UE Boom 2 en test : l'enceinte portable et étanche

Voilà deux ans et demi déjà qu'Ultimate Ears - pilotée par Logitech - a fait son carton avec l'UE Boom. Elle s'est entre-temps déclinée en version XXL sous les traits de l'UE Megaboom pour revenir aujourd'hui à sa taille normale mais étanche, avec la UE Boom 2. Une évolution en trompe-l'œil - ou plutôt l'oreille ?

Présentation et ergonomie


Il y a des tests que l'on peut conduire plus vite que d'autres, celui de l'UE Boom 2 en fait partie. Pourquoi ? Parce que sur la plupart des aspects qui caractérisent le produit, rien n'a changé. Même le packaging reste très familier. Quant à la plastique de l'enceinte, en dehors des nouveaux coloris et de l'arrivée d'une trappe à connectique, permettant de valider l'étanchéité de cette V2, Ultimate Ears n'a pas cherché midi à quatorze heures. Le design de l'UE Boom séduisait ? Il n'y a pas de raison d'y toucher.

On retrouve le même cylindre de 18 cm de haut et 6,7 cm de diamètre, qui pèse un peu plus du demi kilo (548 g c'est-à-dire 10 g de plus que l'UE Boom). La finition allie plastique au toucher doux et légèrement caoutchouteux et tissu maillé finement : c'est propre, élégant et toujours original, même si l'effet de surprise n'est plus. L'entrée mini jack et la prise micro USB situées sous l'enceinte - de part et d'autre de l'anneau de fixation escamotable - sont désormais masquées par des languettes de caoutchouc.

UE Boom2
UE Boom2 8

L'UE Boom splash-proof devient ainsi water-proof, de catégorie IPX7 : elle peut être immergée jusqu'à un mètre de profondeur pendant 30 minutes. Comme la Megaboom finalement. Ce n'est bien évidemment pas pour écouter de la musique sous l'eau - si vous n'avez jamais essayé, vous pourrez tenter, et constater que c'est pas terrible... En revanche, une enceinte nomade est amenée à être transportée partout et éventuellement chahutée : en cas de chute accidentelle dans une piscine, une rivière ou une baignoire, elle devrait s'en sortir.

© Clubic.com
Enceinte UE Boom 2
© Clubic.com
Enceinte UE Boom 2
© Clubic.com
Enceinte UE Boom 2
© Clubic.com
Enceinte UE Boom 2
© Clubic.com
Enceinte UE Boom 2
© Clubic.com
Enceinte UE Boom 2

Ultimate Ears a ajouté un petit raffinement ergonomique à son enceinte : le contrôle par la gestuelle. Le constructeur parle de commandes tactiles, c'est une forme d'euphémisme. Toucher le dessus de l'enceinte ne suffit pas, il faut plutôt taper, voire cogner gaiement l'objet (une tape pour pause/lecture, deux pour passer au morceau suivant) tout en le tenant dans l'autre main - posé sur une table ça ne fonctionne pas. Une idée qui vire rapidement à l'artifice, par manque de précision. Des boutons auraient été autrement plus efficaces, mais ça aurait contraint Ultimate Ears a changer le design... En façade, on retrouve toujours les deux gros boutons + et -, des vrais boutons qui fonctionnent bien, eux.

UE Boom2 5

NFC et kit main libre figurent toujours dans le cahier des charges, c'est tant mieux. Et si on se réjouit de l'existence de l'application UE Boom, il faut bien admettre qu'elle ne transcende pas le genre : des égaliseurs certes, mais d'une utilité douteuse, et une fonction alarme. Non, le véritable intérêt c'est la possibilité de constituer une paire stéréo avec une autre enceinte : Boom 1 et 2, Megaboom ou encore Roll. Pour que cela fonctionne, il faudra tout de même s'assurer que les firmwares d'enceinte sont bien à jour. Cet argument de la paire stéréo permet à Ultimate Ears de capitaliser sur sa clientèle des premières Boom pour inciter à l'achat d'une deuxième enceinte. Enfin, le concept de « musique sociale » est toujours d'actualité, puisque la Boom 2 peut se connecter à huit smartphones, dont deux en même temps.

© Clubic.com
Application UE Boom 2
© Clubic.com
Application UE Boom 2
© Clubic.com
Application UE Boom 2
© Clubic.com
Application UE Boom 2
© Clubic.com
Application UE Boom 2
© Clubic.com
Application UE Boom 2
© Clubic.com
Application UE Boom 2
© Clubic.com
Application UE Boom 2
© Clubic.com
Application UE Boom 2

Autonomie et qualité audio


Ultimate Ears vante une autonomie de 15 h, comme pour la Boom, et prévient qu'une recharge complète s'effectue en 2 h 30. Des progrès ont dû être fait sur les batteries puisqu'à l'époque de la première Boom, une recharge prenait plus de 3 h 20. Nous avons donc chronométré une lecture en boucle d'un panel musical varié à volume soutenu (à la moitié, ça crache déjà bien) jusqu'à épuisement de la Boom 2 : l'enceinte a tenu 9 h dans le meilleur des cas (parce que nous avons effectué plusieurs tests, sur deux enceintes pour nous assurer de ce résultat surprenant). Un score décevant, y-compris par rapport à la première Boom. On doit toutefois pouvoir tenir les 15 h annoncées en ne dépassant pas le tiers de la puissance (à 10 crans sur 32 par exemple). Mais bon...

