RGPD : Brave accuse 27 pays Européens de ne pas se donner les moyens d'agir pour la vie privée

28 avril 2020 à 11h24
0
data privacy protection des données rgpd clubic fotolia

Brave dénonce le manque de moyens humains et financiers nécessaires à la protection des données en Europe.

Rapport à l'appui, le navigateur Internet, qui prend régulièrement position à l'encontre des pratiques de Google, dénonce aujourd'hui les faibles dotations faites aux agences de protection des données nationales, et leur incapacité à pouvoir appliquer le Règlement général sur la protection des données.


Brave prêt à déférer devant la Cour de justice

Le navigateur web Brave a déposé une une plainte, lundi 27 avril, auprès de la Commission européenne. La société accuse les États membres de ne pas doter suffisamment leur autorité respective de protection des données personnelles.

Brave demande à la Commission de lancer une procédure d'infraction envers les gouvernements des 27... Voire de les déférer devant la Cour de justice de l'Union européenne si nécessaire.

La requête s'appuie sur l'article 52 du RGPD, selon lequel « Chaque État membre veille à ce que chaque autorité de contrôle dispose des ressources humaines, techniques et financières ainsi que des locaux et de l'infrastructure nécessaires à l'exercice effectif de ses missions et de ses pouvoirs, y compris lorsque celle-ci doit agir dans le cadre de l'assistance mutuelle, de la coopération et de la participation au comité ».


Les mains liées face aux GAFA ?

Pour appuyer son action, Brave a publié un rapport. Son objet : présenter les limites techniques et budgétaires auxquelles font faces les agences nationales de protection des données personnelles (en France, la CNIL) pour appliquer le RGPD.

D'après le rapport, la moitié des agences de protection des données personnelles européennes sont pourvues d'un budget inférieur à 5 millions d'euros. Par ailleurs, seulement cinq agences nationales emploient plus de dix « spécialistes tech ».

« Près d'un tiers des spécialistes tech européens travaillent pour un Länder allemand ou pour l'agence fédérale de protection des données personnelles » souligne le rapport de Brave. « Tous les autres pays européens sont loin derrière l'Allemagne ».

Autre aspect inquiétant du rapport : le cas de l'Irlande, qui abrite les sièges européens des grands groupes tech comme Facebook et Google. Alors que la Commission de protection des données irlandaise reçoit de plus en plus de plaintes à traiter, son budget et ses effectifs n'ont pas suivi l'augmentation de son activité.



« Les responsables européens de l'application du RGPD n'ont pas la capacité d'enquêter sur les grands groupes tech », conclut le rapport.

Sources : TechCrunch, Brave
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers actualités

Le smartphone Google Pixel 6a est en nette baisse sur Amazon
Entre le rachat de Twitter et son X App : quels sont vraiment les projets d'Elon Musk ?
Benchmark : 3DMark ajoute un nouveau test pour le XeSS d'Intel
Intel Arc A750 et A770 : faut-il les acheter ? Que disent les premiers tests ?
Conférence Google Pixel : smartphone, montre intelligente, à quoi s'attendre (et comment la regarder) ?
Lancez-vous dans la maison connectée avec ce pack Echo Dot 3 + prise connectée à -51%
Comment Spotify compte chasser la désinformation de ses podcasts
Photo, vidéo, GIF : vous pouvez maintenant mettre tout ça dans un même tweet !
Découvrez le prix incroyable de ce casque RF Sony conçu spécialement pour la TV
Cette réduction de -82% sur la licence longue durée de Surfshark VPN est immanquable !
Haut de page