Dropbox est capable de "deviner" qu'un utilisateur partage un fichier illégal

Le blocage d'un fichier partagé sur le compte d'un utilisateur de Dropbox a mis en lumière le fait que le service est capable de savoir si un contenu sous copyright est partagé illégalement sur ses pages. Une pratique qui ne date pas d'aujourd'hui.

05922386-photo-d-ropbox-logo.jpg
Un designer américain du nom de Darrell Whitelaw a récemment eu la surprise de voir l'un de ses dossiers, stockés sur son compte Dropbox, précédé d'une mention expliquant que son contenu ne pouvait plus être partagé, en raison d'une interdiction liée au Digital Millenium Copyright Act (DMCA). Concrètement, le contenu du dossier en question violerait donc les droits d'auteur. Le simple constat réalisé par Darrell Whitelaw sur Twitter a entrainé des interrogations concernant le fait que Dropbox semble scruter le contenu des dossiers de ses utilisateurs.

Dropbox espionne-t-il ses clients ?

Même si la démarche de Darrell Whitelaw n'était pas de critiquer le service, il n'en a pas fallu plus pour enflammer les utilisateurs de Dropbox. Le service a donc rapidement réagi pour apporter des précisions bienvenues : non, les fichiers de ses clients ne sont pas espionnés. Tout du moins, ils ne le sont pas d'une manière directe. Ils le sont donc un peu quand même.


« Nous avons un système automatisé qui empêche d'autres utilisateurs de partager les fichiers déjà bloqués en utilisant un autre lien Dropbox. Nous faisons ça en utilisant l'empreinte du fichier. Nous ne regardons pas vos fichiers privés et sommes dévoués à protéger vos affaires » explique la plateforme de stockage.

En somme, Dropbox utilise l'empreinte unique d'un fichier spécifique pour l'identifier sur ses serveurs de stockage. Cette empreinte est obtenue via la fonction de hachage, qui créé une sorte de signature chiffrée en exploitant les données fournies à l'entrée. La connaissance de l'empreinte d'un fichier permet notamment de savoir si ce dernier est complet après son téléchargement, mais également de l'identifier facilement dans un ensemble de fichiers plus large.

C'est l'usage que fait Dropbox des empreintes sans doute fournies par les ayants-droit, pour identifier les fichiers qui enfreignent les droits d'auteur.

01C2000007271254-photo-hachage-de-fichiers.jpg
Le hachage de fichiers (source : Wikipédia)


Bloqués mais pas effacés

Le service n'espionne donc pas à proprement parler les dossiers de ses utilisateurs, mais est néanmoins en mesure de savoir s'ils partagent des fichiers illégaux par le biais d'un algorithme de recherche. Lorsqu'un tel cas de figure est constaté, le fichier n'est pas effacé du compte, mais ne peut pas ou plus être partagé avec d'autres internautes, pour éviter sa propagation.

Il faut par ailleurs souligner que ce système n'est pas nouveau : il était déjà évoqué par certains médias en juin 2012. A l'époque, cette « découverte » n'avait pas fait autant de bruit, mais depuis, l'affaire PRISM et la surveillance de la NSA sont passées par là, ce qui explique la rapide montée de la colère chez les internautes.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Numericable : comment doubler gratuitement son débit en upload
Infos US de la nuit : Yahoo en discussion pour acheter le service de video en ligne NDN
Opera 22 : une optimisation des mises à jour et de nouveaux thèmes
Twitter rachète Mesagraph, spécialiste de la TV sociale
Google lance une chasse aux Pokémons pour le 1er avril
LG G2 mini : une grande variante économique du G2 (màj)
Dropbox rachète Readmill et vise le marché des livres numériques
Outlook.com : Microsoft modifie sa politique de confidentialité
La raison de l'abandon du précédent design de Facebook ? Les écrans trop petits des internautes
Beats Studio Wireless : la version Bluetooth du casque tendance
Haut de page