Dropbox est capable de "deviner" qu'un utilisateur partage un fichier illégal

31 mars 2014 à 17h57
0
Le blocage d'un fichier partagé sur le compte d'un utilisateur de Dropbox a mis en lumière le fait que le service est capable de savoir si un contenu sous copyright est partagé illégalement sur ses pages. Une pratique qui ne date pas d'aujourd'hui.

05922386-photo-d-ropbox-logo.jpg
Un designer américain du nom de Darrell Whitelaw a récemment eu la surprise de voir l'un de ses dossiers, stockés sur son compte Dropbox, précédé d'une mention expliquant que son contenu ne pouvait plus être partagé, en raison d'une interdiction liée au Digital Millenium Copyright Act (DMCA). Concrètement, le contenu du dossier en question violerait donc les droits d'auteur. Le simple constat réalisé par Darrell Whitelaw sur Twitter a entrainé des interrogations concernant le fait que Dropbox semble scruter le contenu des dossiers de ses utilisateurs.

Dropbox espionne-t-il ses clients ?

Même si la démarche de Darrell Whitelaw n'était pas de critiquer le service, il n'en a pas fallu plus pour enflammer les utilisateurs de Dropbox. Le service a donc rapidement réagi pour apporter des précisions bienvenues : non, les fichiers de ses clients ne sont pas espionnés. Tout du moins, ils ne le sont pas d'une manière directe. Ils le sont donc un peu quand même.


« Nous avons un système automatisé qui empêche d'autres utilisateurs de partager les fichiers déjà bloqués en utilisant un autre lien Dropbox. Nous faisons ça en utilisant l'empreinte du fichier. Nous ne regardons pas vos fichiers privés et sommes dévoués à protéger vos affaires » explique la plateforme de stockage.

En somme, Dropbox utilise l'empreinte unique d'un fichier spécifique pour l'identifier sur ses serveurs de stockage. Cette empreinte est obtenue via la fonction de hachage, qui créé une sorte de signature chiffrée en exploitant les données fournies à l'entrée. La connaissance de l'empreinte d'un fichier permet notamment de savoir si ce dernier est complet après son téléchargement, mais également de l'identifier facilement dans un ensemble de fichiers plus large.

C'est l'usage que fait Dropbox des empreintes sans doute fournies par les ayants-droit, pour identifier les fichiers qui enfreignent les droits d'auteur.

01C2000007271254-photo-hachage-de-fichiers.jpg
Le hachage de fichiers (source : Wikipédia)


Bloqués mais pas effacés

Le service n'espionne donc pas à proprement parler les dossiers de ses utilisateurs, mais est néanmoins en mesure de savoir s'ils partagent des fichiers illégaux par le biais d'un algorithme de recherche. Lorsqu'un tel cas de figure est constaté, le fichier n'est pas effacé du compte, mais ne peut pas ou plus être partagé avec d'autres internautes, pour éviter sa propagation.

Il faut par ailleurs souligner que ce système n'est pas nouveau : il était déjà évoqué par certains médias en juin 2012. A l'époque, cette « découverte » n'avait pas fait autant de bruit, mais depuis, l'affaire PRISM et la surveillance de la NSA sont passées par là, ce qui explique la rapide montée de la colère chez les internautes.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top