Blend Web Mix - Mill Engine : la console de gestion multiplateforme des développeurs Web

28 octobre 2015 à 15h54
0
Comment gérer simplement plusieurs sites Internet sur différents domaines et sur plusieurs hébergeurs ? C'est la question à laquelle la jeune pousse Mill Engine souhaite répondre avec des ambitions à l'international.

Fondée en mai dernier, la jeune pousse Mill Engine entend faciliter le travail des agences Web en proposant un service clé en main permettant de gérer simplement une flotte de sites Internet, quels que soient leurs hébergeurs. A l'occasion du salon Blend Web Mix, nous avons rencontré Sébastien Gest, fondateur et PDG de la société, qui revient sur l'aventure et précise la nature du produit.

Comment a émergé l'idée de base de Mill Engine ?

Sébastien Gest : J'ai travaillé chez l'un des principaux opérateurs Télécom en France. Il y a eu un besoin d'un grand groupe qui voulait faire un site événementiel pour chacune de ses 300 agences en France, avec pour chaque site son propre contenu et son propre nom de domaine, le tout avec une qualité de service vraiment optimale.

Il fallait gérer les sauvegardes granulaires par site, gérer les mises à jour, etc. On a cherché un produit, mais ce dernier n'existait pas. Il fallait une solution qui soit dans un environnement multi-serveurs.

Sur quels types de sites Internet fonctionne votre solution ?

S.G : A 95%, les sites reposent aujourd'hui sur une solution CMS. Nous prenons en charge Wordpress, Drupal et prochainement Presta Shop. L'idée c'est de se dire qu'avec l'avènement des conteneurs, de type Docker, on va avoir non pas une seule machine virtuelle mais plusieurs, et avec plusieurs sites. Avec Mill, on a développé un outil permettant de communiquer avec chacun de ces serveurs de manière très simple, pour déployer un site avec un nom de domaine chez les principaux prestataires, pour effectuer les mises à jour.

Lorsqu'il y a une intrusion, nous envoyons des alertes par SMS, par e-mail et pour les développeurs, via Slack et HipChat. On propose aussi d'effectuer des sauvegardes et des restaurations site par site. On peut également migrer d'un serveur à un autre en un clic.

035C000008223576-photo-mill-engine.jpg


Et de quelle manière les connexions sont-elles établies avec les hébergeurs ?

S.G : On a développé un agent à installer sur le serveur. A partir du moment où il y a un hébergement sur Linux, on peut y installer Mill ; il faut un serveur dédié ou un VPS.

Proposez-vous également de gérer la facturation, pour le stockage ou le renouvellement des noms de domaine ?

S.G : C'est une question qui nous a déjà été posée. Aujourd'hui nous ne sommes qu'à notre 72e jour de commercialisation et nous avons un petit peu plus de vingt clients, des agences ou des développeurs en freelance.

Pour l'instant, nous restons sur nos fonctionnalités avec pour objectif de les optimiser à fond. Mais c'est effectivement sur la feuille de route, tout comme l'intégration de GitHub.

Avez-vous déjà levé des fonds ?

S.G : Oui, nous avons ouvert la société au mois de mai et nous avons réussi à lever des fonds seulement trois semaines plus tard, 210 000 euros. Chez nous en Normandie, il faut au moins neuf mois pour obtenir 150 000 euros, c'est très compliqué.

Nous sommes soutenus par différentes sociétés comme Gandi, Microsoft ou Ikoula

Depuis combien de temps travaillez-vous sur le développement de cette technologie ?

S.G : Moi ça fait un peu plus d'un an que je suis là-dessus.

035C000008223578-photo-mill-engine.jpg


Et votre stratégie économique ?

S.G : Nous avons changé trois fois de business model au fur et à mesure des retours de nos clients. Nous allons bientôt lancer une version bêta aux agences qui souhaitent tester Mill Engine et dans deux mois, ils recevront un mail pour choisir un formule d'abonnement. Nous proposerons plusieurs offres en fonction du nombre de sites. La première est facturée à 29,90 euros par mois jusqu'à dix sites.

Fin janvier on aimerait avoir plusieurs centaines de bêtatesteurs pour savoir si nos processus de support sont bons, et aussi pour avoir des retours d'agences étrangères.

Quelles sont vos ambitions en termes de marché ?

S.G : Début 2016 nous allons partir aux Etats-Unis et si tout se passe bien, vers le second trimestre, nous aurons levé d'autres fonds. Le but c'est d'ouvrir tout de suite un bureau là-bas parce que le marché est énorme. Il y a 5 000 hébergeurs... c'est le nombre d'agences Web en France.

La gestion centralisée des sites est-elle nécessairement faite à partir d'une page Web ? Quid des applications mobiles ?

S.G : On n'a pas encore d'applications mobiles, mais par contre, nous avons des API disponibles dans une gamme de souscription. On aimerait aussi faire plusieurs autres choses comme proposer les sauvegardes directement en local sur des NAS par exemple.

Quelles sont vos intégrations avec Dropbox et Google Drive ?

S.G : On peut y ajouter ses plugins et ses thèmes de sites pour les récupérer directement depuis Mill Engine lors du déploiement d'un site. Encore une fois, c'est super simple.

Je vous remercie
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla aurait six ans d’avance technologique sur ses principaux concurrents
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
Apple refuse que les méchants des films utilisent un iPhone
Combien de GameBoy originaux sont encore dans les stocks de Nintendo ?
Selon Gary Kasparov, l'intelligence artificielle fera disparaître 96% des emplois
Huawei présente le Mate Xs : son smartphone pliant sera disponible en mars pour 2499€
Coronavirus : la Chine surveille WeChat et Twitter pour faire taire les critiques
Microsoft détaille les caractéristiques de sa Xbox Series X
La Commission européenne veut que les batteries de smartphone soient plus faciles à remplacer

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top