Noms de domaine : l'Icann garde la main

Alex
Par Alex
Publié le 17 août 2006 à 16h39
Sans surprise, l'Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), organisation à but non lucratif qui gère l'adressage des noms de domaine et leurs célèbres extensions (.com, .net, etc.) a renouvelé mardi le contrat qui la lie au département du Commerce américain. Les termes de ce contrat sont suffisamment vastes pour que l'on puisse raisonnablement penser que l'Icann restera sous contrôle américain, contrairement aux voeux de la communauté internationale, qui désire que l'administration du Web mondial soit confiée à une administration internationale comme l'Organisation des Nations Unies (ONU).

Il y a quelques semaines, un représentant du département du Commerce avait laissé entendre lors d'une rencontre organisée à Washington que les Etats-Unis pourraient céder une partie du contrôle qu'ils exercent sur l'Icann le 30 septembre prochain, à l'occasion de la révision du « Memorandum of Understanding », le texte qui régit les rapports entre l'Icann et le gouvernement américain (voir Icann : vers une gestion indépendante d'Internet ?).

Le renouvellement du contrat de l'Icann, qui porte sur un nom mais peut être tacitement renouvelé pendant quatre années supplémentaires, laisse penser que les Etats-Unis pourraient envisager de rester directement impliqués dans la gestion du Web mondial jusqu'en 2011.

De l'avis général, Etats-Unis exceptés, les décisions devraient être prises de façon collégiale, entre différents pays de différents continents. L'exemple de l'extension « .xxx » est souvent avancé comme exemple de la soumission de l'Icann, organisme censé être indépendant, aux intérêts américains. La mise en place d'une telle extension était motivée par la volonté de pouvoir mettre en place un filtrage simple et efficace de la pornographie sur le Web, notamment pour renforcer les mesures de protection de l'enfance comme le contrôle parental. Beaucoup estiment, quelle que soit leur avis sur la question du .xxx, que l'Icann a finalement rejeté cette extension sous la pression du gouvernement américain.
Alex
Par Alex

Aucun résumé disponible

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !