Laurent DAVID présente Tridion spécialiste européen de la gestion de contenu

Ariane Beky
26 novembre 2001 à 00h00
0
Laurent DAVID Directeur général de Tridion France présente DialogServer 4.3, une solution de gestion de contenu Web entièrement basée sur XML.

AB - Monsieur DAVID bonjour. Pouvez-vous me présenter votre parcours et votre société Tridion ?

LD - Bonjour. Je suis diplômé de Sup de Co Lille.

En janvier 2001, j'ai été nommé Directeur général de Tridion France, pour la mise en place des opérations commerciales et du développement des ventes de la solution Tridion DialogServer au niveau national.

Tridion est un éditeur de logiciels, spécialiste européen de la gestion de contenu pour sites Internet.

Auparavant, j'ai été Directeur du département Business Unit Retail pendant 3 ans, au sein de NCR France, entité de 200 MF, puis Directeur commercial chez Informix Software France pendant 2 ans.

Société néerlandaise de solutions de Web Content Management basées sur XML, Tridion a été créée en janvier 1999 mais sa solution phare existait déjà.

Twinspark, Web agency néerlandaise avait créé une solution pour répondre aux problématiques de gestion de contenu d'un de leurs clients : un quotidien national (l'équivalent du Monde).

Deux des fondateurs de Twinspark ont décidé de créer une société et de proposer une solution complète pour répondre aux besoins grandissants du marché, Tridion et Tridion DialogServer (TDS) étaient nés.

Tridion propose une solution spécifiquement dédiée à la gestion de contenu ("best-of-breed") facile à intégrer dans un environnement e-business déjà existant.

L'objectif de TDS est de rationaliser l'activité Web des entreprises en optimisant leurs processus de publication et en facilitant l'échange d'informations entre clients, fournisseurs, partenaires et employés.

Quels que soient la langue et le support, TDS cherche à améliorer la gestion des sites Web en simplifiant et en harmonisant la publication du contenu stratégique.

AB - Quelles technologies et fonctionnalités utilise Tridion DialogServer ?

LD - Un des principaux atouts de TDS est son architecture ouverte.

Pour pouvoir répondre aux besoins des environnements e-business existants, TDS est conçu sur une architecture basée sur des standards tels que XML, COM+ et J2EE

Les fonctionnalités majeures de TDS sont :

La blueprinting qui permet de centraliser un modèle unique qui répercute automatiquement toutes les modifications au travers de multiples sites Web.
La gestion du cycle de vie du contenu XML.
La réutilisation du contenu au travers de multiples supports.
Une architecture ouverte pour la rapidité d'implémentation.
La facilité d'appropriation par des contributeurs non techniques.

AB - Qui sont les destinataires d'une telle solution dédiée à la gestion de contenu Web ?

LD - TDS répond aux problématiques des organisations qui doivent gérer de multiples sites (internet, extranet, intranet) et/ou dans plusieurs langues.

Nous aidons les entreprises à rationaliser la gestion de ces sites Web en fluidifiant la gestion de leurs contenus.

Parmi nos clients en France : Carrefour (gestion du contenu vers le portail carrefour.fr) Mondial Assistance Group (Intranet Groupe), Galeries Lafayette (Intranet Groupe), L'Oreal (Internet Garnier) et en Europe : KLM (utilisation optimale du blueprinting), Scania, Ericsson, AXA, Blackwell Publishers, ADAC, AKZO Nobel, PGGM (1er fond d'investissement néerlandais), Ministère de la Culture (NL), Ministère de la Défense (NL), etc.

AB - A quel tarif est proposé Tridion DialogServer ?

LD - Pour un projet TDS, il faut compter en moyenne 150 000 euros. Le prix de la licence d'une configuration standard est de 80 000 euros.

AB - Qu'est-ce qui distingue votre offre par rapport à la concurrence ?

LD - Les fonctionnalités spécifiques Blueprinting (centralisation et localisation du contenu) ; la rapidité d'implémentation (entre 8 et 12 semaines) du fait de l'ouverture de notre solution et de notre approche "best of breed" (solution packagée, permettant à nos clients d'accéder au meilleur de chaque brique applicative pour bâtir leur solution web) ; la facilité d'utilisation et de déploiement ; une interface conviviale et personnalisable pour un coût total d'acquisition et un ROI performants.

AB - Qu'en est-il du marché européen du Web Content Management aujourd'hui ?

LD - Le WCM en Europe est véritablement au coeur des débats.

Du côté des clients, la prise de conscience dépasse le cadre de l'e-business. La problématique de production d'information et de gestion de contenu touche aussi bien les administrations que les entreprises commerciales.

L'intérêt pour une solution de WCM est généralement dicté par la nécessité de gérer aussi bien la diversité culturelle, forte en Europe, la cohérence de ses marques, la mise à disposition d'informations à jour et pertinentes.

A titre d'illustration, une étude réalisée à la demande de Tridion en collaboration avec des cabinets d'analyses, révèle que les entreprises ne maîtrisent pas la gestion de leurs sites Web.

Ces entreprises gèrent entre 2 et 400 sites avec une moyenne de 17 sites, mais la majorité d'entre elles ne sait pas quel en est le nombre exact ! Les résultats sans appel de cette étude placent très clairement la gestion de contenu Web au coeur des stratégies Internet.

Du côté des éditeurs, malgré un marché fortement atomisé, de grands acteurs européens se distinguent des autres de part leur vision, leur offre répondant aux problématiques actuelles des clients, leur part de marché, et enfin point important, leur implantation géographique : Tridion est l'un d'eux.

AB - Quel sont les objectifs de Tridion ? Des partenariats stratégiques récents ont été engagés ?

LD - D'ici fin 2002, Tridion a pour objectif de devenir le spécialiste européen incontournable, à la fois innovateur et très orienté clients, dans le secteur de l'édition de solutions de WCM.

C'est dans ce cadre que nous avons organisé notre premier User Group européen fin octobre 2001 afin de bénéficier du "retour" direct de nos clients (une centaine à ce jour).

Les sociétés de services Ernst & Young, et sont nos partenaires. En France, nous travaillons également activement avec , Extendis, Le Studio, , et Brime Ingénierie.

Les alliances ? BEA, Software AG, etc.

AB - Souhaitez-vous ajouter un commentaire pour conclure ?

LD - De ce marché très confus, on peut découper trois segments qui correspondent à trois étages applicatifs : la génération du contenu, la gestion du contenu et le déploiement.

La création du contenu provient des données, structurées ou non, stockées dans des bases de données, dans des progiciels...

Le déploiement s'apparente de son côté à la couche infrastructure où l'on trouve notamment les serveurs d'applications.

C'est sur l'étage intermédiaire, celui de la stricte gestion de contenu que Tridion compte se concentrer, dans la continuité de notre approche "best of breed".

Dans un marché économique et financier très perturbé, l'indépendance financière de Tridion - société privée, donc indépendante d'une certaine volatilité et nervosité des investisseurs dictant la stratégie d'une entreprise ; profit après seulement 2 ans d'existence attendu début 2002 - la proactivité et l'innovation de notre structure à taille humaine/européenne font de notre société un acteur alternatif incontournable face au pionnier américain de la gestion de contenu.

AB - Laurent DAVID, je vous remercie.
Modifié le 18/09/2018 à 14h09
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Airbus dévoile ses trois concepts d'avion à hydrogène, opérationnel d'ici 2035
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
Microsoft rachète Bethesda Softworks et l'ensemble de ses studios
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
scroll top