Frédéric Plais, Commerce Guys : "il faut un bon mix entre contenu, communauté et catalogue"

Thomas Pontiroli
15 octobre 2012 à 18h32
0
Commerce Guys, l'éditeur open source de la solution Drupal Commerce, annonce lundi 15 octobre un nouveau bureau au sein de la Tech City de Londres. L'occasion pour le p-dg et cofondateur, Frédéric Plais, de revenir sur son service et d'évoquer les dernières avancées.

00C8000005463967-photo-fr-d-ric-plais-drupal.jpg
Bonjour, Frédéric Plais. Après la France et les États-Unis, Commerce Guys ouvre une antenne à Londres. Quel est le message ?
Drupal Commerce est avant tout une technologie mondiale, qui prend en compte les différents systèmes de taxes et devises de chaque pays. Notre ambition est clairement l'international. Alors pourquoi Londres ? En fait, c'est tout simplement le marché le plus dynamique d'Europe. Le taux de pénétration du e-commerce est deux fois supérieur à la France. Nous avons aussi des partenaires actifs dans le pays, et Drupal y a une présence forte.

Pouvez-vous revenir un instant sur le principe de Drupal Commerce et ses principaux points forts ?
Il s'agit d'une solution de e-commerce reposant sur le CMS (système de gestion de contenus) Drupal. Il ne s'agit pas d'une solution en mode logiciel en tant que service (SaaS), clé en mains, mais d'un framework destiné aux connaisseurs de Drupal, qui veulent une solution e-commerce personnalisée et puissante. Le prix d'accès aussi revient au moins à 15 000 euros avec les différentes briques. Trop souvent, les sites de vente en ligne ne se limitent qu'à un catalogue. Or pour faire du e-commerce, il faut absolument du contenu éditorial, un blog, et un aspect communautaire. Or, c'est exactement ce qu'apportent Drupal et sa communauté. Il faut un bon mix entre les trois. Par exemple, au niveau du contenu, on propose des conseils sous forme de texte ou de vidéo pour aider les marchands.

Dans quel contexte est née cette solution, et a-t-elle rencontré le succès escompté ?
En fait, Drupal Commerce repose sur les fondements d'Ubercart, un service de boutiques e-commerce reposant sur Drupal aux États-Unis. Le défaut est qu'il était concentré uniquement sur ce pays et qu'il ciblait des petits marchands. Vu le potentiel de marché, on a développé Drupal Commerce en avril 2010 et le service a vu le jour en août 2011. Au départ, on était quatre associés dont trois développeurs. Désormais on emploie 55 personnes dont 23 en Europe et 15 sont affectées à la recherche et développement. En un an, on a réussi à avoir 17 000 marchands et on vise les 40 000 voire 50 000 l'année prochaine. On dénombre aussi près de 1 000 grands comptes comme McDonald's ou Kenzo. En mars dernier, on a conclu une levée de fonds de 5 millions de dollars avec Isai, Alven Capital et Open Ocean Capital, ce qui nous permet de proposer d'autres produits, de nous internationaliser et d'embaucher du personnel.

Quelles sont les différents produits composant l'offre Commerce Guys aujourd'hui ?
Notre offre se définit en trois axes. Le premier, c'est Commerce Kickstart, une solution pour simplifier l'intégration de sa boutique en ligne, une sorte de pack, avec seulement trois ou quatre paramètres à entrer au début (pays, devise, taxes...) et le site s'auto-configure. On peut partir d'un modèle ou bien d'une page blanche. Avec Commerce Marketplace, nous offrons aux marchands une place de marché où trouver des briques logicielles pour enrichir la boutique. Certaines sont gratuites, d'autres non. Cela rassemble tout ce dont on peut avoir besoin : des solutions de paiement, de transport, d'e-mail marketing, etc. Enfin, nous annonçons Commerce Platform, une solution de plateforme en tant que service (PaaS), afin de déployer sa boutique Drupal sur le cloud Amazon ou Azure. Ainsi, si un problème survient, le marchand n'aura qu'un seul interlocuteur, nous, au lieu de quatre. C'est un gage de réactivité et de simplicité.

Est-ce que Drupal Commerce est disponible sur mobile ?
Avec Kickstart, on propose une interface qui se recompose automatiquement selon l'écran d'affichage grâce au HTML5 et au responsive design, et adapte la navigation, y compris aux smartphones. On peut paramétrer ce qui apparaîtra ou non, c'est très flexible. Nous avons aussi une application qui par défaut est compatible iOS. En fait, personne ne nous demande d'application sous Android, moins adapté au e-commerce. Mais nous pourrons en développer une.

0230000005463935-photo-drupal-commerce.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

À la découverte des exoplanètes, objets de tous les fantasmes
Raspberry Pi 400 : le plus puissant de la gamme, avec, en prime, un brin de nostalgie
CES 2021 : notre récap' des meilleures tendances et annonces TV
CES 2021 : notre récap’ des meilleures tendances et annonces moniteurs PC
AWS et Arkéa Samsic s'associent pour déceler les champions cyclistes de demain grâce à la donnée
Minuit dans l'Univers, une ballade intime vers les lunes de Jupiter
Comparatif des meilleurs processeurs (2021)
Comment quitter facilement WhatsApp et migrer sur Signal en 7 étapes ?
L'année 2020 dans l'univers audio : entre timides évolutions et grandes promesses
Un étudiant retrouve 127 bitcoins (BTC) perdus depuis huit ans
Haut de page