Quelle solution pour stocker vos données personnelles en ligne ?

Alexandre Lenoir
26 avril 2012 à 19h15
0

Bien choisir sa solution de stockage

0104000005118214-photo-cloud.jpg
Pour la sauvegarde, la préservation et l'accès à distance à ses données, nous distinguerons trois types de service de Cloud computing : les coffres numériques destinés à assurer une valeur probante aux documents stockés, les services de sauvegarde permettant l'accès et éventuellement le partage et, enfin, les dispositifs de Cloud personnel permettant le stockage local avec accès distant possible.

Bien que l'on puisse penser que l'ensemble de ces différents types de services soit en mesure d'assurer la pérennité des données dans le temps, la réalité est plus nuancée. Bien entendu, si vous déposez un PDF de votre dernière facture EDF en ligne, vous avez de bonnes chances de pouvoir le retrouver intact plusieurs années après. Mais est-ce que « de bonnes chances » vous suffisent ? Car après tout, lorsque vous déposez un objet ou un document physique dans un coffre à la banque, celle-ci engage sa responsabilité quant à sa sécurité et son intégrité. En revanche, lorsque vous déposez un document sur un disque en ligne, cette notion de responsabilité est bien moins évidente. Et pour cause, vous êtes généralement seul responsable de ce que vous y déposez et l'hébergeur n'a théoriquement aucun droit d'accès à ce document.

« Heureusement », pensez-vous ? Oui si l'on considère le tout-venant, vos documents de travail, vos photos personnelles que vous voulez avoir facilement sous la main. Non si vous désirez pouvoir invoquer ces documents numériques comme des originaux ou des copies certifiées. En clair, une numérisation de votre carte d'identité que vous déposeriez sur Dropbox n'aurait strictement aucune valeur probante si vous l'invoquiez comme telle. Personne ne pourrait en effet garantir que le document n'aura pas été modifié ou même que c'est bien vous qui l'aurez déposé. Peut-être plus encore que les documents physiques, les documents numériques sont particulièrement vulnérables.

Alors, comment faire ? Comme il y a des avocats, des huissiers, des notaires voire des organismes de certification pour témoigner de la réalité d'un fait ou d'un document, se sont mis en place des tiers de confiance pour certifier la véracité du lien qui existe entre un document numérique et la personne qui le dépose et/ou le reçoit. L'intervention de ce tiers de confiance habilité à certifier un document par une signature électronique et à fiabiliser l'échange est donc nécessaire pour assurer au document électronique une valeur de preuve.

Le principe de la valeur probante étant acquis, reste celui de la pérennité dans le temps. Cette problématique est tout aussi importante que celle de la certification. Mais heureusement, elle a ses solutions.

0000009604021582-photo-top-logiciel-pdf-gratuits-news-clubic.jpg
S'il s'agit de document non éditable, on pense naturellement au format PDF. Mais ce format vectoriel, dont la création par Adobe remonte à 1993, ne suffit pas à garantir la pérennité d'un document. Cependant, son statut acquis de standard a permis de franchir cette étape 15 ans plus tard avec, dans sa version 1.7, l'aboutissement de son processus de normalisation auprès de l'ISO. En a découlé un format dérivé, le PDF/A (ISO 32000), dont le respect des spécifications permet d'assurer le maintien du fichier dans le temps. Pour y parvenir, cette norme exclut du fichier la moindre fioriture. Un document PDF/A ne comporte ainsi aucun objet dynamique, ne peut exécuter de script, doit comporter des polices libres de droits, ne peut être chiffré et n'utiliser que des métadonnées standard.

Si à présent vous considérez la possibilité d'éditer votre document dans le temps, la solution émane du monde du logiciel libre avec un dérivé du XML baptisé Open Document, dont le format a été certifié en 2006 (ISO 26300) et que l'on retrouve sous la forme de fichiers pourvus d'extensions telles ODT (texte), ODS (tableur), ODB (données), etc. Au départ exploités par les suites bureautiques libres (OpenOffice.org, LibreOffice...), ils sont désormais gérés par la suite Office de Microsoft, Google Document ou même les très simples TextEdit et WordPad de MacOS X et Windows.

