ses appareils rattachés au même compte iCloud et de commencer une action sur un appareil pour la terminer sur un autre.

De son côté, Google tente de mixer Chrome OS et Android. Quelques applications mobiles peuvent venir s'inviter sur les Chromebook, mais Google aurait dans les cartons un nouveau système combinant ces deux environnements.

D'autres sont allés plus loin et plusieurs concepts de convergence ont été menés à bien. On se souvient par exemple d'Ubuntu pour Android. Canonical avait pour ambition de préinstaller son système chez plusieurs constructeurs partenaires de Google. Lorsque le smartphone Android était connecté en HDMI à un écran externe, l'utilisateur retrouvait Ubuntu ainsi que ses données personnelles configurées au sein des applications du système. Depuis un peu plus d'un an, l'éditeur souhaite désormais harmoniser Ubuntu et Ubuntu Phone.

C'est précisément cette vision que Microsoft a voulu mettre en place avec la fonctionnalité Continuum. A ce jour, c'est d'ailleurs la solution la plus aboutie. Mais que vaut-elle réellement?



La station d'accueil Display Dock


Le Display Dock propose donc de relier son smartphone équipé de Windows 10 Mobile à un écran externe afin de bénéficier de la fonctionnalité Continuum. Ce petit boitier carré et aux angles arrondis mesure 6,4 cm de côté pour 2,5 cm d'épaisseur. Le châssis en aluminium procure une impression de qualité. Sur la partie inférieure, une surface caoutchouteuse assure une bonne stabilité. L'appareil ne bouge pas en cours d'utilisation.

Le Display Dock embarque deux connecteurs USB-C, l'un pour charger son smartphone, l'autre pour le connecter au système via DisplayPort. Mais nous retrouvons également une sortie HDMI, une sortie DisplayPort dédiée ainsi que trois ports USB pour y brancher des périphériques, comme un clavier ou une souris (également compatible Bluetooth) mais aussi une masse de stockage. Et si vous ne disposez pas d'écran, vous serez toujours en mesure de balader le curseur de votre souris... sur le smartphone !

Quelle configuration minimale ?

Pour utiliser Continuum, il faudra déjà posséder un smartphone compatible. Microsoft explique effectivement que cette fonctionnalité n'est disponible que pour les terminaux dotés des puces Snapdragon 808 (MSM8992), Snapdragon 810 (MSM8994) et Snapdragon 617 (MSM8952). A l'heure où nous écrivons ces lignes, en France, Continuum n'est donc proposé que sur les Lumia 950 et 950 XL.

Rappelons que 2 Go de mémoire vive et une dalle 720p font également partie des recommandations minimales pour utiliser Continuum, mais un écran Full HD et 3 Go de RAM sont conseillés sur le site officiel de Microsoft.

Display Dock


Un arrière-goût de Windows RT ?


Plutôt que de transformer véritablement son smartphone en PC, Continuum est donc davantage une extension à ce dernier. Lors de la prise en main, quelques réminiscences de Windows RT ont inévitablement fait leur apparition.

Avec Windows RT, Microsoft entretenait une certaine confusion sur la nature des applications disponibles. Optimisé pour les architectures ARM, le système n'était pas en mesure d'accueillir les logiciels traditionnels compilés pour les puces x86. Microsoft livrait par défaut Office et Internet Explorer ainsi qu'une plate-forme de téléchargements relativement pauvre. Avec Continuum, Microsoft livre aussi Office et son navigateur Edge, mais la société indique clairement que les applications proviennent du Windows Store. Toutefois une certaine confusion règne en ce qui concerne leur compatibilité. En tout cas, il ne faudra pas s'attendre à un écosystème florissant rapidement.

