Avis MEGA.nz (2021) : le stockage cloud sécurisé et confidentiel

03 mars 2021 à 11h59
0

En seulement quelques années, MEGA est devenu l’une des stars du stockage cloud grand public. Malgré son histoire controversée, son succès ne s’est jamais démenti. Le service offre un solide cryptage de bout en bout, des applications soignées, et l’un des plus généreux espaces de stockage gratuit. Il n’est en revanche pas taillé pour la collaboration en ligne…

Mega
  • Espace de stockage de 15 Go extensible
  • Sécurité et confidentialité
  • Fonctionnalités de partage
  • Applications mobiles
  • Chat anonyme
  • Synchronisation basique
  • Pas d'applications tierces
  • Collaboration limitées
  • Vitesse de téléchargement
  • Tarifs assez élevés

MEGA a été fondé en janvier 2013 à Auckland en Nouvelle-Zélande par Kim Dotcom tout juste un an après la fermeture par le FBI de son site de téléchargement illégal Megaupload. Le trublion du net qui se trouvait alors en pleine débâcle judiciaire avec les autorités américaines tente de redorer son blason en ouvrant un service de stockage cloud. A l’époque, sa popularité était telle que 100 000 utilisateurs avaient ouvert un compte une heure après son lancement et plus de 1 million en 24 heures !

Une histoire controversée

Malgré le succès, les premières années de MEGA ont été marquées par de nombreuses controverses. Outre la lenteur de la synchronisation des fichiers, plusieurs experts ont révélé que le service comportait de nombreuses failles de sécurité. Deux après le lancement de MEGA, Kim Dotcom quitte l’entreprise et part en croisade contre cette dernière. Il déclare alors dans les médias qu’il ne fait plus confiance à MEGA et affirme que les données des internautes n’y sont plus en sécurité. Selon lui, MEGA a été victime d’une prise de contrôle hostile par un investisseur chinois nommé William Yan. Recherché pour fraudes en Chine, il aurait utilisé des hommes de paille et diverses entreprises pour racheter 18,8 % des actions de MEGA.

La direction de MEGA a vivement réfuté ces accusations en arguant que les actions de la société étaient détenues par 17 investisseurs dont la liste était publiée officiellement sur le site du gouvernement néozélandais. Quelques mois plus tard, un événement a alimenté à nouveau la polémique. Li Zhi Min, un autre homme d’affaires chinois basé à Pékin rachète 43 % des actions de MEGA et en devient l'actionnaire principal. Certains utilisateurs sont réticents à l’idée de confier leurs données à une société contrôlé par un homme potentiellement sous la coupe du gouvernement chinois.

MEGA.nz 2021 © Wikimedia
Le sulfureux fondateur de MEGA.nz Kim Dotcom / ©Wikimedia

La prudence est toujours de mise, mais cela ne devrait à priori pas poser de problèmes. Non seulement les données sont cryptées par les utilisateurs sur MEGA, mais la société est soumise à la juridiction néozélandaise et dirigée par un conseil d’administration. Après ces débuts chaotiques, l’évolution du service a fini par faire taire les critiques. Devenu beaucoup plus fiable et sécurisé, MEGA constitue désormais l’un des poids lourds du cloud et totalise pas moins de 210 millions utilisateurs, dont 10 millions actifs chaque jour.

MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021

Infrastructure et sécurité

Le service de stockage créé par Kim Dotcom a mis d’emblée l’accent sur la sécurité et la confidentialité des données des utilisateurs. MEGA est l’un des seuls services cloud à proposer un cryptage de bout en bout gratuitement. Il s’agit d’un chiffrement AES (Advanced Encryption Standard) permettant aux utilisateurs de chiffrer eux-mêmes leurs données et d’obtenir une clé privée de déchiffrement. Tous les fichiers téléchargés sur un compte MEGA sont cryptés à l’aide d’une clé dérivée du mot de passe d’accès. L’utilisateur est le seul à pouvoir accéder à ses propres données. Concrètement, ni MEGA ni des tiers ne peuvent accéder aux données des comptes des utilisateurs.

