Le site France.fr est tombé

0
France.fr a bien ouvert ses portes comme prévu à la date anniversaire du 14 juillet. Un portail destiné à promouvoir le pays auprès des touristes. Des informations étaient même disponibles pour les millions de touristes qui viennent chaque année visiter le pays.
00A0000002558674-photo-drapeau-fran-ais-france.jpg

« Etaient » puisque le site n'est déjà plus disponible ce jeudi. Un message figure désormais sur la page d'accueil du site : « Parce que France.fr est victime de son succès, le nombre très important de visiteurs nous contraint à augmenter la capacité de nos serveurs. Quelques perturbations dans la visite du portail dans ses 5 langues peuvent donc survenir, l'équipe de France.fr vous prie de l'en excuser. Tout sera rétabli au plus vite, merci de votre patience ! ». En 5 langues...

Un cocorico qui s'est un peu étranglé puisque bien qu'en version bêta, des bugs ont commencé à faire leur apparition sur la traduction de pages en anglais. Puis le site entier est devenu rapidement inutilisable avant d'afficher ce message.

Si on ne connaît pas encore la nature exacte de cette fermeture temporaire prématurée, on ne peut que constater le manque de clairvoyance des responsables du site. S'il y a eu afflux de visites, une solution afin de tenir la cadence aurait tout de même pu être prévue. Histoire de donner une bonne image...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Insolite : Paul le poulpe s'invite sur iPhone
Brevets : McAfee, Sophos et Symantec trainés en justice
82 millions de PC au second trimestre, l'Asie à l'assaut des USA
Résultats: Intel signe son meilleur trimestre en 42 ans
Apple : une conférence de presse vendredi 16 pour parler de l'iPhone 4
RIAA : pour $58 millions de dollars...
XtremKey de Lacie : la clé USB la plus solide du marché ?
La Radeon HD 5830 en baisse en réponse à la GeForce GTX 460
La PS3 lira les films sur Blu-ray 3D en septembre
Controverse iPhone 4 : Microsoft prend sa revanche
Haut de page