Une fois relié à l'écran externe - et le cas échéant, sélectionné la bonne source - une interface très proche de celle de Windows 10 sur PC apparaît. Nous retrouvons une barre des tâches, un menu Démarrer et même un centre de notifications. Au sein des paramètres, il sera possible de personnaliser l'affichage avec une image de fond d'écran et un thème coloré différents de ceux configurés sur le smartphone. Mais hormis afficher votre image favorite, le bureau ne sert pas à grand-chose en soi. Il n'est pas possible d'y placer des raccourcis pointant vers des dossiers ou des documents. Un clic-droit n'affiche en outre aucune action.

Display Dock


Le menu Démarrer de Continuum reprend l'agencement de l'écran d'accueil du smartphone. Nous y retrouvons donc toutes les tuiles configurées à leur place ainsi que la liste des applications installées sur le terminal. De son côté, le centre de notification s'ouvre sous la forme d'un panneau latéral positionné sur la droite. On y retrouve les raccourcis configurés sur le téléphone pour activer le mode avion, allumer la lampe torche, couper le réseau mobile... Néanmoins, leur usage est un peu confus à cause d'un manque de cohérence. Ainsi par exemple, en cliquant sur Paramètres, c'est la version universelle qui s'affiche sur l'écran externe, en revanche, le raccourci pointant vers l'appareil photo n'ouvrira l'application Camera que sur le smartphone, même si elle est, elle aussi, universelle.

A l'instar des débuts de l'environnement de Modern UI/Metro, les applications s'ouvrent en plein écran. Il ne sera donc par exemple pas possible de rédiger un texte tout en surfant sur Internet avec deux fenêtres côte-à-côte. Microsoft a transposé quelques-uns de ses raccourcis comme Win+E pour ouvrir l'explorateur de fichiers, Win+C pour Cortana, Win+P pour les paramètres ou ALT+TAB pour passer d'une application en cours d'exécution à l'autre (des icônes de raccourcis seront également disponibles dans la barre des tâches).

Display Dock


Sur le Lumia 950, l'application mobile Continuum s'ouvre automatiquement. Elle permet de prendre le contrôle de ce nouvel affichage en proposant un pavé tactile pour balader le curseur et un clavier virtuel lorsqu'il est nécessaire de saisir un texte. Toutefois, il sera bien évidemment plus agréable de brancher des périphériques en USB ou en Bluetooth. Il est intéressant de rappeler que la saisie d'un texte sera plus agréable sur un écran externe plutôt que sur une télévision dont le taux de rafraîchissement pourra être altéré par diverses technologies censées fluidifier l'affichage et se traduisant donc par certains lags au fur et à mesure de la frappe.

Mais le Display Dock ne se contente donc pas d'effectuer du mirroring, ni ne transforme le smartphone en simple télécommande. Il sera par exemple possible de regarder une vidéo sur YouTube sur l'écran externe via Edge, tout en quittant le mode de contrôle sur le smartphone et ouvrir une autre application.

Continuum
Continuum
Continuum
Continuum


Les applications universelles encore rares


Sur le marché des smartphones, le nerf de la guerre réside dans les applications mobiles. Depuis des années, Microsoft tente de faire grossir son écosystème et avec Windows 10 Mobile, la société parie sur des applications universelles. En théorie, une même application pour Windows 10 sera compatible d'emblée avec Windows 10 Mobile. Celles-ci disposent en effet d'un agencement de type responsive en arborant des interfaces optimisées pour les smartphones, les PC ou les tablettes.

Avec le Dock Station de Microsoft, il ne sera donc possible d'interagir qu'avec ces applications universelles présentes sur le smartphone. Seul problème, comme à chaque fois, la firme de Redmond ne semble pas avoir su convaincre les éditeurs.

Display Dock
Display Dock

Les applications non compatibles sont grisées


Bien entendu, les principales applications de Microsoft ont été pensées pour fonctionner avec Continuum, c'est le cas de l'explorateur de fichiers, Cartes, Groove Musique, Outlook, la messagerie, les applications Office, Cortana, Camera, Météo, Edge, Photos, Actualités ou OneDrive. Il sera même possible de composer un numéro de téléphone directement depuis l'écran externe.

