Quand l'Ina fait ses premiers pas sur le Web

le 19 mai 2006 à 13h33
0

Où l'on revient sur l'offre « Archives pour tous »


00305845-photo-ina-mascotte.jpg
C'est le travail de numérisation entrepris depuis sept ans, et dont nous venons de remonter une à une les grandes étapes, qui a permis d'aboutir à la disponibilité d'archives sur le site. L'Ina a investi 700 000 euros pour initier ce projet. Le 27 avril dernier, l'Ina a donc mis en ligne sur son site « Archives pour tous » 10 000 heures de programmes soit l'équivalent de 100 000 émissions. Jusqu'alors les archives de l'Ina n'étaient accessibles qu'aux professionnels et aux personnes accréditées. Avec ce projet, on n'assiste pas seulement à un changement de mentalité, mais littéralement à une petite révolution dans le secteur. Comparée aux teasing de dix secondes de la BBC ou à l'offre congrue de Radio Canada, deux de ses homologues dans le monde, l'offre de l'Ina apparaît sans équivalent par sa volumétrie et sa gratuité.

Pour proposer une partie de ses archives en téléchargement, l'Ina a du faire des choix techniques. Pour préserver les droits des ayant droits, il a opté pour un tatouage des fichiers et une protection DivX. Le tatouage, mis au point par , est mis sur le flux vidéo pour identifier l'utilisateur à l'origine de l'achat du document et de remonter jusqu'à lui en cas de diffusion du fichier. Cette protection concerne 20% du contenu, celui qui est payant. Les dix premières minutes du programme peuvent être visionnées gratuitement. Il faut ensuite s'acquitter d'un paiement de 1 à 12 euros pour, au choix, louer ou acquérir définitivement le programme en le téléchargeant.

00305930-photo-ina-payant.jpg
00305929-photo-ina-payant.jpg

Les 10 premières minutes des programmes payants peuvent être visionnées gratuitement.
Pour en voir plus, il faut acheter ou louer le programme


Le site est consultable sur Windows, Mac et Linux et fonctionne avec les principaux navigateurs Internet (Explorer, Firefox, Safari, Mozilla, etc.). Les archives gratuites sont diffusées en streaming (380Kb/s) et les fichiers audio encodés en MP3 à 64Kb/s.

Les projets


L'Ina ne compte pas s'en tenir à une augmentation du volume d'archives (5 000 heures de programmes supplémentaires chaque année) proposées au téléchargement. De très nombreux projets, encore dans les cartons pour la plupart, ne demandent qu'à voir le jour. Dores et déjà, on sait qu'en septembre le site s'enrichira d'une rubrique « Apprendre » qui viendra en complément des enseignements scolaires de la 6 e à la terminale. Plus proche de nous dans le temps, la rubrique « Rendez-vous » sur laquelle sont programmées les 450 heures du procès Papon. Jour après jour, du 24 mai au 12 septembre, nous pourrons donc suivre en streaming ce grand moment de l'histoire.

00305887-photo-ina-papon.jpg

Dès le 24, dans la rubrique « Rendez-vous », on pourra suivre le procès Papon tout à long de ses 450 heures


Quelles sont les priorités qui conduisent à la numérisation de tel contenu avant tel autre ? D'une part l'état des archives (Les fonds antérieurs à 1990 font l'objet d'une sauvegarde systématique), d'autre part la demande des diffuseurs et plus généralement les besoins de l'actualité (Cannes en ce moment, une personnalité dont on imagine le décès prochain...).
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés : Boitier TV
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

PS5 : une vidéo montre les temps de chargement record de la nouvelle console de Sony
Bonus / malus automobile : un demi-milliard d'euros de recettes pour l'Etat français
Certains Pixel 3a et 3a XL de Google s'éteindraient sans raison
Canva s'offre les bibliothèques d'images libres de droit Pexels et Pixabay
Huawei réagit à la décision de Google et promet un nouvel
Comparatif 2019 : quel matériel pour améliorer votre réseau Wi-Fi ?
Parcoursup, le retour : il revient avec un nouveau bug, 67 000 candidats dans le doute
Un document interne de la NASA révèle les détails de la mission Artemis
Tesla triple ses ventes en Europe grâce à l'arrivée de la Model 3
L’OMS va déterminer si l'addiction aux jeux vidéo doit être répertoriée comme maladie
scroll top