Les suffixes .xxx devront attendre février 2011

13 décembre 2010 à 12h30
0
Il faudra attendre le début de l'année prochaine avant de voir l'Icann prendre une décision sur les noms de domaines terminant par le triple X. L'organisme gestionnaire des extensions a reporté sa décision au sujet du .xxx pour les sites à contenu pornographique. Le branle-bas de combat continue.

00A0000001663972-photo-la-campagne-xxx-de-diesel.jpg
Après avoir rejeté l'idée plusieurs fois, en juin dernier, l'Icann (Internet corporation for assigned names and numbers) avait donné son accord afin de permettre l'utilisation de noms de domaine en .xxx. Du coup, la plupart des responsables de l'industrie pornographique s'étaient réjouis de l'annonce. Les rumeurs évoquaient même une mise en ligne de ces domaines pour la fin de l'année.

Pourtant, la décision finale vient d'être reportée à février 2011. Il faut croire que certains membres gouvernementaux présents au comité consultatif de l'Icann ont encore critiqué cette ouverture. The Register explique alors qu'une réunion entre l'autorité et ces représentants est programmée pour février prochain...

Les partisans du triple X estiment que ces extensions peuvent contribuer à un meilleur contrôle parental. D'un autre côté, certains craignent que les tarifs pratiqués soient exorbitants. Pour sa part, ICM Registry estime que le « juste prix » pour l'achat de ces suffixes doit se situer aux alentours de 60 dollars l'adresse.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Renault présente des résultats en baisse au S1... sauf sur l'électrique, en plein boom
scroll top