BlackBerry 10 : de nouvelles opportunités pour les développeurs

27 septembre 2012 à 08h05
0
BlackBerry 10, le nouvel OS dévoilé par Research In Motion à l'occasion du sommet BlackBerry Jam, sera-t-il suffisant pour faire face à la concurrence d'iOS, d'Android ou de Windows Phone ? Seule l'évolution du marché sera en mesure de répondre à cette question. En attendant les développeurs semblent accueillir ce changement à bras ouverts.

Interrogé par nos soins, Adam Stanley, chargée de superviser la communauté des développeurs chez RIM explique que les retours ont été très positifs. La société a organisé différents hackathons au cours desquels les développeurs ont déjà soumis plusieurs applications s'inscrivant au sein de la nouvelle interface proposée par BlackBerry 10. Les retours négatifs émaneraient davantage de la communauté Java et le plugin pour l'environnement de développement Eclipse a été publié en open source sur le répertoire de GitHub.

0190000005426995-photo-dev-tool-blackberry.jpg


Les développeurs ont le choix entre produire des applications natives avec le Blackberry NDK (C, C++) ou le framework Cascades (C++, Qt) ou des applications hybrides en HTML5 avec WebWorks. « Ce sont les deux principales approches », explique M. Stanley en ajoutant qu'en Amérique Latine la communauté utilisant Adobe Air (ActionScript) est également très développée. A contrario, « en Russie, nos développeurs ont 20 ans d'expérience avec QNX », nous explique-t-on.

C'est précisément la variété des outils mis à disposition par RIM qui a su convaincre la communauté. John Pinkerton, développeur pour la société HACAP, spécialisée dans la mesure d'énergie, explique : « j'utilise le NDK, WebWorks et AIR. J'ai essayé iOS et Android mais les outils n'étaient pas aussi bons (...) avant on disait que RIM ne prêtait pas attention à ses développeurs mais les choses ont vraiment changé ». Craig Roberts, développeur de l'application GoogMusic sur le PlayBook, confirme cette idée : « Sur iOS, le langage est plutôt difficile à apprendre. Sur Android, c'est simple mais les outils ne sont pas terribles ». Deddy Avianto, de la société IDBerry, ajoute que le support fourni aux développeurs est très important. « Sur iOS, il n'y en a quasiment pas. Pour Android, Google assure le support de l'OS mais la quantité de téléphones rend la chose difficile. Chez RIM, c'est juste plus simple ».

0190000003918590-photo-logo-blackberry-app-world.jpg


Si Apple et Google mettent en avant les centaines de milliers d'applications disponibles au sein de leurs plateformes de téléchargement, les développeurs adeptes de BlackBerry perçoivent également de fortes opportunités au sein de l'écosystème de RIM. « Sur iOS ou Android, vous avez 20 ou 30 versions d'une même application alors que pour BlackBerry, il suffit d'en faire une de qualité pour gagner le jackpot. Moins vous avez de choix et plus vous aurez de visibilité », affirment MM.Pinkerton et Roberts. Basé en Indonésie, Deddy Avianto explique que les smartphones BlackBerry connaissent un très large succès. L'évènement local BlackBerry Dev Con a rassemblé 6000 développeurs à Singapour contre 5000 pour le BlackBerry World, le sommet mondial annuel de la société en Floride. La société iDBerry profite de cette croissance et ne développe plus uniquement pour des entreprises mais également pour des établissements scolaires et différentes organisations.

0190000005426991-photo-bb10.jpg


Cependant, le système BlackBerry 10 saura-t-il réellement faire la différence auprès des consommateurs ? Pour Martin Goulet, développeur au sein de Macadamian Technologies, l'interface utilisateur de BlackBerry 10 constitue un réel changement. « L'ergonomie est très simple et naturelle ». Sergio Ariki, de SenseByteMobile ajoute que la différence entre BlackBerry 7 et BlackBerry 10 est énorme. « Ils en ont fait plus que je n'attendais, notamment avec l'intégration de Balance (NDLR : pour la gestion simplifiée des données professionnelles et personnelles). Oui je pense que BlackBerry 10 est une évolution majeure ». Stephane Jacoby, développeur multiplateforme au sein de Square One Games reste toutefois plus modéré quant au succès commercial : « en définitif, les gens ne choisissent pas une plateforme pour sa puissance mais pour sa popularité... sinon tout le monde utiliserait Linux ».

Au travers de ces quelques témoignages il semblerait donc que RIM ait gagné son pari auprès des développeurs. Reste désormais à savoir ce que ces derniers proposeront au consommateur. Rappelons que RIM entend les encourager avec son programme de certification Built for BlackBerry, leur assurant, sous conditions, un revenu minimum de 10 000 dollars.

A lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

AMD met en ligne les pilotes Catalyst 12.9 bêta
Neteven étoffe son catalogue de places de marché
Orange et SFR critiquent la réutilisation de fréquences pour la 4G Bouygues
Fin de parcours pour le Centre National de la Musique (MàJ)
Sharp sera renfloué à hauteur de 2,1 milliards d'euros
Facebook : une cinquantaine de poursuites judiciaires pour son introduction ratée en bourse
Lightning : pourquoi le nouveau connecteur d'Apple est une bonne nouvelle
Le Crédit Agricole ouvre sa boutique d'applications, le
iPhone : Free Mobile active la messagerie visuelle pour iOS 6
Orange lance son service de cloud gaming avec G-Cluster
Haut de page