Google+ : prêt à renverser Facebook ?

Michel Beck
05 août 2011 à 13h21
0
Ceux qui pensaient que Google+ balayerait tous les défauts des concurrents en seront pour leurs frais. Ce n'est pas le cas. Tout d'abord, côté confidentialité des données, Google+ ouvre par défaut les profils aux quatre vents. Il est donc vital de farfouiller dans les options pour empêcher n'importe qui d'avoir accès à n'importe quoi via une simple recherche. Par chance, il est possible de taper le nom d'un profil pour vérifier à quoi il peut bien avoir accès sur le nôtre, une idée empruntée... à Facebook. De plus, l'utilisation des pseudonymes n'est pas autorisée par les conditions d'utilisation du service et le profil peut même être suspendu en cas d'infraction. Pire encore, depuis le 31 juillet il est impossible de disposer d'un profil Google entièrement privé, les noms et prénoms devenant obligatoirement publics. Ceux qui refuseront de s'exécuter dans le délai imparti verront leur page purement et simplement supprimée.

0190000004484024-photo-dossier-google-milano.jpg

Même le compte de l'actrice Alyssa Milano est parti en fumée l'espace de quelques heures. Une bourde heureusement vite réparée


Bye bye anonymat

D'ailleurs le nettoyage haute-pression a déjà bien commencé et on relève le cas d'un ancien employé de Google, fervent défenseur de l'anonymat sur Internet, qui a vu son compte suspendu sans savoir pourquoi. Son histoire se lit (ici) (en anglais) et le bonhomme a aussi monté une page afin de répertorier tous les comptes (désactivés). Pas sûr qu'une attitude consistant à se montrer excessivement agressif en coupant des comptes d'utilisateurs de la première heure soit la meilleure manière de se faire une bonne image, mais soit.

0190000004484030-photo-dossier-google-email.jpg

Une messagerie privée façon service minimum


L'usine à gaz

Et la messagerie privée ? De ce côté là, le choix paraît aussi un peu étrange. S'il n'y en a pas à proprement parler, elle existe tout de même au travers de Gmail. En dessous de la page de profil d'un utilisateur se trouve une boîte d'envoi rapide permettant de lui envoyer un message sur sa boîte mail assez facilement. Le procédé paraît toutefois un peu bancal face à un véritable service de messagerie intégré plus rapide et pratique que l'e-mail. Le manque d'harmonisation des services semble d'ailleurs être l'un des plus gros défauts de Google+. Là où Facebook intègre tout un tas de possibilités au sein d'une seule interface, Google en propose de multiples et oblige à maîtriser différents agencements de fonctions. Impossible par exemple de créer un évènement (apéro, soirée, etc) sans passer par Google Calendar alors que le concurrent dispose d'un service très simple d'utilisation, pour ce genre d'activités.

0190000004484036-photo-dossier-google-statut.jpg

Certes, mais pour combien de temps encore ?


0136000004484040-photo-dossier-google-what-s-new.jpg
0000010E04484042-photo-dossier-google-iphone.jpg

Le 1er août, les équipes de Google annonçaient déjà une nouvelle manière d'organiser les cercles -Très sommaires, les applications pour iOS et Android sont encore trop limitées pour être vraiment intéressantes


Et là, on n'a pas encore parlé du manque d'applications, de pages professionnelles ou des nécessaires célébrités (même si c'est (prévu) pour faire venir un large public sur un réseau social. On s'étonne même de voir apparaître une application Android suivie d'une pour iOS et absolument rien du côté des tablettes équipées d'Honeycomb qui manquent pourtant cruellement d'applications dédiées. A se demander si tout cela est vraiment réfléchi... Certes, Google+ n'en est qu'à ses balbutiements et il y a fort à parier que de nombreuses améliorations apparaîtront dans le futur. Ce que l'on peut d'ores et déjà constater en voyant que Google a racheté le réseau social (Fridge) ainsi qu'une société spécialisée dans la reconnaissance faciale (pour mieux nous reconnaître sur les photos même après une cuite de légende dont tous les trottoirs de la ville se souviennent ?) tout en prévoyant le déploiement d'une grosse plateforme de jeux en ligne. Reste que le temps presse et qu'en dépit d'une progression assez impressionnante - près de 25 millions de membres à l'heure à laquelle ces lignes sont écrites - le pari est loin d'être gagné. A cela s'ajoute la question de l'utilité réelle d'un nouveau réseau social. Dans le genre, Jeff Weiner, le PDG de LinkedIn met les pieds dans le plat en se (demandant) si l'internaute moyen a réellement du temps à consacrer à un énième site du genre. La prise de position a beau être partisane, on peut difficilement s'empêcher de penser la même chose !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
Ovnis : l'US Navy avoue (enfin) avoir filmé des objets aériens non identifiés
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Le TGI de Paris invalide la clause de non-revente de jeux dématérialisés de Steam
iPhone 11 / 11 Pro : les premiers tests sont en ligne, 2019 est-il un bon cru ?
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top