Steam Machines : les constructeurs tiers s'inquiètent de l'avenir du projet

Alors que les premières Steam Machines sont attendues sur le marché pour la fin de l'année, certains constructeurs tiers embarqués dans le projet expriment certaines inquiétudes. Rentabilité et fragmentation de Steam OS sont notamment évoquées.

Prototype de Steam Machine de iBuyPower
Officialisées par Valve fin 2013, les Steam Machines sont présentées comme une réponse aux consoles de jeux, en raison de leur promesse de porter le PC de jeu dans le salon. En janvier, le studio présentait au CES sa liste de partenaires, parmi lesquels quelques grands noms, comme Alienware et iBuyPower.

Mais l'ambitieux projet semble, depuis, susciter quelques inquiétudes. Dans une interview accordée au Wall Street Journal, Frank Azor, l'un des dirigeants d'Alienware, a expliqué que l'arrivée de la division gamer de Dell sur le marché des Steam Machines allait être « très difficile ». « Ce sera clairement le système le moins rentable que l'on n'aura jamais vendu » a-t-il affirmé.

Une inquiétude liée au fait qu'Alienware souhaite proposer une Steam Machine à un tarif compétitif vis-à-vis des consoles de jeux de nouvelle génération. La Playstation 4 est proposée depuis sa sortie au prix de 399 euros, un tarif sur lequel Microsoft s'est récemment aligné en annonçant une Xbox One sans Kinect.

Le défi est donc de taille pour le fabricant, qui a par la suite déclaré à PC Gamer être malgré tout « optimiste quant à l'avenir du PC de jeux et sa capacité à s'étendre au téléviseur ». Néanmoins, la question de l'optimisation des coûts de production et d'une politique de prix agressive pour concurrencer les consoles de jeux sera probablement l'un des enjeux majeurs du marché des Steam Machines. Pour le Wall Street Journal, les constructeurs sont cependant prêts à prendre des risques, en raison de l'important nombre d'utilisateurs actifs de Steam, évalué à 75 millions de joueurs.

Tuan Nguyen, le dirigeant d'iBuyPower, a quant à lui évoqué des inquiétudes d'un autre ordre, lié à la potentielle fragmentation du marché des Steam Machines. « C'est la même chose que pour le marché d'Android » estime-t-il. « Vous avez des téléphones dans tous les sens, avec différents prix et spécifications en liberté. » Tuan Nguyen estime qu'en proposant tout et rien à tous les prix, les consommateurs vont avoir du mal à s'y retrouver et à faire leur choix. Une confusion qui pourrait également être renforcée par l'arrivée sur le marché des propres machines de Valve à l'avenir.

Pour aller plus loin
Modifié le 21/05/2014 à 11h59
Commentaires