SugarSync : le concurrent de Dropbox lancé en France

25 octobre 2011 à 15h19
0
SugarSync, le service de stockage en ligne, a aujourd'hui procédé à deux annonces étroitement liées : le lancement de son service en langue française, accessible au grand public, et son intégration à la nouvelle solution « le cloud pro », réservée aux clients professionnels d'Orange. L'occasion de (re)découvrir ce service.

04699474-photo-logo-sugarsync.jpg

Difficile de ne pas comparer un service de cloud storage à Dropbox, pionnier et mètre étalon du genre, de l'aveu même d'un représentant de SugarSync, pour qui il servait systématiquement de point de référence lors d'une présentation.

Face à l'extrême simplicité de son rival, SugarSync se différencie principalement par une plus grande polyvalence et une plus grande flexibilité, qui requièrent en contrepartie un logiciel plus fouillé.

Une plus grande granularité

Si Dropbox s'articule exclusivement autour du dossier My Dropbox (littéralement « Ma boîte de dépôt ») et ne requiert par conséquent aucune configuration (à moins d'une synchronisation sélective), SugarSync repose sur un gestionnaire. Celui-ci permet de sélectionner quels répertoires stocker en ligne, mais aussi et surtout lesquels synchroniser avec d'autres ordinateurs.

Ce petit cran supplémentaire de granularité décuple les possibilités. L'utilisateur peut par exemple synchroniser le bureau entre tous ses ordinateurs (quelque soit leur OS), ses documents professionnels seulement avec ceux qu'il utilise pour travailler, et se contenter de sauvegarder en ligne les photos de son ordinateur personnel. Il peut également synchroniser les préférences de certaines applications, dès lors qu'elles sont stockées sous forme de fichier (et non dans la base de registres par exemple).

Un dossier « Mallette magique », systématiquement synchronisé à l'instar du dossier My Dropbox, est néanmoins préconfiguré.

0151000004699476-photo-gestionnaire-sugarsync.jpg
00EF000004699478-photo-gestionnaire-sugarsync.jpg

Des données accessibles de partout, sauf de Linux

Pour les dossiers qui ne sont pas synchronisés avec l'ordinateur ou seulement stockés en ligne, un gestionnaire de fichiers ou une interface Web permettent d'y accéder de n'importe quel ordinateur. Le client est disponible pour Windows et Mac OS, mais malheureusement pas pour Linux, contrairement à Dropbox. Des applications mobiles pour iOS, Android, BlackBerry OS et Symbian sont également disponibles, permettant l'ouverture voire l'édition de fichiers, et pour certaines le streaming de musique et/ou l'envoi automatique des photos.

0166000004699480-photo-interface-web-sugarsync.jpg

On retrouve par ailleurs les fonctionnalités de partage habituelles, sous la forme d'un lien public ou privé à transmettre à n'importe quel correspondant, ou sous la forme d'un dossier partagé avec un ou plusieurs autres utilisateurs du service. SugarSync se démarque à nouveau de Dropbox en n'impactant que l'espace de stockage du propriétaire du partage, ce qui permet par exemple de partager une grande quantité de données avec le détenteur d'un compte gratuit.

Ces données sont d'ailleurs transmises chiffrées en SSL sur 128 bits et stockées telles quelles.

000000F004699482-photo-sugarsync-pour-ios.jpg
0000011804699484-photo-sugarsync-pour-android.jpg

SugarSync se démarque enfin par une politique tarifaire plus agressive que celle de Dropbox. 5 Go sont gratuits (contre 2 Go), 30, 60, 100, 250 et 500 Go étant facturés respectivement 50, 100, 150, 250 et 400 dollars/an. Dropbox facture 50 dollars de plus pour 100 Go et ne va pas au-delà. Le parrainage d'un nouvel utilisateur gratuit rapporte 500 Mo à chacun (contre moitié moins), celui d'un utilisateur payant 10 Go.

La version française de SugarSync sera lancée demain, tout comme la solution « le cloud pro » d'Orange, dont le pan stockage en ligne est facturé au même prix mais inclut un support en français assuré par le FAI.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
Un démantèlement des GAFA ?
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top