Entretien Stéphane Van Gelder : Rod Beckstrom, le nouveau PDG de l'ICANN

26 juin 2009 à 13h43
0
00E6000002267362-photo-stephen-van-gelder.jpg
Stéphane Van Gelder
L'iCANN, l'organisation en charge de réguler les extensions de noms de domaine, a élu aujourd'hui son nouveau PDG. Le choix du conseil d'administration s'est porté sur l'américain Rod Beckstrom qui succède ainsi à l'australien Paul Twomey. A plus d'un titre cette nomination s'avère surprenante. En effet, l'arrivée d'un américain à la tête de l'ICANN contredit fortement les objectifs de l'organisation et ses désirs d'indépendance vis-à-vis du département du commerce des Etats-Unis.

Anciennement chargé de la cyber-sécurité au gouvernement, Rod Beckstrom a démissionné au mois de mars dernier en critiquant vivement l'emprise de la NSA sur la sécurité informatique du pays et le rôle mineur du département de la sécurité intérieure des Etats-Unis. Notons aussi que M. Beckstrom n'est pas familier avec le fonctionnement de l'ICANN et se place donc dans une position discutable pour certains membres de l'organisation. NetEco s'est entretenu avec Stéphane Van Gelder, membre du conseil du GNSO de l'ICANN et présent au sommet à Sydney pour cette nomination.

Lors d'un sommet à Mexico au mois de mars dernier Paul Twomey a annoncé son départ de l'ICANN. Pouvez-vous nous parler de son successeur ?

00A5000002267340-photo-rod-beckstrom.jpg
Rod Beckstrom
Stéphane Van Gelder : Il s'agit de Rod Beckstrom. C'est l'ancien patron de la cyber sécurité aux Etats-Unis. Il a quitté cette position il y a quelques mois. Les gens y voient un signal fort dans cette nomination. D'un côté l'ICANN souhaite son indépendance et ne plus être rattachée aux Etats-Unis mais le conseil d'administration vient de nommer un américain.

J'ai pu discuter un peu avec lui, c'est quelqu'un qui a une grande habilité à se montrer à l'aise. C'est un entrepreneur ; il monté plusieurs sociétés. Il a été à l'université en Suisse, donc il connaît autre chose que les Etats-Unis. Il semblait un peu surpris de l'organisation de l'ICANN mais ayant travaillé pour le gouvernement des Etats-Unis il a l'habitude des politiques un peu chaotiques !

De quelle manière s'est déroulée cette nomination ?

SVG : Le conseil d'administration a fait appel à un cabinet de recrutement extérieur : Egon Zehnder, lequel a reçu une centaine de candidatures spontanées. De son côté le cabinet a également procédé à des recherches. En tout il y avait 300 candidats. De cette liste, huit noms ont été retenus. Par la suite chacun des finalistes a passé un entretien devant le conseil de sélection.

Le conseil de sélection s'était fixé un critère de base : ne pas choisir quelqu'un qui soit habitué à la politique de l'ICANN. Ca a fait une petite polémique parce que certaines personnes qui sont déjà à l'ICANN ont certaines ambitions. Aussi certains membres estiment avoir une expérience à partager acquise sous la direction de Paul Twomey.

En ce qui concerne ce critère de base, n'est-ce pas justement une façon de rafraichir l'ICANN et de redynamiser l'organisation dans son ensemble ?

SVG : Je ne pense pas que cela soit forcément une mauvaise chose mais le fait que le choix se soit arrêté sur un américain est discutable. Les gens auraient préféré quelqu'un de plus neutre. Lors d'une discussion préalable le président du conseil a été clair : un candidat ne sera pas écarté simplement parce qu'il est américain.

Quelles sont les principales missions qui attendent Rod Beckstrom ?

SVG : Il y a deux gros dossiers qui l'attendent : cette histoire du contrat avec le département du commerce américain et les nouvelles extensions web. En ce qui concerne les gTLD, il y a eu un message clair de l'ICANN : le calendrier sera respecté. L'ouverture du site d'appel à candidature se fera en février 2010. Au cours des quatre à cinq mois suivants l'ICANN sera chargée de valider ces dernières. En tout, le traitement devrait s'étaler sur 7 mois et nous devrions ouvrir les premières gTLD avant la fin 2010.

Quelles sont les demandes qui ont déjà été envoyées à l'ICANN ?

SVG : Il y a quelques projets comme le .food qui a été demandé par un grand chef américain. Aussi Shaquille O'Neal a souhaité voir la création du .basketball. Il y a également le .sydney en préparation.

Qu'en est-il du contrat qui lie l'ICANN au département du commerce américain ?

SVG : Ce contrat s'achève au 30 septembre prochain. C'est le conseil d'administration qui choisira de le renouveler ou non. Certains pensent que l'ICANN n'est pas encore prête à être une organisation indépendante. Aussi il ne faut pas oublier les accords de l'IANA (NDRL : Internet Assigned Numbers Authority), ce qui donnent à l'ICANN le contrôle de la racine Internet pour mettre en fonction les nouvelles extensions créées. L'ICANN a d'ailleurs été spécifiquement créée pour prendre le contrôle de l'IANA. C'est la base de l'Internet. Si l'ICANN ne renouvèle pas son contrat avec le département du commerce américain, les Etats-Unis peuvent très bien stopper les accords de l'IANA et dans ce cas-là l'ICANN ne sert plus à rien, d'autant que les Etats-unis ont un droit de véto sur le conseil d'administration.

Je vous remercie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Mozilla : entretien avec M. Shaver et J.Nightingale
Le site de l'Ina modernisé : 25 000 heures d'archives
Impôts : 9,7 millions de télédéclarations en 2009
L'iPhone 3GS profite à YouTube : +400% de vidéos envoyées depuis un mobile
Détails supplémentaires sur le Zune HD, Tegra confirmé
Corsair décline ses SSD
L'Ina.fr s'étoffe en mode
Insolite : une tente solaire et connectée pour geeks écolos
Afdel et FSI veulent renforcer la capacité de financement des éditeurs de logiciels
Plusieurs outils pour voir ses villes de  Cities XL
Haut de page