Test de l'iPad Pro 12,9 pouces : l'iPad qui remplace votre ordinateur ?

L'iPad Pro, évoqué longtemps avant sa sortie, est enfin une réalité. Cet immense iPad de 12,9 pouces intègre des composants dignes, selon son constructeur, de la plupart des PC portables. Mais aussi de la Surface Pro de Microsoft, de laquelle il tente de s'approcher, avec un connecteur pour housse/clavier et un stylet, l'Apple Pencil, destiné aux dessins et annotations. Le but ? Draguer les utilisateurs professionnels et, plus largement, offrir un iPad haut de gamme, l'équivalent des MacBook Pro en version tablette. Le pari est audacieux, mais iOS a-t-il de quoi remplacer votre Mac ou PC ?


iPad Pro 9,7 pouces : Apple a lancé dans le courant du premier trimestre 2016 l'iPad Pro 9,7 pouces, une déclinaison de l'iPad Pro 12,9 pouces sortie fin 2015. Vous pouvez retrouver le test de l'iPad Pro 9,7 pouces.

Mise à jour : Ajout du vidéo test et de nos impressions sur le Smart Keyboard, et précisions sur le connecteur Lightning, l'utilisation de iOS 9 au clavier et la gestion du multitâche.


Design et ergonomie : l'iPad, en grand




À première vue, l'iPad Pro est tout simplement un iPad géant. Même design dans les grandes lignes (on verra les détails plus tard), mêmes matériaux, mêmes proportions, même prise en main... Mais taille démesurée.

IPad Pro 1
IPad Pro 3


Trois pouces de plus, c'est un chiffre, mais il faut le voir pour la première fois pour se rendre compte de cette impression étrange. En fait, à côté de l'iPad Pro, l'iPad Air 2 ressemble au Mini ! Au centre, l'écran de 12,9 pouces adopte toujours un format 4/3, ce qui rend la tablette un peu plus haute qu'une Surface Pro 3. Au passage, Apple a revu (à la baisse) la qualité du traitement oléophobique de l'écran, plus difficile à nettoyer qu'un Air ou un Mini. On y arrive mais il faut forcer sur le chiffon !

IPad Pro 19
IPad Pro 20

IPad Pro 24
IPad Pro 16


Gigantesque, l'iPad Pro n'en est pas pour autant trop épais ou trop lourd, et pas aussi lourd qu'on pourrait le craindre. Sans atteindre la finesse de l'iPad Air 2, il ne dépasse pas le Air premier du nom, et s'il s'agit clairement du plus volumineux de sa gamme, son poids de 713g (ou 723g pour la version 4G) est relativement maîtrisé. Il pèse en fait à peine plus que le tout premier iPad et ses 680g. Une belle performance qui ne le dispense pas pour autant de tout reproche. Vous avez peut-être oublié la préhension de la première tablette d'Apple, mais ce petit retour à une époque où tenir un iPad à une main était désagréable sur la durée nécessite un temps d'adaptation.

Dans ce format, la tablette d'Apple reste malgré tout la plus légère. La nouvelle Surface Pro 4 de Microsoft monte jusqu'à 766g, et la Galaxy Tab Pro 12.2 de Samsung, qui était mine de rien précurseur, pesait 744g.

Si le design ne change pas au global, les différences se situent dans les détails. La tranche gauche (en mode portrait) accueille un connecteur : le Smart Connector. Rappelant nettement celui des Surface de Microsoft, il permet d'alimenter des périphériques tels que des claviers tiers, l'aimant déjà utilisé pour la Smart Cover assurant la stabilité de la connexion.

IPad Pro 4
IPad Pro 21


L'autre nouveauté concerne le son. Quatre haut-parleurs agrémentent les bords supérieur et inférieur, avec une idée originale pour la stéréo : si les quatre véhiculent les basses, les médiums et aigus ne sont diffusés que par ceux du haut, et ce quelque soit l'orientation, l'accéléromètre se chargeant de basculer le son de manière transparente pour l'utilisateur.

Apple Pencil, Smart Keyboard : un air de Surface


L'iPad Pro ne se distingue pas uniquement en tant que tablette géante, mais également par deux accessoires (vendus séparément) aux furieux airs de Microsoft Surface.

