Nextbit souhaite optimiser la synchronisation sur smartphones et tablettes

Par
Le 28 octobre 2014
 0
La jeune pousse Nextbit explique avoir mis au point un mécanisme permettant de synchroniser l'état d'une application spécifique entre différents appareils pour reprendre d'emblée un projet en cours d'édition.

00a5000007712917-photo-nextbit-baton.jpg
A l'heure actuelle, Microsoft, Google ou Apple proposent aux développeurs de faire usage des interfaces de programmation de leur service de stockage en ligne, afin d'effectuer des sauvegardes automatiques. Un même ficher pourra donc être accessible sur deux appareils connectés au même compte utilisateur. La société Nextbit souhaite aller un peu plus loin.

Fondée par d'anciens employés de Google, Apple, HTC, Dropbox et Amazon, la jeune pousse souhaite véritablement synchroniser l'état d'une application. Cela signifie donc que non seulement les documents en cours d'édition pourront être restaurés après un plantage, mais qu'ils seront également disponibles sur un autre appareil.

Pour ce faire, Nextbit a développé une technologie baptisée Baton, ne fonctionnant pour l'heure que sur les terminaux équipés de CyamogenMod. Le mobinaute n'aura pas à ouvrir une application spécifique sur sa tablette puis rechercher le fichier précédemment édité et sauvegardé sur le smartphone. L'utilisateur devra effectuer un appui prolongé sur le gestionnaire de tâches proposé par Android. Il retrouvera alors une liste de toutes les applications ayant été connectées à son compte Nextbit.

Interrogé par The Verge, Mike Chan, directeur technique de Nextbit, explique que les données relatives à l'état de l'application sont envoyées vers ses serveurs avant d'être répliquées sur l'ensemble des appareils du consommateur. Celles-ci pèseraient en moyenne 500 ko. Il ajoute que les développeurs d'applications n'ont rien à faire de leur côté, en revanche, Nextbit Baton doit être implémenté au niveau du système. Pour cette raison, la jeune pousse a signé un partenariat avec CyamogenMod.

Actuellement, la technologie est gratuite, mais la société n'exclut pas de commercialiser des fonctionnalités premium et d'inclure d'autres types de supports comme les télévisions connectées.

A lire également :


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
scroll top