Le registrar Affilias veut freiner les cybersquatteurs du « .info »

Par
Le 16 août 2001
 0

Affilias, société d'enregistrement de noms de domaine s’attaque au « cybersquattage » pour dissuader certains candidats d’acheter le suffixe « .info »

Affilias, société d'enregistrement de noms de domaine s'attaque au « cybersquattage » pour dissuader certains candidats d'acheter le suffixe « .info »

Affilias, compagnie américaine regroupant 18 sociétés d'enregistrement de noms de domaine, tente de dissuader certains candidats à l'achat de centaines d'adresses Internet avant leur commercialisation « officielle ».

Pour le groupe Affilias, qui gère le suffixe en « .info », non seulement ces candidats « malhonnêtes » coupent l'herbe sous le pied à d'autres (entreprises et institutions diverses) mais de plus ils entament la crédibilité du « registrar ».

Le « cybersquattage » consiste à faire enregistrer des noms de domaine liés à des marques commerciales ayant pignon sur rue dans le but de tirer profit de leur revente aux sociétés propriétaires de ces mêmes marques.

Depuis le 27 juillet dernier, ces sociétés peuvent déposer leurs candidatures pour enregistrer une adresse web en « .info »

Or, des adresses telles que www.sports.info ou www.finance.info attirent des candidats qui ne disposent pas de marques commerciales, et qui de ce fait ne devraient pas voir leur candidature à l'enregistrement acceptée...

Quant au grand public, il ne pourra pas enregistrer des adresses en « .info » avant le 12 septembre.

Selon les procédures proposées par Afilias, tout le monde peut contester une candidature supposée illégitime. Chacune des parties doit verser un droit de 295 dollars, ensuite l'affaire est portée devant les autorités compétentes à l'OMPI (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle) Genève.

Le plaignant obtient gain de cause ? Il sera alors remboursé de ses 295 dollars, amputés de 75 dollars de frais de dossier. Il récupèrera ses droits sur l'adresse. En revanche, si l'accusé l'emporte, il est remboursé en totalité et conserve ses droits.

Si les détenteurs de marques commerciales ne récupèrent pas par eux-mêmes leur adresse avant Noël, Afilias se dit prêt à rechercher l'ensemble des adresses litigieuses dans ses bases de données et à déposer son propre dossier devant l'OMPI.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top