Un tramway chinois sur rails virtuels en 2018 ?

L'ART (Autonomous Rapid Transit) a été dévoilé sur une piste d'essai le 2 juin dernier dans la ville de Zhuzhou, au Hunan. Ses inventeurs le décrivent comme une alternative 20 fois moins chère au kilomètre qu'un tramway classique guidé par des rails.

Mais après l'arnaque du bus qui enjambe les voitures, on demande à voir avant de signer...

Ni rails, ni caténaires


Long de 32 mètres, large de 3,4 mètres, modulable en version de un à quatre wagons auxquels il faut ajouter une motrice, l'ART (Autonomous Rapid Transit) ressemble à n'importe quel tramway urbain. Sauf que celui-ci pourrait bien balayer la concurrence si ses promesses sont à la hauteur des attentes qu'il suscite : circuler sur route sans qu'il y ait besoin de poser des rails au sol et des caténaires au-dessus pour l'alimenter.

Développé par CRRC Zhuzhou Locomotive, une société sous contrôle direct du gouvernement chinois, l'ART suit a priori selon la vidéo ci-dessous des rails virtuels. Bardé de capteurs et connecté à des bornes le long de son trajet, le train peut s'insérer au milieu du trafic automobile sans craindre de collisions, pour rejoindre des voies dédiées desquelles il ne sort pas. Monté sur pneumatique et fonctionnant grâce à des batteries lithium, l'ART serait en outre capable de prendre des ronds-points et d'atteindre une vitesse de pointe de 70 km/h.



Mise en circulation en 2018


Capable d'embarquer jusqu'à 307 passagers, l'ART présente aussi selon ses concepteurs l'intérêt d'être très économique : alors que le coût moyen d'un kilomètre de tramway sur rail est de l'ordre de 24 millions d'euros (de 50 à 90 millions pour un kilomètre de métro), l'ART tomberait lui à seulement 2,5 millions d'euros du kilomètre !

Un petit prix qui pourrait bien s'avérer un argument décisif au moment de la commercialisation prévue à partir de 2018 selon CRRC. Le conglomérat est à la manœuvre sur le projet du TGV chinois. Mais il faudra surmonter la méfiance qu'avaient suscitée d'autres projets enthousiasmants en matière de transport public par le passé : notamment le bus enjambant la circulation, le fameux TEB, qui avait intrigué le monde entier l'an dernier, mais s'était au final révélé être une arnaque, son inventeur ayant disparu dans la nature avec un pactole de 26 millions de dollars...


Modifié le 07/06/2017 à 11h04
Commentaires