01F4000004551450-photo-libreoffice.jpg


Certification d'un côté, pérennité de l'autre : il ne reste plus qu'à marier les deux pour disposer d'un document à valeur probante.

Mais est-ce si simple ? Si le monde de l'entreprise a les moyens de s'offrir un processus de certification complet, il n'en est pas forcément de même pour le particulier. Tout n'est pas perdu pour autant.

Le coffre-fort électronique

0000006405118218-photo-logo-coffre-fort.jpg
La détention d'un coffre fort électronique, si elle vous offre évidemment la possibilité d'y déposer vous même vos copies de documents numérisés, permet en effet à des tiers d'y envoyer eux-mêmes leurs documents électroniques originaux et dument certifiés comme tels. Ainsi, fiches de paye, factures ou relevés de compte peuvent être directement envoyés pour archive par les organismes émetteurs et, ainsi, disposer de la certification adéquate pour servir de preuve. Il faut pour cela que le prestataire ait conclu des accords directement avec les organismes en question.

S'il n'a pas conclu d'accord direct, il peut parfois proposer ce que certains services de coffres numériques comme Sécuribox appellent des agents web. Il s'agit de petits logiciels dont le rôle est d'automatiser la récupération de vos factures et autres quittances sur les sites concernés.

Le cloud personnel

0000006405118212-photo-cloud-backup.jpg
L'idée de base du cloud personnel est relativement simple puisqu'il s'agit d'installer chez soi un disque dur auquel il est possible d'accéder en ligne. Sa sécurisation n'étant pas optimale (ce disque peut être volé), son avantage réside donc avant tout dans la capacité de stockage qu'il propose. Là où un service de cloud de sauvegarde permet généralement de stocker au mieux quelques dizaines de Go (ce qui n'est en soi déjà pas négligeable), votre disque dur connecté offrira une capacité souvent égale ou supérieure au Téraoctet (rappel : 1 To = 1000 Go).

Une telle capacité ouvre ces disques à des usages différents de ceux d'un Cloud classique. Si l'on peut évidemment y déposer des copies de sauvegarde de ses documents pour pouvoir y accéder à distance à l'aide d'un ordinateur, d'une tablette ou de son mobile, voire y sauvegarder son disque dur intégralement, il sera aussi d'un grand secours pour consulter ses photos ou voir telle ou telle vidéo loin de chez vous (à condition que votre bande passante en voie remontante le permette).

Le cloud de sauvegarde et/ou de partage

0000006404094872-photo-dropbox-logo-news-mikeklo.jpg
Très à la mode, il s'agit de services en ligne permettant de transférer et stocker des fichiers sur des disques durs distants installés dans ce que l'on appelle des data centers. Au départ assez archaïques, leurs interfaces se sont améliorées et les services s'intègrent généralement très bien dans les OS actuels par l'intermédiaire d'applications dédiées. Cela vaut d'ailleurs aussi bien pour les ordinateurs classiques, portables ou desktop, que pour les terminaux mobiles.

Le dynamisme qui règne actuellement sur ce marché montre certes que ce type de service a actuellement le vent en poupe, mais aussi que de nombreux acteurs ne survivront probablement pas. Comme c'est souvent le cas avec les services en ligne, le modèle économique repose essentiellement sur la conversion à une formule payante du client qui a goûté à l'offre gratuite. Cette dernière se doit donc d'être techniquement optimale.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'énergie nucléaire continue de perdre du terrain face au solaire et à l'éolien
Cyberpunk 2077 : malgré les promesses de CD Projekt, le studio passe en mode crunch
Orange : un forfait 5G avec data illimitée pour 80 euros par mois pourrait être bientôt lancé
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Un ancien cadre dévoile la stratégie de Facebook pour être aussi addictif que le tabac
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
Fortement attendue, l'application britannique de traçage de la COVID massivement téléchargée
PlayStation 5 : le gameplay de Demon's Souls montré par Sony ne tournait pas en 4K
Enchères 5G : Orange montre ses muscles, Free Mobile en retrait, le bilan de ce jour 1
scroll top