Bernard BENHAMOU, Candidat français à l'ICANN

Jérôme Bouteiller
30 août 2000 à 00h00
0
A quelques jours de l'élection des membres du bureau de l'ICANN, "The Internet Corporation for Assigned Names and Numbers", Bernard BENHAMOU, l'un des candidats français a bien voulu nous en dire plus sur cette organisation et sur sa vision du Net.

JB - Monsieur Benhamou Bonjour. Pourriez vous définir le rôle de l'ICANN dans la NetEconomie ?

BB - L'ICANN est à la fois héritière des institutions "traditionnelles" de l'Internet et pionnière dans sa volonté de faire participer les internautes "at large" à l'élaboration des futurs noms de domaines. C'est une véritable expérience en temps réel qui préfigure les institutions à la fois politiques et technologiques de la prochaine décennie. En effet l'un des enseignements de ces derniers mois est que loin de disparaître, les préoccupations d'intérêt général reviennent en force sur Internet.

JB - Pourquoi faut-il des élections pour ce type d'organisation ?

BB - La légitimité que donnera aux membres de l'ICANN cette élection sera d'une grande importance dans les négociations avec les autres institutions techniques ainsi que dans ses rapports avec les industriels et les états. Et l'indépendance des membres de l'ICANN sera primordiale pour assurer une représentation équilibrée des internautes.

JB - Quels sont les enjeux pour ce nouveau bureau de l'ICANN ?

BB - Pour les internautes européens, le ". eu" constitue à lui seul un des enjeux fondamentaux pour les toutes prochaines années. Il représente à la fois une base de travail mais aussi un label pour les entreprises de l'espace européen. La confiance qui semble parfois manquer aux internautes dans le domaine commercial pourrait ainsi être rétablie par ce label qui indiquerait à la fois l'origine géographique des sites européens et surtout le respect de certaines règles (commerciales et déontologiques). C'est le cas pour les données personnelles sur Internet dont on a vu qu'elles furent l'objet de négociations serrées entre Américains et européens (http://www.strategy-business.com/policy/00305/page1.html). Les Européens qui furent par la suite (et c'est une chance) rejoints par les associations de consommateurs américains.

JB - Quel est l'avenir pour des institutions comme l'ICANN ?

BB - L'évolution démographique de l'Internet, avec la montée en puissance des internautes (et donc des clients) Européens, doit s'accompagner d'une prisede conscience politique. Comme le dit un autre candidat (mais pour la zone américaine cette fois) le professeur à Stanford Lawrence Lessig (http://cyber.law.harvard.edu/lessig.html), les informaticiens écrivent désormais la loi du cyberespace et on ne peut imaginer que cette loi échappe à tout contrôle démocratique Récemment dans une autre publication économique (Red Herring) Bill GATES rappelait son hostilité à l'idée que les gouvernements puissent écrire les logiciels (http://www.redherring.com/mag/issue82/resources/mag-gates-82-ph.html). Nous n'en sommes certes pas là, mais à l'avenir les règles qui régissent la création du code ne pourront pas être élaborées uniquement comme autant d'armes dans une guerre industrielle, il faudra aussi intégrer des préoccupations d'intérêt général Et ce sera pour partie le rôle du bureau élu de l'ICANN que de veiller à cela. Pour reprendre les propos d'un autre professeur européen, Manuel Castells (qui lui enseigne à Berkeley) c'est la volonté politique de tous qui prévaudra, il n'y a pas en effet de déterminisme pour les sociétés en réseau face aux technologies(http://www.liberation.fr/multi/cahier/multisauv/portraits/po980612.html).

JB - - On parle de Village global. Ces élections "mondiales" préfigurent-elle l'avenir de nos démocraties ?

BB - A défaut d'une démocratie mondiale (encore fort lointaine) ces élections fourniront des enseignements précieux sur les réactions et les attentes des internautes dans l'ensemble des pays qui participent à cette élection. Qu'il faille en conclure qu'un gouvernement mondial de l'Internet est pour demain serait prématuré. Que la perspective d'une ré-appropriation par les acteurs publics de la régulation de l'Internet soit à l'ordre du jour, plus personne ne peut le nier désormais.

JB - - Au delà d'un conflit d'intérêt entre occidentaux (Europe vs.USA), quelles sont les positions de l'Afrique, l'Asie, l'Inde ou la Chine au sein de D'ICANN ?

BB - Les mobilisations furent très diverses entre les continents, ainsi la Chine s'est mobilisée lors des tout derniers jours de l'inscription au point que les serveurs de l'ICANN furent probablement saturés à cette période en raison de cet afflux d'inscription. L'Afrique quant à elle est dans une situation toute différente en raison du faible nombre de connectés. Comme il n'a pas été possible à l'ICANN de fournir des adresses e-mail à ses adhérents "at large" en Afrique un certain nombre d'entre eux n'ont pu aller au bout de la procédure d'inscription...Les disparités de richesse continuent là encore de se manifester.

JB - - D'après les développeurs d'IPv6, la moindre ampoule électrique ou montre bracelet disposera d'une adresse IP d'ici 2010. Pensez vous que le Net est en mesure de bouleverser notre rapport aux hommes et aux choses ?

BB - Pour revenir un instant sur IPv6 c'est l'identification fine de la nature des paquets d'informations et leur acheminement sélectif sur le réseau qui se met en place. Là encore il faudra veiller à ce que ne se crée pas une disparité de traitement trop grande entre les contenus à haute valeur ajoutés (et nécessitant une importante bande passante comme les flux vidéo) et les autres... Pour l'évolution de notre rapport aux choses c'est là une bien grande question.... Disons plutôt que la prégnance du modèle de connexion actuelle par un PC connecté à une ligne téléphonique va laisser la place à une variété d'objet et de situations où l'on sera connecté sans parfois même s'en rendre compte. Plus qu'une réalité virtuelle le monde de l'internet s'integre (et s'intégrera) dans l'ensemble de nos modes de vie pour devenir une virtualité tout à fait réelle...

JB - Monsieur Benhamou, merci et bonne chance.
Modifié le 18/09/2018 à 14h07
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
Allongé et endormi
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
Déjà en rupture de stock, les NVIDIA RTX 3080 se vendent à prix d'or sur eBay
scroll top