MEGA recommande toutefois de créer un mot de passe maître robuste et unique pour limiter les risques de piratage. Celui-ci doit être sauvegardé précieusement, car en cas d’oubli, il devient impossible d’accéder à son compte. Pour pallier à cette éventualité, il est possible d’enregistrer une clé de récupération via le client de MEGA pour réinitialiser le mot de passe. Comme beaucoup de services numériques, MEGA propose désormais une couche de sécurité supplémentaire avec l’authentification à deux facteurs.

MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021

Contrairement aux services cloud d’Amazon, Dropbox, Google ou Microsoft, MEGA n’est pas propriétaire de son infrastructure réseau. Peu loquace sur ce sujet, l’entreprise loue des serveurs dans des centres de données basés notamment en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Luxembourg, en Allemagne, en France, aux Pays-Bas, en Espagne, en Belgique et au Canada. Il est précisé sur son site Internet qu’aucune donnée n’est stockée aux États-Unis. Depuis 2018, MEGA appliquerait les protections et les droits prévus par le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) européen à l’ensemble de ses utilisateurs dans le monde.

MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021

Sauvegarde et syncrhonisation

A l’instar de Dropbox, MEGA possède une large couverture multiplateforme. Le service propose des applications pour les principaux OS du marché (Windows, macOS, Linux, Android et iOS), ainsi que des extensions pour les navigateurs Web Chrome, Edge et Firefox. Il est également possible d’accéder au service depuis le site MEGA.nz en se connectant à son compte. Pour obtenir un compte, il suffit d’indiquer un nom, une adresse email et un mot de passe, puis vérifier ensuite l’adresse email. Il n’y a plus qu’à télécharger ensuite les clients de MEGA via l’interface Web. Quel que soit le type de compte (gratuit ou payant), MEGA n’impose aucune limite d’appareils. Lors de l’installation du client, le service crée un dossier local baptisé MEAGsync et demande de choisir entre une synchronisation complète ou sélective.

MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021

Un très bon point pour ceux qui souhaitent sauvegarder des données situées sur différents disques durs internes, externes ou même réseau. À titre de comparaison, des services tels que Dropbox permet uniquement de faire des sauvegardes complètes ou sélectives du disque dur principal. Avec MEGA, toutes les données ajoutées dans le cloud sont automatiquement répliquées et accessibles sur les appareils dotés du client de MEGA. La synchronisation des données déplacées dans le dossier local MEGAsync n’est pas automatisée. Il faut faire un clic droit sur le dossier ou le ficher et sélectionner « Téléverser vers MEGA ». Contrairement à Dropbox, les technologies de synchronisation restent très basiques.

MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021

MEGA ne propose ni la compression des données avant leur transfert pour optimiser la vitesse, ni la synchronisation dite partielle permettant d’enregistrer uniquement des métadonnées en local pour préserver l’espace de stockage (les fichiers sont téléchargés qu’en cas de besoin). De plus, MEGA ne prend pas en charge la synchronisation différentielle (par blocs) lors des mises à jour des fichiers synchronisés. Au lieu de télécharger uniquement les modifications, il faut télécharger à nouveau l’intégralité des fichiers. De ce fait, les vitesse de téléchargement sont inférieures à la moyenne. Il nous a fallu 1,38 minute pour télécharger un fichier de 1,50 Go à une vitesse comprise entre 19,9 et 25,9 Mo/s, contre 1,05 minute sur Dropbox, ou 46,33 secondes sur Google Drive, par exemple.

MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021

Fonctionnalités

Le service se démarque par ses fonctionnalités de partage avancées. Pour partager un dossier ou un fichier, il suffit de faire un clic droit dessus, sélectionner « Obtenir le lien MEGA » puis l’envoyer en le copiant dans un email, une messagerie instantanée ou les outils de communication maison. Toutes les données téléchargées sur MEGA sont chiffrées, mais les liens de partage se voient en plus protégés par une clé de cryptage distincte. Il est également possible d’ajouter un mot de passe pour chaque lien de partage de fichiers. La console de gestion web et les applications mobiles permettent également de partager des donnés avec d’autres utilisateurs de MEGA. Pour cela, il suffit de créer un « Nouveau dossier partagé » via le menu « Partagé avec moi », puis sélectionner les fichiers et indiquer les adresses email des personnes avec qui on souhaite les partager.

MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021

Les destinataires reçoivent un email avec un lien et une clé de déchiffrement individuelle pour accéder aux contenus. Ce second mode de partage permet de définir des autorisations et choisir si les fichiers peuvent être modifiés, supprimés ou seulement consulter. Avec les comptes payants, il est possible de définir en outre une date d’expiration des partages. A noter que les partages de contenus sont enfin décomptés de la limite du « Quota de stockage », mais celle-ci n’est étonnement pas clairement indiquée sur les comptes gratuits. Au registre des fonctions intéressantes, MEGA dispose d’un client de messagerie appelée MEGAbird permettant d’envoyer des fichiers volumineux par email, même si les destinataires ne possèdent pas de compte MEGA.

MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021

Plus étonnant, le service dispose d’un chat pour la collaboration en ligne protégé également par le protocole de cryptage de MEGA. Disponible via l’interface web ou les applications mobiles, il permet de communiquer en toute confidentialité ou même de partager très facilement des photos ou des vidéos. Il est possible de créer par exemple des conversations de groupe en envoyant un lien sécurisé à chaque interlocuteur. Seuls les comptes payants ont accès aux appels vocaux et vidéo et les outils pour réaliser des visioconférences sécurisées.

MEGA conserve également par défaut les anciennes versions des fichiers téléchargés sur le cloud. Pratique, cela permet de récupérer un fichier en cas de suppression ou de modification accidentelle. De même le service conserve tous les fichiers supprimés dans une corbeille durant une période de 30 jours au maximum. A condition de posséder un compte payant, cette durée peut être étendue selon ses besoins.

MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021

Ergonomie

Le système de gestion des fichiers de MEGA est assez complet. Il offre notamment la possibilité d’afficher des statistiques de l’utilisation de l’espace de stockage cloud, de glisser/déposer des contenus directement sur l’interface Web, de prévisualiser des documents (Office, PDF…) ou même lire des vidéos via un lecteur intégré. Les options de collaboration s’avèrent en revanche très limitées, car MEGA n’intègre pas d’applications tierces comme Microsoft Office, Google Docs, Teams, etc. Les services de Google Drive, One Drive ou Dropbox constituent un bien meilleur choix pour la collaboration.

Les différents clients et la console Web de MEGA permettent d’accéder au service de différentes manières. Tous les outils de MEGA ont été traduits dans un français parfait. Les applications de bureau et la console Web commencent à dater, mais leur interface demeure relativement simple à appréhender et à utiliser au quotidien. Mention spéciale pour les applications mobiles qui intègrent la quasi-totalité des fonctionnalités de MEGA. Elles proposent en prime la possibilité de synchroniser automatiquement sur le cloud toutes les photos et vidéos prises avec les terminaux mobiles. Les extensions pour les navigateurs Web sont quant à elles pratiques pour accéder en un clic à l’interface web.

MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021
MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021
Application mobile de MEGA
MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021

Les offres de MEGA

Contrairement aux services cloud concurrents, le plan gratuit donne accès à la plupart des fonctionnalités de MEGA. Lors de l’ouverture d’un compte, le service offre un espace de stockage gratuit record de 50 Go, mais attention, car celui-ci n’est en réalité que temporaire. Cette capacité se compose en réalité 15 Go incompressibles et sans limite de temps, et de 35 Go offerts durant seulement… 30 jours ! Joueur, MEGA propose à ses utilisateurs des objectifs pour augmenter la capacité : 20 Go pour l’installation de MEGA Sync (le client pour ordinateur), 15 Go pour l’application mobile, ou encore 10 Go en parrainant un ami. De quoi étendre facilement la capacité de stockage sans débourser un centime, mais la durée de ces bonus s’avère malheureusement limité entre 180 et 365 jours. Une technique commerciale pour inciter les utilisateurs à migrer vers les formules payantes.

MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021

Le service néo-zélandais propose quatre plans payants avec différentes capacités de stockage auxquels s’ajoute une offre entreprise spécifique. Ces mises à niveau comprennent quelques options supplémentaires par rapport à la version gratuite (limites de temps et mots de passe pour les liens de partage, visioconférence sécurisée, période de conservation des fichiers plus longue, support prioritaire…), mais aucune d’entre elles n’est véritablement essentielle. À moins d’avoir besoin de grandes capacités de stockage, il n’y a pas un grand intérêt à migrer vers une offre payante en termes de sécurité et de fonctionnalités. Voici les différentes formules de MEGA :

  • Pro Léger : 4,99 €/mois, 400 Go de stockage/1 To de transfert
  • Pro I : 9,99 €/mois, 2 To de stockage/2 To de transfert
  • Pro II : 19,99 €/mois, 8 To de stockage/8 To de transfert
  • Pro III : 29,99 €/mois, 16 To de stockage/16 To de transfert
  • Business : 10 €/utilisateur, stockage et transfert illimité (minimum 3 utilisateurs)

Les tarifs de MEGA se situent dans la moyenne haute du marché. La formule Pro Léger la moins chère à 4,99 € pour 400 Go de stockage et 1 To de transfert se révèle la plus compétitive. MEGA se distingue par ailleurs de ses principaux concurrents Dropbox et pCloud avec ses formules Pro II et Pro III comprenant des capacités de stockage beaucoup plus importantes de 8 et 16 To. Comme la plupart de ses concurrents, MEGA propose enfin une formule entreprise avec un stockage et une capacité de transfert illimité. En l’absence de l’intégration d’applications tierces pour la collaboration en ligne, l’écosystème de MEGA demeure toutefois très limité pour les entreprises.

MEGA.nz 2021 © MEGA.nz 2021

Conclusion

Malgré des débuts chaotiques, MEGA a réussi à redresser la barre. Bien plus fiable et stable que par le passé, le service offre un haut niveau de protection et de confidentialité avec une sécurité de bout en bout pour les données comme les communications. Compatible avec la plupart des plateformes et doté d’applications mobiles très soignées, MEGA offre l'un des plans gratuits les pus attractifs du marché. Outre un généreux espace de stockage de 15 Go extensible, il intègre à quelques exceptions près toutes les fonctionnalités du service, y compris les technologies de cryptage qui sont rarement gratuites.

Le constat est plus mitigé pour les formules payantes. Bien que le service offre des capacités de stockage et de transfert beaucoup plus élevées que la moyenne, ses technologies de synchronisation demeurent basiques et ses outils de collaboration très limités. Des lacunes qui ne sont malheureusement pas compensées par ses tarifs qui se situent dans la moyenne haute du marché. MEGA peut toutefois s’avérer un excellent choix pour ceux qui ont essentiellement besoin de faire de la sauvegarde pure et dure sur le cloud.

Mega

8

MEGA constitue toujours le meilleur service cloud multiplateforme gratuit. Il se distingue par sa sécurité de bout en bout, son espace de stockage extensible généreux, ainsi que pour ses possibilités de sauvegarde sélectives et ses fonctions de partage.

Les plus

  • Espace de stockage de 15 Go extensible
  • Sécurité et confidentialité
  • Fonctionnalités de partage
  • Applications mobiles
  • Chat anonyme

Les moins

  • Synchronisation basique
  • Pas d'applications tierces
  • Collaboration limitées
  • Vitesse de téléchargement
  • Tarifs assez élevés

Journaliste depuis vingt ans, je ne me lasse pas d’explorer la planète techno à la recherche des dernières innovations. De Paris, à Vegas, e...

Journaliste depuis vingt ans,...

Lire d'autres articles
Lire d'autres articles
Modifié le 26/03/2021 à 10h32
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0
  • Indépendance
  • Transparence
  • Expertise

L'équipe Clubic sélectionne et teste des centaines de produits qui répondent aux usages les plus courants, avec le meilleur rapport qualité / prix possible.

Haut de page