Espace membre :
flechePublicité

// Comparatif de six encyclopédies en ligne

Partager ce dossier

Publié par Frédéric Cuvelier le Mardi 6 Octobre 2009

Diderot
Diderot, dans son Encyclopédie parue en 1751, définissait les enjeux d'un tel ouvrage : « Le but d'une encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre, d'en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de le transmettre aux hommes qui viendront après nous ». Force est de constater que le passage du support papier à l'Internet est sans conteste un excellent moyen d'exposer et de transmettre au plus grand nombre la connaissance rassemblée. Dans la forme donc, pas de problème. Dans le fond, c'est moins évident.

En effet, le principal problème des encyclopédies en ligne ne réside pas la transmission des données (mis à part pour Hachette, évidemment), mais dans la collecte de celles-ci. Si Universalis se refuse encore et toujours à faire appel au peuple pour compléter sa base de connaissance, tous les autres acteurs du domaine ont cédé aux sirènes du contributif. Le succès incontestable du modèle Wikipedia n'y est évidemment pas étranger.

Deux philosophies s'affrontent alors : celle de Wikipedia, adoptée par Knol, qui préconise le tout participatif, et celle de l'Encyclopédie Universalis, qui ne fait appel qu'à des érudits dans chaque domaine. Oublions pour le moment Knol, qui ne parvient dans aucun domaine à la cheville de Wikipedia. Chaque option possède ses avantages et ses inconvénients : si Wikipedia bénéficie d'une exhaustivité et d'une réaction excellente, Universalis s'assure quant à lui d'une pertinence à toute épreuve. Au milieu de ces deux mondes, Larousse propose un compromis, bénéficiant à la fois du catalogue Larousse et de la contribution de lecteurs passionnés. Le modèle est viable, basé sur la présence de publicité, mais semble finalement prendre davantage les inconvénients des deux modèles que leurs qualités : les internautes ne rédigeant que des articles relativement pointus. Le contenu « chaud » est mis de côté alors que les articles de fond, ceux-là mêmes que l'on attend d'une encyclopédie, se font rares.

Wikipedia logo icon sq<br />
L'avenir de l'encyclopédie en ligne appartient à Wikipedia ? Peut-être, tant ce site est déjà puissant et présent dans la tête de nombre d'internautes. L'aspect libre de l'encyclopédie est également un atout majeur de Wikipedia, qui autorise par exemple les écoliers à reproduire son contenu sans enfreindre le droit d'auteur. Mais il lui faudra corriger ses erreurs de jeunesse, ce qu'il tarde quelque peu à faire. Au début de cette année, suite à la modification des pages et l'annonce de la mort de Ted Kennedy et Robert Byrd, Jimmy Wales, cofondateur de Wikipedia, a évoqué la possibilité de modérer les modifications. Ce système n'est toujours pas mis en place.

De même, l'exhaustivité et la pertinence de certains articles sont démontrées, mais la plupart restent imparfaits. Bien sûr, la qualité des articles augmente avec le nombre de contributeurs, mais le propos n'est pas toujours adapté à tous les publics. L'Encyclopédie Universalis reste probablement la plus à même d'aider les collégiens voire les lycéens ou d'intéresser les plus jeunes, notamment grâce à un contenu multimédia plus important. Toutefois, les vidéos arrivent sous Wikipedia ; reste aux contributeurs à utiliser cet outil à bon escient.




Vous aimerez aussi

Article du Mardi 6 Octobre 2009 par Frédéric Cuvelier

Envoyer par mail Envoyer par mail
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

flechePublicité

Les bons plans !

Partenaire Clubic.com

Top logiciels Editeurs audio

Audacity
L'enregistreur et éditeur audio libre désormais en version 2!
mp3DirectCut
Edition de MP3 sans conversion au format .wav
FL Studio
Logiciel de création musicale.
MP3Gain
Ajutster le gain pour jouer tous vos MP3 au même volume
MAGIX Music Maker MX
Créez votre propre musique
Sound Forge
L'essentiel pour ripper, éditer des fichiers WAV, MP3, WMA
flechePublicité

BE GEEK ! Avec Clubic Logo

flechePublicité