La gendarmerie nationale confirme sa migration vers Ubuntu

Amorcé de longue date, le virage de la Gendarmerie Nationale devrait s'accentuer dans les années à venir. L'un de ses représentants a en effet confirmé que 85 000 de ses postes informatiques profiteraient de la distribution GNU / Linux Ubuntu d'ici 2015. Le calendrier de déploiement, mis en avant par Canonical dans une plaquette commerciale de type « cas client », prévoit dans un temps la migration de 10 000 postes par an.

Ubuntu logo
Bien qu'elle n'ait pas encore totalement porté ses fruits, la décision remonte en réalité à 2007, date à laquelle la Gendarmerie envisageait d'abandonner Windows XP pour se tourner vers son successeur, Vista. Elle avait déjà, alors, embrassé la suite bureautique OpenOffice.org ainsi que les logiciels Firefox et Thunderbird et justifiait cette décision par la volonté de réduire les coûts engendrés par l'approvisionnement en licences informatiques, ainsi que par la nécessaire indépendance des administrations vis à vis d'un éditeur.

A l'heure actuelle, quelque 7 000 postes auraient d'ores et déjà été passés sous une édition desktop d'Ubuntu. « Nous ne rencontrions pas des problème techniques, mais financiers », explique (PDF, anglais) le commandant Jean-Pascal Chateau. « Pour la même quantité de travail et un rendement équivalent, nous avons réalisé que Windows nous coûterait 2 millions d'euros de plus par an qu'Ubuntu ».

Bien que le représentant de la Gendarmerie invoqué dans ce cas client insiste sur la dimension financière de l'opération, Canonical se fait fort de mettre en exergue les bénéfices fonctionnels apportés par Ubuntu, en insistant sur des points tels que la rapidité du déploiement des mises à jour logicielles ou l'homogénéité des interfaces proposées aux agents des forces de l'ordre.
Modifié le 13/12/2010 à 16h47
Commentaires