No Scam ! MySpace modifie ses conditions d'utilisation

Ariane Beky
04 novembre 2009 à 16h36
0
0050000001695590-photo-myspacelogo.jpg
Lassé des applications créées avec l'objectif d'escroquer le chaland (app scams), MySpace modifie les conditions d'utilisation de sa plateforme de développement. Dans un billet daté du 3 novembre Owen Van Natta, président du réseau social, déclare :

« Les conditions d'utilisation de MySpace Apps interdisent clairement toute activité trompeuse, mensongère et déloyale de (la plateforme) MySpace d'applications pour développeurs (...) Nos conditions d'utilisation ont été rédigées avec quatre principes à l'esprit (...) Aujourd'hui, nous ajoutons un cinquième principe (...) les promotions sans opt-in (NDLR : basées sur le consentement préalable de l'internaute). Celles-ci ne seront plus autorisées. »

MySpace, société fondée en 2003 en Californie, a été rachetée deux ans plus tard par News Corp, groupe média du conservateur australo-américain Rupert Murdoch, pour la somme de 580 millions de dollars. L'acquisition été saluée à l'époque. Depuis, Facebook et Twitter ont surpassé MySpace. En quatre mois, MySpace a perdu plus de 10 millions de visiteurs uniques (VU) outre-Atlantique pour chuter à 50,2 millions de VU en septembre 2009, d'après la société Compete.
Modifié le 18/09/2018 à 14h41
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Pour ou contre : la Nintendo Switch Lite est-elle (vraiment) une bonne idée ?
scroll top