Ceatec : Sharp se met aux écrans MEMS

Vidéo : Au Ceatec, Sharp faisait la présentation de son premier écran basé sur des micro-obturateurs, qui promet une consommation électrique réduite par rapport au LCD et donc une autonomie supérieure pour les terminaux mobiles.

MEMS, le retour. En développement depuis plusieurs années, cette technologie d'affichage concurrente du LCD a fait son entrée chez le fabricant japonais Sharp, qui a présenté lors du salon Ceatec 2013 un premier prototype élaboré par ses soins. D'une diagonale de 7 pouces, cet écran affiche 1280 x 800 pixels avec une luminosité pouvant atteindre 400 cd/m².

Les MEMS, de 'anglais Microelectromechanical systems, sont des systèmes électroniques enrichis de minuscules éléments mécaniques. Dans l'univers de l'affichage, il s'agit de minuscules interrupteurs, capables de changer d'état très rapidement, et de réguler (en le bloquant ou en l'autorisant) le flux de lumière transmis par une source lumineuse vers une matrice de pixes.

L'un des pionniers du genre est une société américaine baptisée Pixtronix, aujourd'hui filiale à 100% de Qualcomm. Quand nous l'avions rencontrée en 2010, elle expliquait qu'en schématisant très grossièrement, cet affichage se situait à mi-chemin entre le LCD traditionnel et l'écran électronique, en empruntant à chacun ses avantage.

Principal intérêt : :'affichage MEMS permet de s'affranchir des différents filtres (couleur, polarisant) qui composent un écran LCD. Il y a donc moins de lumière perdue entre la source du rétroéclairage et la dalle présentée aux yeux de l'utilisateur, ce qui fait que l'on peut proposer une luminosité comparable en consommant moins d'électricité.

Quelques problèmes subsistent toutefois : le premier réside sans doute dans le fait que la technologie n'est pas encore parfaitement au point. Certaines des aberrations (perçues comme des« fuites » de couleur lors du changement d'état des micro-interrupteurs) visibles dans notre vidéo sont bel et bien sensibles à l'oeil nu par exemple.

Le second réside dans la fabrication de ces écrans. Déjà en 2010, Pixtronix affirmait, confiant, qu'il était parfaitement possible de recycler une ligne de production d'écrans TFT vers du MEMS, mais les contingences matérielles font que l'opération semble finalement bien plus complexe (ou plus coûteuse) que prévu, notamment parce que les obturateurs intégrés requièrent un processus de fabrication spécifique.

En montrant au Ceatec un écran produit par ses soins, Sharp montre en tous les cas qu'il travaille sur la question, ce qui est sans doute ce qu'a envie d'entendre Qualcomm. Ce dernier a en effet récemment accepté de renflouer financièrement le japonais (à hauteur de 120 millions de dollars en échange de 3,5% du capital) à la condition que celui-ci s'attelle sérieusement à la question MEMS. Rappelons que Qualcomm travaille également sur une autre technologie d'affichage prometteuse, Mirasol, qui permet quant à elle de s'affranchir du rétro-éclairage.

Modifié le 02/10/2013 à 04h50
Commentaires

BE GEEK ! Avec clubic