UE Boom 2 autonomie

La première Boom était dotée de deux transducteurs actifs de 3,8 cm et deux radiateurs passifs de 5 cm, couvrant la plage de fréquences 90 Hz - 20 kHz. Sur la Boom 2, la plage ne change pas, mais l'architecture passe sur deux transducteurs actifs de 4,5 cm et deux radiateurs passifs de même taille. Alors que la Boom était annoncée à 88 dB maximum, cette Boom 2 est supposée sortir 90 dB. Rappelons que 2 dB en échelle logarithmique, c'est énorme puisque la puissance sonore double tous les 3 dB.

Dans la pratique, notre sonomètre placé à un mètre de l'enceinte sur notre morceau de test (Kid A de Radiohead) monte à 94 dB, mais avec beaucoup de distorsion et même des craquements. Dans le même temps et avec des conditions identiques, l'UE Boom plafonne à 90,8 dB : c'est deux fois moins puissant. Le son n'est pas bien joli non plus mais au moins il n'y a pas de craquements.

Maintenant, en cherchant à descendre le volume jusqu'à faire disparaître la distorsion, on obtient les valeurs suivantes : 83,2 dB pour la Boom 2 et 83,9 dB pour la Boom ! En gros, la même chose. Ce qui signifie en clair qu'Ultimate Ears a dopé son enceinte sans maîtriser le rendu : à propreté équivalente, Boom 1 et Boom 2 sonnent aussi fort.

Puissance avec disto

Les volumes maximum mesurés par notre sonomètre à 1 m des enceintes, sur le même morceau de test (Kid A de Radiohead)


Puissance avant disto

Même chose, mais en baissant les volumes pour chaque enceinte jusqu'à faire disparaître la saturation


A creuser davantage, à l'oreille comme au sonomètre, on se rend compte que la courbe a changé : autant la Boom et la Megaboom se comportaient relativement pareil, autant pour la Boom 2 les ingés son se sont lâchés. Plus de graves (on voit un pic à 70-80 Hz), un médium beaucoup plus proéminent (une bosse énorme entre 200 et 700 Hz), un haut médium également renforcé (entre 2 et 5 kHz) mais des aigus qui reviennent à des niveaux équivalents voire moindres.

Volumes frequences

Graphique obtenu après avoir mesuré le volume sonore au sonomètre à 1 m sur chaque fréquence individuelle

A haut volume, le pic dans le bas du spectre produit la distorsion constatée plus haut : c'est bien gentil de vouloir sortir plus de basses, mais avec ce gabarit d'enceinte, est-ce vraiment raisonnable ? Parfois, c'est dans le médium que le rendu dérape à haut volume. En modérant son appétit en décibels (cran 24 sur 32 maximum), on retrouve une capacité de remplissage de la pièce, identique à celle de la Boom, mais avec plus d'attaque dans les médiums et un son globalement plus chaud et flatteur. Là, et là seulement, on profite de basses effectivement assez étonnantes et moins brouillon que sur la Megaboom.

L'UE Boom 2 restitue à merveille un Kind of Blue de Miles Davis (notamment la piste So What, riche en contre-basse), sous réserve de bien rester sous le seuil de distorsion. Il y a donc un progrès sur la portion qui sonne proprement, mais pas de gain de puissance réellement utilisable. Finissons par une note finale très positive, celle qui a fait en grande partie le succès de la Boom : la spatialisation sonore à 360°, étonnamment immersive pour une enceinte seule et de cette taille. Dans ce domaine, on fait difficilement mieux !

Conclusion

Cette UE Boom 2 nous inspire le même sentiment que la Megaboom, testée en janvier 2015. A l'époque nous déplorions le manque d'originalité du produit et la taille sous-exploitée de l'objet, notamment en matière de puissance acoustique. Cela, sans toutefois dénigrer les qualités intrinsèques de l'enceinte : design, finition, spatialisation, autonomie, équilibre sonore.

Aujourd'hui, nous sommes dans le même état d'esprit : l'enceinte est - toujours - très bonne, mais elle sent sérieusement le réchauffé. C'est une Megaboom qui aurait rétréci au gabarit originel de la Boom, avec un rendu sonore revu et amélioré dans une certaine mesure, mais pas totalement bouleversant, et une autonomie moins confortable que par le passé.

Ainsi, il nous vient cette interrogation à l'esprit : « Est-ce qu'Ultimate Ears ne serait pas un peu trop en train de se reposer sur ses lauriers ? » La question est plus importante que la réponse. La Boom 2 est proposée à 199 euros, le prix de la Boom à sa sortie... Boom qui a été baissée à 149 euros et continuera probablement de voir son tarif diminuer dans la limite des stocks disponibles. A moins d'être sensible au caractère totalement étanche de l'enceinte, la principale concurrente de la Boom 2 c'est donc pour l'instant la Boom 1.

Ultimate Ears Boom 2

Les plus
+ Rendu bien équilibré / basses renforcées
+ Diffusion 360° / capacité de remplissage
+ Connexions simultanées / paire stéréo
+ Kit mains libres / design
Les moins
- Surplus de puissance non maîtrisé
- Commande par tape imprécise
- Utilité de l'étanchéité ? Autonomie
- 200 € pièce / Intérêt versus Boom 1 ?
3
Qualité sonore
Autonomie
Finition


Modifié le 06/11/2017 à 17h14
Commentaires