Quel est le meilleur antivirus ? Notre comparatif

Interface utilisateur


Quelle est la meilleure interface utilisateur pour un antivirus ? On pourrait répondre que c'est justement la plus invisible, mais pas que ! C'est effectivement un critère important : tous les utilisateurs ne veulent pas avoir à gérer eux-mêmes la protection dans les moindres détails, mais on apprécie également la possibilité de garder un contrôle sur ce que fait le logiciel.

Le meilleur compromis entre simplicité d'utilisation et granularité des paramètres nous paraît être Kaspersky Antivirus. L'antivirus russe a su épurer l'interface à la mode Windows 10 sans qu'on cherche où sont les options avancées.

Kaspersky Anti-virus 2016


C'est clair, complet, suffisamment autonome pour que le néophyte n'ait pas besoin de mettre les mains dans le moteur, et assez paramétrable pour satisfaire les plus exigeants.

Kaspersky Anti-virus 2016


Dans la même lignée, on trouve G Data et ESET NOD32. La version 9 de ce dernier, que nous avons utilisé en bêta, revoit un peu l'aspect graphique en gardant à peu près la même hiérarchie. On doute toujours de la nécessité d'afficher un humanoïde sur la page d'accueil, mais ça reste assez clair.

G Data 2015 accueil


En revanche, comme G Data, ESET ne lésine pas sur les options avancées, qui ont le mérite d'être bien cachées, mais qui risquent de tourner la tête au néophyte : la protection peut être configurée dans les moindres détails.

NOD32 accueil
NOD32 parametres


Avast reste un autre modèle du genre si vous ne souhaitez pas payer pour un antivirus. Comme tous les gratuits hors Windows Defender (qui n'a rien à vendre), on déplore là encore la présence d'incitations parfois pernicieuses à mettre son logiciel « à niveau » vers une version payante, mais l'organisation est claire et l'accès aux différentes fonctionnalités évite l'austérité d'un Avira.

Avast 2015 accueil


Franchement, aucun antivirus testé n'est réellement inutilisable tant il est austère : on est loin de l'aridité (que certains appréciaient !) d'un NOD32 à ses débuts. Mais quelques uns franchissent la limite : certes, très simples d'utilisation, mais vraiment basiques dans leur niveau de paramétrage. Windows Defender souffre de ce défaut, mais en tant qu'antivirus minimaliste intégré à Windows, on ne lui demande pas beaucoup plus, même si on aimerait pouvoir réaliser une analyse sur un fichier depuis un clic-droit, ce qui n'est plus possible depuis qu'il est devenu un composant système.

F-Secure Antivirus fait également partie des suspects, et c'est un peu plus embêtant dans la mesure où on ne peut même pas (ou alors on a vraiment mal cherché) déterminer une action automatique à entreprendre en cas de découverte d'une menace. Et c'est d'autant plus frustrant que l'option est mentionnée dans l'aide du logiciel, mais introuvable à l'endroit où elle est censée être ! Dommage, car la dernière mouture de l'antivirus est assez agréable et corrige certains problèmes d'ergonomie, comme la suppression de cet étrange widget qui ajoutait un clic entre l'icône de notification et la fenêtre principale.

F Secure 16.0
F Secure 16.0


BitDefender souffre de l'excès inverse. De version en version, son interface s'est complexifiée, et l'éditeur cherche depuis à simplifier son utilisation. La mouture 2016 tente de hiérarchiser un peu mieux les composants les plus utilisés. C'est plus réussi, mais derrière, ça reste un peu fouillis.

BitDefender 2016 accueil
BitDefender 2016 modules


Il y a aussi ceux qui ne bougent pas : Norton Security et McAfee Antivirus Plus sont fidèles à eux-mêmes. D'un côté, une interface pas trop complexe pour l'utilisateur néophyte, mais du côté de McAfee, la navigation reste un peu éparpillée. On attend une version 2016 qui devrait revoir l'ergonomie du produit d'Intel Security.

McAfee 2015 Accueil
Norton security interface


Norton Security propose quant à lui une ergonomie maîtrisée. Les différents onglets (Sécurité, identité, performances...) peuvent être dépliés ou repliés, et révéler des raccourcis vers les fonctionnalités principales de chaque module.

Les paramètres sont assez simples d'accès pour le grand public, et l'utilisateur lambda n'aura pas trop à s'y perdre de toute façon : le logiciel a été pensé pour s'auto-réguler sans intervention de l'utilisateur. En revanche, le power user n'y trouvera pas une souplesse digne d'un NOD32, même si l'antivirus est plus malléable qu'un F-Secure ou un MSE/Windows Defender.

Norton security parametres 1
Norton security parametres 2


Enfin, si on aime globalement les interfaces de Avira Free, sa tendance, calquée sur AVG, à englober l'antivirus dans une sorte de hub qui ne sert qu'à vendre les versions payantes agace un peu. C'est d'autant plus dommage que Avira faisait partie des bons élèves là dessus, son interface utilisateur étant un modèle de légèreté, tout en offrant un bon niveau de personnalisation.

Avira 2015 accueil
Modifié le 14/06/2016 à 11h28
Commentaires