La bataille pour sauver le .org n'est pas perdue, de grands noms de l'Internet s'organisent

09 janvier 2020 à 08h20
0
org.jpg

Les défenseurs d'Internet, opposés à la cession de l'extension de domaine à Ethos Capital, ont créé une coopérative pour faire acte de résistance.

Fondée en 1992, l'Internet Society, organisme à but non lucratif, a créé en 2002 le registre d'intérêt public (Public Internet Registry ou PIR), qui a depuis la gestion totale du nom de domaine .org, apposé à environ 10 millions de sites web dans le monde. Mais l'annonce, en novembre dernier, de la cession du PIR au fonds d'investissement Ethos Capital ne passe pas du côté des protecteurs d'Internet.

Une coopérative créée spécialement pour revendiquer leur opposition...

Pour empêcher la cession et stopper la transaction, estimée à 1,1 milliard de dollars et devant être définitivement bouclée au cours du premier trimestre 2020, les défenseurs d'Internet ont créé une coopérative à but non lucratif, afin de proposer une alternative visant à empêcher que l'extension .org ne se transforme en outil de censure, ce qu'ils redoutent.


La coopérative (Cooperative Corporation of .ORG Registrants) est composée de sept administrateurs, parmi lesquels Esther Dyson, la fondatrice de l'ICANN (Société pour l'attribution des noms de domaine et des numéros sur Interne). Il est intéressant d'y retrouver l'ancienne journaliste, étant donné que l'ICANN aura contribué à favoriser la vente du PIR en levant la limite de prix sur les extensions .org. Celle-ci n'est visiblement et définitivement pas satisfaite par cette opération.

Au sein de la coopérative, on retrouve également Katherine Maher, qui n'est autre que la directrice générale de la Wikimedia Foundation (depuis 2016), l'association qui milite pour le libre partage de la connaissance au travers des nombreux projets Wikimédia comme Wikipédia, le Wikitionnaire, Wikimédia Commons, Wikidata, etc.

...et faire plier l'ICANN, qui possède un droit de veto encore utilisable

Parmi ses soutiens, la coopérative peut compter sur celui de l'Electronic Frontier Foundation, une organisation californienne non gouvernementale internationale (ONGI) qui protège les libertés sur Internet et qui s'était aussi opposée à la vente.


Tous les opposants à la cession espèrent que l'Internet Society reviendra en arrière. Ils essaient aussi et surtout de convaincre l'ICANN d'empêcher la vente de l'extension à Ethos Capital. L'ICANN jouit en effet d'un droit de veto qui lui donne la possibilité de de s'opposer à tout moment à un changement de propriétaire si la sécurité, la fiabilité ou la stabilité du domaine .org est remise en cause. L'ICANN a, théoriquement, jusqu'à la fin du mois de janvier pour se prononcer.

Les membres de la nouvelle association espèrent créer « un modèle alternatif avec un engagement à long terme pour l'Internet ouvert et non commercial ».

Source : Engadget
Modifié le 09/01/2020 à 09h22
2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Le vaisseau Starship de SpaceX est homologué par la FAA
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top