Rachat de Bouygues Telecom : de la casse sur le marché des Télécoms (Le Debug)

Vidéo : Orange annonce qu'il lui est nécessaire de réfléchir avant de mettre la main sur Bouygues Telecom. Retour sur le profond changement du marché des télécoms en France.

SFR a été vendu à Numericable et à présent Bouygues Telecom cherche clairement une porte de sortie. Leur comportement est la conséquence indirecte de l'arrivée de Free Mobile sur le marché. Le nouvel entrant a porté l'offensive sur les tarifs en attaquant directement les parts de marché de la concurrence. Si chacun a du s'ajuster, le constat est là 4 ans après, les sociétés qui avaient les reins les moins solides ont dû baisser pavillon.

A l'époque, les critiques portaient sur le fait que l'arrivée d'un nouvel acteur ne visait qu'une chose : la concurrence, sans prendre en compte d'autres paramètres comme l'emploi. Arnaud Montebourg, Stéphane Richard ou même Nicolas Sarkozy considéraient que « l'idéologie de la concurrence peut être néfaste ».

Les propos du patron d'Orange résonnent comme un écho lointain aux dires d'Arnaud Montebourg. L'ex-ministre du Redressement productif avait mis à l'index les risques de casse sociale chez les opérateurs. « Pour 10 000 emplois relocalisés sur le territoire, cela coûterait en moyenne par forfait et par mois une vingtaine de centimes de plus pour les consommateurs », disait-il. Arnaud Montebourg ajoutait qu'il est « possible que dans cette guerre des prix nous ayons un mort ».

Les faits sont têtus puisque SFR à présent vendu à Numericable, c'est désormais au tour de Bouygues Telecom de céder son activité. Si le rachat de Bouygues est acté, on se retrouverait avec un paysage profondément modifié puisque seuls Orange et Free Mobile n'ont pas bougé. L'un du fait de sa taille critique, l'autre de par sa stratégie.

Modifié le 19/02/2016 à 16h39
Commentaires

BE GEEK ! Avec clubic