Cependant, plusieurs titres ne sont pas encore optimisés : ils sont grisés dans la liste complète des applications du menu Démarrer. C'est par exemple le cas de Skype, mais Microsoft a divisé ses fonctionnalités au sein des applications Messages et Vidéo Skype. Pour cette dernière, la caméra frontale du smartphone sert de Webcam. Xbox n'est pas encore compatible, ni Podcast, ni Lumia Studio Créatif.

Display Dock


Plusieurs éditeurs tiers n'ont pas encore mis à jour leurs titres, bien qu'ils soient particulièrement populaires. Facebook, Flipboard, Amazon, Spotify, Twitter, Instagram ou encore, Evernote et WhatsApp ne s'afficheront pas sur l'écran externe. Un message laisse supposer que Microsoft travaille avec ces éditeurs et se contente de pointer sur une recherche pré-remplie sur Bing pour trouver d'autres titres optimisés.

A l'usage, un seul usage


Au regard de l'écosystème compatible encore limité, c'est donc sans surprise dans le domaine de la bureautique que Continuum montre ses forces. Les applications d'Office ne présentent certes pas l'intégralité des fonctionnalités d'édition disponibles au sein des versions classiques, mais elles suffiront à mettre en page la plupart des documents.

Word, Excel, PowerPoint ou OneNote fonctionnent effectivement très bien et, lorsqu'il se sera identifié à son compte Microsoft, l'utilisateur retrouvera d'emblée ses documents stockés dans OneDrive ou directement dans la mémoire du téléphone. Notons par ailleurs la possibilité de connecter une clé USB à la station d'accueil pour retrouver d'emblée son contenu au sein de l'explorateur de fichiers.

Le client mail Outlook ainsi que le calendrier offrent une très bonne ergonomie. Microsoft y inclut tous les paramètres disponibles sur le smartphone - comme le fait d'ajouter un compte ou de changer de thème graphique.

Continuum


Le navigateur Edge, en revanche, nous laisse perplexes. Les sites s'affichent bien entendu dans leur version classique et non mobile, mais le défilement des pages peut être chaotique. Il faudra le plus souvent laisser la page charger intégralement avant de pouvoir effectuer un défilement sans accroc à la souris. Le surf n'est donc pas des plus agréables et les adeptes de jeux et/ou de contenus en Flash passeront leur chemin : le lecteur n'est pas disponible. Bien sûr, il n'est pas possible d'installer Chrome ou Firefox. Le contrôle de la page, via le trackpad créé par l'application Continuum sur le smartphone, ne pose en revanche aucun problème même si les opérations de zoom par pincements ne fonctionnent pas.

Conclusion


Avec son Dock Station, Microsoft concrétise sa vision d'un OS multiplateforme et démontre l'intérêt d'un écosystème d'applications universelles. Avec Continuum, l'expérience est globalement agréable et c'est particulièrement vrai pour les titres de la suite Office, pour Actualités ou Vidéo Skype.

Pour 99 euros, hormis un usage bureautique, l'appareil saura aussi afficher sur grand écran vos photos, vos visioconférences, vos vidéos de YouTube, votre musique de Groove ou vos sites favoris. Pour ce premier coup d'essai, le résultat est quand même pas mal. Dock Station est donc une extension qui pourrait s'avérer plutôt pratique si vous ne disposez que d'une TV à la maison puisque ses possibilités sont plus avancées qu'un Chromecast par exemple.

Mais à l'heure actuelle, l'écosystème des applications universelles reste relativement pauvre et pour peu que vous ayez des usages un brin spécifiques, Dock Station ne remplacera pas votre PC. D'ailleurs, l'interface n'est pas pensée pour un usage multitâche. Une fois de plus pour Microsoft, la balle est dans le camp des éditeurs.
Modifié le 29/01/2016 à 15h13
Commentaires