Test de l'iPhone SE : un grand smartphone de petite taille ?

L'iPhone SE vient remplacer l'iPhone 5s en bas de la gamme d'Apple. Et contrairement au 5c, qui remettait de vieux composants dans un nouveau design, il s'agit cette fois ci de conserver le châssis du 5s pour y intégrer l'essentiel des composants du 6s. Un smartphone 4 pouces haut de gamme, en somme, pour satisfaire la demande des utilisateurs pas convaincus par les modèles grande taille.

Mise à jour 07/04 : tests approfondis sur l'autonomie et ajout du vidéo test.

Le design de l'iPhone 5 fait de la résistance


Il n'y a pas grand-chose à dire sur le design de l'iPhone SE, à tel point qu'on évoque encore ce qu'il aurait pu être, selon les rumeurs qui ont précédé son lancement. Rumeurs qui se sont avérées fausses : l'iPhone SE, pour Special Edition est un iPhone 5/5s, dont le numéro est passé à la trappe, sans doute pour qu'il reste au catalogue plus d'un an sans que ça fasse tache. Pas de bords plus incurvés, pas de verre bombé, juste le même bloc d'aluminium, le même dos métallique agrémenté de deux parties en verre, les mêmes bords anguleux. Les seules différences se situent dans les chanfreins, désormais aussi mats que le dos, et l'ajout d'une nouvelle version Or Rose, qui apporte un peu de couleurs au trio Gris Sidéral, Argent et Or. On aime ou on déteste le coloris, mais il épouse assez bien ce design vu et revu, et donne surtout envie d'autres couleurs.



En soi, le design du 5/5s était plutôt réussi, à défaut d'être nouveau. Fin, élégant, et offrant une bonne prise en main, il rappelle les MacBook Air : de « vieux » ordinateurs, complètement ennuyeux, mais éprouvés. L'iPhone SE, c'est un peu la même histoire : il plaira à ceux qui se moquent de la nouveauté, et qui sont restés sur leur 5 ou 5s pour cette raison. Et franchement, par rapport à l'évolution entamée avec les 6 et 6 Plus, on se dit que les équipes de Jony Ive avaient plutôt visé juste en 2012. Pas d'effet « savonnette », certes, partiellement corrigé sur le 6s, et surtout, pas d'appareil photo qui dépasse de la coque. Il n'en reste pas moins que les amateurs de nouveauté resteront sur leur faim : Apple n'a fait aucun effort pour moderniser sa coque.

© Clubic.com
L'iPhone SE sous toutes ses coutures.
© Clubic.com
L'iPhone SE sous toutes ses coutures.
© Clubic.com
L'iPhone SE sous toutes ses coutures.
© Clubic.com
L'iPhone SE sous toutes ses coutures.
© Clubic.com
L'iPhone SE sous toutes ses coutures.
© Clubic.com
L'iPhone SE sous toutes ses coutures.
© Clubic.com
L'iPhone SE sous toutes ses coutures.
© Clubic.com
L'iPhone SE sous toutes ses coutures.


Permettez-nous tout de même de faire le deuil de notre iPhone « bas de gamme » rêvé : un écran un peu plus grand, de 4,3 pouces par exemple, et un design rappelant les iPod Touch 5G en un peu plus épais. Et des couleurs, on se répète. Quitte à conserver un écran de 4 pouces, qui a il est vrai l'avantage de ne pas imposer une quatrième taille d'écran aux développeurs d'applications, on aurait au moins pu bénéficier d'un réajustement des bordures autour de la dalle, mais là encore Apple est coincé par son capteur TouchID. La vraie raison, de toute façon, on la connaît : rogner sur les coûts de production pour proposer un iPhone « bas de gamme » pas trop cher... Et surtout, qui ne sacrifie pas trop les marges du constructeur non plus !

Composants : un coeur de 6s qui bat à l'intérieur


Apple n'est pas le premier à tenter le coup du smartphone « haut de gamme » de petite taille. Sony a essayé, à plusieurs reprises, avec ses Xperia Zx Compact, reprenant à chaque fois l'essentiel de la fiche technique du vaisseau amiral de l'époque. On aurait même apprécié que d'autres constructeurs en prennent de la graine : force est d'admettre que ça n'a pas été le cas.

L'iPhone SE reprend la plupart des caractéristiques de l'iPhone 6s sorti en septembre dernier. Il s'agit donc des meilleurs composants disponibles dans un iPhone... jusqu'en septembre prochain. La puce A9 anime le smartphone, et alors qu'on pouvait craindre un bridage de ses performances pour rentrer dans le petit format de l'iPhone SE, il n'en est rien : il s'agit exactement de la même puce, cadencée à la même fréquence. Toujours double cœur et cadencée à 1,85 GHz, elle est gravée en 14 nm... Dans le meilleur des cas si le Chipgate est toujours d'actualité. On se souvient en effet que les différences de finesse de gravure entre les puces TSMC et Samsung avaient soulevé des inquiétudes quant à la consommation de l'une ou l'autre.

iPhone SE capture


A9 oblige, l'iPhone SE embarque une puce NFC pour Apple Pay (et uniquement pour Apple Pay). En revanche, si le capteur TouchID est de la partie, il s'agit de la première génération du lecteur d'empreinte digitale, et non de sa seconde version plus véloce, même un peu trop pour certains.

IPhone SE 3


La différence principale tient évidemment dans l'écran : la dalle LCD IPS 4 pouces signe son retour, relativement semblable à celle du 5s, c'est à dire de bonne qualité mais... petite ! Côte à côte, les deux écrans affichent quelques différences : celui du SE paraît un peu moins juste (une légère teinte jaune, mais plus lumineux. Dans tous les cas, il s'agit d'un bon écran, un cran en dessous, toutefois, de celui du 6s, sans parler de la taille.

3D Touch, la technologie de sensibilité à la pression introduite sur l'iPhone 6s, n'est pas de la partie. Franchement, on se demande comment les menus contextuels et les modes Peek et Pop auraient trouvé leur place sur un petit écran. Plus généralement, on ne peut pas dire qu'on ait été enthousiasmé par les usages de 3D Touch au sein des applications. On aurait même tendance à dire qu'on ne regrette pas les appuis accidentels ou mal pris en compte.

Un peu plus dommage : pas de 3D Touch, donc pas de Taptic Engine. Faute du moteur de retour haptique, l'iPhone SE embarque un vibreur « classique » et moins agréable.

Le processeur est épaulé par 2 Go de mémoire vive, là encore comme sur l'iPhone 6s. Un bon point, car le seul appareil iOS à 1 Go encore en vente est désormais l'iPad Mini 2. En revanche, il y a un point où il ne fallait pas copier l'iPhone 6s : la capacité de stockage interne. Et pourtant, l'iPhone SE, sans surprise d'ailleurs, commence à 16 Go. Vu la taille maximale des photos et vidéos produites par son capteur - on y revient plus bas - et le prix de départ de 489 euros, c'est totalement insuffisant. Un peu moins scandaleux que sur un smartphone à 749 euros, certes, mais à peine plus excusable. Apple a les moyens de faire démarrer sa gamme à 32 Go, et même à son prix un peu plus bas, le SE reste un smartphone haut de gamme. Par rapport à l'iPhone 5s précédemment sur ce créneau, la seule bonne nouvelle est qu'on passe à 64 Go et à non à 32 sur le modèle supérieur. Mais l'écart est désormais de 100 euros, alors qu'il n'était que de 50 euros sur le 5s !

Modifié le 26/09/2017 à 17h08
Commentaires