OVH et Atos veulent un espace Schengen des données en Europe

15 avril 2014 à 12h56
0
Missionnés par le gouvernement en 2013 pour promouvoir les acteurs français du cloud, Thierry Breton (Atos) et Octave Klaba (OVH) ont rendu leur rapport dans lequel ils appellent à un label européen.

010E000007304236-photo-cloud-europe.jpg
La piste d'un cloud européen suit son cours. Dans leur rapport remis au Premier ministre manuel Valls et consulté par Les Echos, Thierry Breton et Octave Klaba, PDG d'Atos et d'OVH, appellent à l'élaboration d'un cadre réglementaire entourant le cloud computing en Europe. L'enjeu est de bâtir une alternative aux géants américains emmenés par Amazon, Google ou Microsoft.

« En 2013, plus des trois quarts des serveurs sont nord-américains. Développer la filière du cloud français et européen, c'est renforcer notre souveraineté numérique et la compétitivité de nos PME », pointait déjà du doigt le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, fin 2013, dans son rapport sur la Nouvelle France industrielle (.pdf). Suite à cela, Thierry Breton et Octave Klaba avaient été mandatés sur cette mission de promotion des acteurs français du cloud.

Parmi les dix propositions formulées par le duo, on retiendra la création d'un label « Secure Cloud » englobant tous les services de cloud respectant un ensemble de normes en matière de qualité de service, comme la sécurité, la disponibilité et la localisation des données dans les datacenters. L'idée est de créer une sorte d'espace de Schengen des données en Europe, en commençant en premier lieu avec l'Allemagne.

« Dans la mesure où il y a peu de chances qu'un consensus émerge entre les 28 Etats, le rapport conseille donc à la France et à l'Allemagne de prendre l'initiative réglementaire et de développer un espace que pourraient ensuite rejoindre progressivement les autres Etats », rapporte le quotidien. Parmi les autres volets du rapport, est préconisée une aide de la BPI afin d'attirer les centres de données en France.

Numergy veut aussi un label

En juin 2013, le prestataire de cloud français Numergy et le belge Belgacom, rejoints cette année par le néerlandais KPN et Portugal Telecom, posaient de leur côté les premières pierres d'un cloud européen.

Baptisée Cloud Team Alliance, cette initiative est vue par Numergy comme « une première étape dans la constitution d'une alliance commerciale reposant sur un réseau et des moyens européens destinés à constituer une véritable alternative européenne aux offres d'acteurs américains ou asiatiques ».

Philipe Tavernier, son PDG, nous expliquait en février que des négociations avec Bruxelles étaient en cours mais avançaient lentement. A priori différent du projet emmené par Atos et OVH, celui de Numergy a pour objectif « de créer un ensemble de normes, de certifications et de garanties (juridique, protection des données, SLA...) que devront respecter les acteurs du cloud pour vendre leurs services en Europe ».


A lire également :


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Twitter accepte de fermer certains comptes d'utilisateurs en Turquie
Le CSA souhaite étendre son pouvoir sur les services vidéo sur Internet
VTC : Un tribunal de Bruxelles juge le service UberPOP illégal
Gramofon : le routeur social et musical
Codec DTS, HDMI CEC : Bouygues déploie une mise à jour de sa Bbox Sensation
Référencement : Google pourrait favoriser les sites adeptes du chiffrement
American Airlines et US Airways : mésaventures en série sur Twitter
LaCie admet que des informations sur ses clients ont été dérobées via son site
Mozilla choisit son nouveau PDG par interim
Les ventes de DVD, de Blu-ray et les films français chutent
Haut de page