le vendredi 02 juin 2017

De nouvelles distorsions de l'espace-temps repérées dans l'univers

L'observatoire d'ondes gravitationnelles LIGO, aux États-Unis, vient de détecter une fusion de deux trous noirs, ce qui constitue, à nouveau, une preuve de l'existence réelle de la distorsion de l'espace-temps.

Un événement à 3 milliards d'années-lumière


La nuit du 4 janvier 2017, l'interféromètre géant de l'observatoire LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave Observatory) a tremblé. Une secousse causée par un événement qui s'est passé très loin dans l'espace, à 3 milliards d'années-lumière de la Terre. La fusion de deux trous noirs géants a provoqué de nouvelles ondes gravitationnelles. C'est la fusion la plus éloignée jamais observée.

Selon les astronomes du LIGO, les deux trous noirs représentaient 19 et 32 fois la masse du Soleil respectivement. Autrement dit, ils étaient gigantesques. Selon les astronomes, l'énergie libérée était elle aussi importante : le nouveau trou noir pèse une masse de 49 fois celle du soleil.

Distortion de l'espace-temps


La théorie d'Albert Einstein trouve encore une fois une nouvelle preuve


Cet événement reflète précisément la théorie de relativité d'Albert Einstein formulée en 1915. Si aucun événement de ce type n'avait été enregistré à l'époque, c'est que les capacités d'observation dont disposait l'homme étaient bien réduites. Sachez enfin que l'enregistrement d'ondes gravitationnelles n'est pas très rare : ces 18 derniers mois, LIGO en a enregistré trois. La première détection a eu lieu en septembre 2015, la seconde s'est produite en décembre 2015.


Modifié le 03/06/2017 à 14h48
Commentaires