Panasonic FT5 : présentation du compact étanche et verdict

Vidéo : Test du Panasonic FT5

Panasonic a bien un FT6 dans sa gamme 2015 d'appareils photo, mais il ne sera pas commercialisé en France. C'est donc toujours le FT5 qui porte les couleurs de la marque. L'appareil qui nous avait séduits l'année dernière a-t-il oui ou non pris un coup de vieux ?

Présentation et prise en main

Le FT5 est solide, du moins en apparence. La construction apparaît sérieuse, ça se sent au poids et à la présence de métal dans le châssis. Notre appareil de prêt a visiblement écumé les rédactions : en dehors de rayures et d'inscription effacées, il est toujours entier et fonctionnel. Enfin, nous verrons plus loin que la stabilisation optique a possiblement pris une « pétouille ». En revanche, c'est désormais le moins étanche de notre sélection, et du marché des compacts renforcés haut de gamme. Si 13 m ne vous suffisent pas, il faudra opter pour le caisson optionnel.

Nos appréciations formulées l'an dernier quant à sa prise en main demeurent : il manque un grip avec une véritable accroche et la profusion de boutons à l'arrière du boîtier n'est pas forcément commode sous l'eau. En outre, c'est trop la pagaille dans l'interface à notre goût.

Panasonic FT5


Néanmoins, l'écran est parfaitement visible sous l'eau et une fois qu'on a choisi le mode plongée ou sous-marin avancé (au-delà de 3 m), il n'y a plus grand-chose à faire. Une vue rapprochée ? L'appareil n'a pas de mode macro subaquatique à proprement parler : il photographie jusqu'à 5 cm de distance. C'est pratique, on ne se pose pas de question. La manette de zoom est souple mais précise. Enfin les instruments de mesure (profondeur, altitude, pression) et outils de localisation (GPS et boussole) constituent des atouts intéressants pour les activités en extérieur.

Rapidité et qualité d'image

Le Panasonic FT5 se fait largement dépasser par le TG-4 d'Olympus, mais il compte toujours parmi les compacts étanches les plus rapides. L'appareil est réactif, la rafale culmine à 10 im/s (5 im/s avec actualisation de l'AF !) et l'autofocus ne se fait guère attendre. Surtout, il ne se trompe pas souvent.

PanasonicFT5 timings


Le FT5 utilise un capteur CMOS rétro-exposé de 16,1 mégapixels. En studio et par bonnes conditions, Panasonic gère bien son sujet. On part d'images détaillées à 100 ISO, encore assez fines à 400 ISO (malgré un bruit chromatique bien présent) et toujours exploitables à 800 ISO, là où d'autres appareils s'effondrent. Bon, ça c'était avant que le TG-4 ne propose du RAW, et par conséquent, des meilleurs résultats via un post-traitement. Mais le FT5 fait tout de même bonne figure. Et surtout, c'est un bon point dont tous ne peuvent pas se prévaloir : Panasonic met à jour régulièrement ses appareils.

Maintenant, sous l'eau, le FT5 n'est pas celui qui restitue les images les plus flatteuses… litote à traduire par « le rendu très réaliste mériterait un petit coup de boost pour aguicher l'œil ». Oui, sous l'eau on manque souvent de contraste par défaut, et la colorimétrie résulte à la fois blafarde, à la fois un peu trop verdâtre. Normalement, les modes « plongée » des appareils cherchent à équilibrer cela, en appuyant le contraste et en injectant une dose de rouge pour compenser l'absence de cette teinte dans les fonds marins. Tâche délicate qui peut vite donner n'importe quoi si les automatismes sont mal gérés mais qui rend des images fades si le dosage manque. Avec le FT5, on est plutôt dans ce deuxième cas de figure. Bon point en revanche : l'optique est assez homogène, à défaut d'être la plus lumineuse et la plus ample en zoom.

P1020960


Fonctionnalités et vidéo

Le FT5 est un appareil complet et capable. Seulement, il faut prendre le temps de l'apprivoiser. Ses fonctionnalités phares sont éparpillées dans les différentes strates de l'interface : en accès direct, via les modes scènes, dans le menu, dans les réglages rapides, dans les commandes créatives… c'est comme les œufs de Pâques, il faut les chercher. Et les cloches ont été généreuses : mode manuel (certes limité à deux ouvertures), panoramique à la volée, HDR, photo 3D, nocturne sans trépied, effets photo, bracketing, intervallomètre, etc. Sans oublier le GPS (pas de cartographie mais une gestion des points d'intérêt), le Wi-Fi et le NFC.

La vidéo reste un domaine où le FT5 est à l'aise. Pour profiter du potentiel du compact, il faut se mettre en AVCHD et subir le fichier MTS. Cependant, les vidéos en 1080p à 50 im/s, encodées à près de 28 Mbps, sont belles et fluides. L'autofocus assure au fil des coups de palmes, en revanche, la stabilisation optique s'est avérée décevante sur notre modèle de test. Est-ce que ce FT5 a chu un peu trop souvent ? Parce que sur le modèle testé l'année dernière, la stabilisation optique fonctionnait parfaitement bien. Voilà qui met en lumière un souci potentiellement gênant avec les baroudeurs équipés de lentilles mobiles : la fragilité de cette stabilisation - la plus efficace - tolère assez mal d'être brutalisée, c'est pourtant le lot de châtiments auxquels s'exposent ces appareils. Faut-il y voir une légèreté de construction du FT5 en particulier et malgré les apparences ? On ne peut répondre à cette question, ne sachant pas quel sort a subi notre exemplaire depuis sa sortie d'usine.

Conclusion

Le Panasonic FT5 se négocie aux alentours des 260 €. Si l'immersion à 13 m « seulement » n'est pas un frein pour votre pratique, et si le caractère bordélique évoque plus chez vous une technique de rangement qu'une tare, alors il n'y a aucune raison à priori de se détourner de ce boîtier. Rapide, réaliste et assez doué en photo (avec un bémol sous l'eau), très bon en vidéo et complet sur le plan des fonctionnalités, seul le TG-4 le dépasse. Mais ce n'est pas le même budget. Toujours un APN de premier choix, sauf à faire exclusivement de la photo subaquatique, auquel cas il vaut mieux s'orienter sur un Canon D30. Reste la question de la solidité, qui à notre avis n'en est pas une, même si le doute est permis.

Modifié le 08/07/2015 à 16h27
Commentaires

BE GEEK ! Avec clubic