Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?

12 novembre 2019 à 17h50
0
La centrale nucléaire de Fukushima, le 10 mars 2014

Récemment, un ministre du gouvernement japonais a été limogé pour avoir envisagé en public un rejet de l'eau radioactive de Fukushima dans l'océan. L'idée n'est pourtant pas si folle, même si ce n'est pas la seule option étudiée, ni la plus aisée à prendre sur le plan politique...

En septembre, le ministre de l'environnement du Japon Yoshiaki Harada a évoqué l'idée de diluer dans l'océan l'eau radioactive, accumulée sur le site de la centrale de Fukushima, depuis le tsunami de mars 2011 et l'incident nucléaire induit. Une annonce qui a suscité un tel émoi international que le ministre a du quitter le gouvernement le lendemain de sa déclaration...

Mais de quelle eau radioactive parle-t-on ?

Depuis maintenant 8 ans, les cuves des réacteurs endommagés par le tsunami sont régulièrement arrosées d'eau, afin de refroidir leurs cœurs petit à petit. Cette eau s'écoule dans les sous-sols des bâtiments de la centrale, après s'être chargée de certains éléments radioactifs comme le tritium, le strontium et le césium, puis aussitôt pompée et stockée dans d'immenses réservoirs pour éviter la contamination de la nappe phréatique ou un écoulement spontané et non contrôlé dans l'océan.

L'eau contaminée subit un traitement pour réduire sa radioactivité, et les radionucléides sont pour la plupart extraits puis entreposés sous forme de déchets solides. Cependant, le problème posé par le tritium reste entier, car cet élément ne peut pas être filtré de l'eau à si grande échelle.

A ce jour, au moins un million de mètres cubes d'eau tritiée sont actuellement entreposés sur le site de la centrale. 100 mètres cubes par jour viennent se rajouter au stock existant, un flux quatre fois inférieur aux niveaux de départ grâce au refroidissement des cœurs, mais toujours important. Que faire alors de toute cette eau chargée en tritium ?

Plusieurs options possibles, aucune n'est parfaite

L'eau tritiée pourrait être évaporée, mais cela causerait un risque de rejet de tritium dans l'air. Elle pourrait aussi être utilisée pour produire du béton, ce qui piégerait le tritium pendant un temps... avant sa libération dans l'air au fil des années. Ou bien être rejetée dans l'océan, la seule option ayant reçu le soutien de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) !

Il faut dire qu'aujourd'hui de l'eau tritiée est déjà rejetée dans le cadre du fonctionnement normal des centrales nucléaires, diluée dans l'eau de rivière ou de mer dans le respect des seuils de risque radiologique fixés par les autorités compétentes de chaque pays. Une commission d'experts mandatés par le ministère japonais de l'Industrie a d'ailleurs conclu en 2016 qu'il ne faudrait que 7 ans et 4 mois pour se débarrasser en totalité de l'eau tritiée de Fukushima, dans le respect des seuils actuels. D'autres scientifiques préconisent un rejet étalé sur 20 ans.

Si l'aspect pratique (on le fait déjà) ou la protection de la santé publique (à condition que l'effet de dilution soit suffisant pour respecter les seuils) ne posent pas problème, l'acceptation de la population est une autre histoire. Au final, il s'agira surtout d'un choix politique (délicat). Vu le licenciement éclair de Yoshiaki Harada, ce choix semble d'autant plus incertain...

Source : France Info.
Modifié le 29/11/2019 à 15h04
81 réponses
30 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top