Polémique sur la libéralisation des domaines Internet

17 décembre 2008 à 13h05
0
0082000000337542-photo-logo-icann.jpg
Au mois de juin dernier, l'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), cette organisation chargée de superviser la gestion des suffixes Internet, avait annoncé la libéralisation des noms de domaines. A ce jour, les TLD (Top Level Domain) sont peu nombreux (.com, .fr, .net...) et pour redynamiser le marché l'ICANN souhaiterait que chacun ait la possibilité d'acheter directement l'extension de son choix.

Paul Twomey, PDG de l'ICANN avait alors déclaré : « dès le premier trimestre, les 1,3 milliard d'internautes pourront acquérir des adresses génériques, en déposant des mots courants comme '.amour', '.haine' ou encore des noms propres ». Ce sont donc entre 200 et 800 nouvelles extensions qui devraient voir le jour en 2009. Pourtant, si l'idée semble plutôt bonne au premier abord, le magazine Ars Technica souligne que cette initiative n'est pas sans poser plusieurs problèmes auprès des professionnels.

Visibilité et recherche
C'est véritablement la syntaxe de l'adresse Internet qui sera modifiée par ces nouvelles extensions et cela ne sera pas sans perturber l'utilisateur. Ainsi, l'internaute sait qu'une adresse de type .mobi a de fortes chances de retourner un site optimisé pour les téléphones portables ou qu'un site universitaire est caractérisé par le TLD .edu.

En admettant que le site mobile www.wap.dupont devienne très populaire l'année prochaine, de quelle manière pourrais-je m'y rendre ? Pour beaucoup, le premier réflexe serait d'entrer wap.dupont.com ou www.dupont.mobi dans la barre d'adresse du navigateur. Bien sûr, il y a ce cher moteur de recherche mais doit-on pour autant déstructurer une organisation pré-établie chez l'utilisateur ?

Cyber-squatting
La libéralisation des noms de domaine pose aussi le problème du cyber-squatting. Ainsi, les URL Clubic.net ou Clubic.fr redirigent automatiquement le visiteur vers Clubic.com. Par cette pratique, le contenu du magazine est non seulement plus accessible pour l'internaute mais il s'agit aussi d'une stratégie pour empêcher le développement de sites frauduleux ou publicitaires ciblant les lecteurs égarés.

Cependant, les choses ne seront pas aussi simples avec une extension personnalisée. Si un site Internet tel que Clubic n'aurait pas besoin d'acheter l'extension .clubic, cela resterait néanmmoins une assurance contre une potentielle utilisation frauduleuse.

De la même manière, pour éviter toute forme de cyber-squattage, les adresses newyorktimes.com et nyt.com redirigent vers nytimes.com. Cela signifie qu'à l'avenir, le journal américain pourrait devoir acquérir trois TLD différents .nyt, .nytimes et .newyorktimes.

Dans la mesure ou cette extension sera vendue à 185 000 dollars, auxquels il faudra ajouter 75 000 dollars pour une utilisation annuelle, certains pointent du doigt une hypocrisie de la part de l'ICANN qui se définit comme : « une organisation internationale publique à but non lucratif vouée à rendre l'Internet plus sécurisé, plus stable et plus interopérable ».

L'ICANN est-elle en passe de dessiner un nouveau marché lucratif sur Internet ?
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
Le site des impôts affecté par le piratage de 2000 boîtes mails
RGPD : un consentement « explicite et positif » bafoué à plusieurs niveaux
SFR dévoile sa nouvelle Box SFR 8 et une grille tarifaire à partir de 5€ par mois

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top