SFR : un million de clients exposés aux hackers ?

La découverte du journal Le Point est une très mauvaise publicité pour SFR : le groupe aurait risqué de connaître une fuite majeure de données, voire pire. Selon Le Point, qui publie un article sur le sujet le 2 novembre 2017, certains serveurs de l'opérateur d'Altice auraient été mal sécurisés. Deux failles auraient été découvertes dans ses systèmes.

SFR n'a pas prévenu ses abonnés de l'existence de ces failles, corrigées depuis. Il semblerait toutefois qu'aucun pirate n'ait pu les exploiter avant qu'elles ne soient comblées.

Deux failles majeures détectées chez SFR


Le Point dévoile que les clients SFR ont été exposés à deux failles distinctes, l'une bien plus grave que l'autre. La première, la moins grave, concernait les box : toute personne ayant une box câble de SFR pouvait accéder à la page d'administration de n'importe quelle autre box câble si elle disposait de la bonne adresse IP. De là, en piratant le mot de passe, le hacker pouvait avoir accès à toutes les données et utiliser les informations captées pour piéger le propriétaire.

L'autre faille était, semble-t-il, plus critique : le coeur du réseau SFR, où sont stockées toutes les informations les plus sensibles, aurait été vulnérable à des attaques plus complexes, mais aussi potentiellement plus dévastatrices. Le hacker pouvait avoir accès à la gestion des mises à jour des box de l'ensemble des clients SFR, ce qui lui permettait, par exemple, de les transformer en machines zombie ou de diffuser des programmes malveillants à très grande échelle.

SFR : Vivendi choisit Numéricable


SFR confirme l'existence des failles


Le Point a contacté l'opérateur SFR pour demander confirmation concernant ces informations : l'opérateur n'a pas nié l'existence de ces deux failles de sécurité. Elles auraient été présentes sur le réseau entre mars et mai 2017 et auraient potentiellement exposé un million de clients. « Les modifications nécessaires ont été engagées immédiatement, et les problèmes ont été corrigés dans les jours qui ont suivi » a déclaré l'opérateur au journal Le Point.

L'opérateur a donc rapidement pris les mesures nécessaires. Aucun piratage n'a été notifié aux autorités compétentes, notamment la CNIL, ce qui ne peut que rassurer les clients que leurs données n'ont pas été compromises.

Modifié le 02/11/2017 à 11h05
Commentaires