L'Apple Pencil, que la firme de Cupertino se refuse à décrire comme un stylet (merci Steve Jobs et sa fameuse phrase, qui parlait d'ailleurs de smartphones et pas de tablettes) est destiné principalement au dessin et aux annotations.

Apple pencil 4


Le stylet (ou appelez le crayon si vous voulez) communique en Bluetooth avec l'iPad, et sa pointe intègre des capteurs capables de détecter la pression et l'inclinaison. Le design est on ne peut plus fidèle à l'idée qu'on se ferait d'un stylo made in Cupertino : blanc, parfaitement arrondi, lisse et orné d'une petite bague métallique marquée de son nom.

IPad Pro 22
Apple pencil 6


Tout aussi caractéristique de l'absolutisme de Sir Jony Ive, l'Apple Pencil est totalement dénué de la moindre accroche permettant de le ranger où que ce soit sur la tablette, contrairement aux solutions, magnétiques ou pas, de Microsoft sur ses Surface Pro. On se demande même si ça n'est pas volontaire, pour ne pas donner l'impression que l'iPad Pro ne se suffit pas à lui-même.

Le stylo est lesté, ce qui lui confère d'ailleurs un poids agréable lors de l'utilisation, en plus d'éviter, en théorie, qu'il roule sous une surface pas tout à fait droite. En théorie seulement, car si vous le laissez tomber de quelques centimètres, la chute est presque certaine de l'entrainer au bord du précipice.

L'autre particularité du stylet est son embout amovible, et aimanté, qui révèle un connecteur Lightning mâle, pour la recharge. Pourquoi pas femelle ? Sans doute pour faciliter au maximum le processus. Il suffit effectivement d'ôter l'embout et de brancher le stylet sur son iPad Pro. On ne peut pas, néanmoins, s'empêcher de penser que cette recharge, bien que simple à mettre en œuvre, est particulièrement disgracieuse, en plus de comporter un risque de buter dans l'Apple Pencil.

Si vous souhaitez utiliser un câble Lightning et un chargeur secteur, un petit adaptateur femelle/femelle est fourni. Comme l'embout du Pencil, il est tellement petit et léger que vous aurez tout intérêt à le connecter à un câble, et ne jamais le retirer. Depuis l'adaptateur Lightning/Dock, on n'a pas vu d'accessoire Apple plus facile à égarer.

Apple pencil 5


Apple annonce une autonomie de 12 heures, et précise qu'une recharge de 15 secondes fournit 30 minutes supplémentaires. C'est effectivement tout ce qu'il faut pour le faire passer de 0 à 5% de « remplissage ».

Le second accessoire, le Smart Keyboard, est une couverture faisant également office de support et de clavier. Ça vous rappelle quelque chose, et c'est normal : c'est la réponse d'Apple à la Type Cover de Microsoft. L'idée est la même : combiner une couverture pour l'écran et un clavier à l'encombrement minimum. La tâche, sur un iPad Pro qui reprend exactement le design de ses prédécesseurs, est un peu plus complexe. Contrairement à Surface et son ingénieux Kickstand (la partie basse du dos qui se déplie pour faire office de béquille ajustable), l'iPad Pro n'intègre aucun mécanisme permettant de le surélever. Le Smart Keyboard doit donc faire office de clavier et de support.

Smart Keyboard 1


Si le clavier est bien composé de touches physiques, il évoque le Fabric Skin de Logitech. En gros, les touches sont recouvertes d'un matériau tissé qui se renfonce légèrement lorsqu'on appuie sur une touche. En fait, c'est presque l'aspect du Touch Cover aux touches tactiles légèrement apparentes, que reproduit l'accessoire d'Apple.

Smart Keyboard 6


Des accessoires à prix salés


C'est surtout le prix des deux accessoires qui défrise : 109 euros pour l'Apple Pencil, et 179 euros pour le Smart Keyboard, qui n'est disponible qu'en version QWERTY à l'heure où nous écrivons ces lignes. On trouvait déjà la facture salée sur les Surface ; pour la peine, on en viendrait presque à trouver Microsoft généreux !

Une alternative est disponible du côté de Logitech. Le Logi Create, sur lequel nous reviendrons spécifiquement, offre pour 150 euros un clavier/housse beaucoup plus imposant, qui fait doubler l'épaisseur et le poids de l'iPad Pro mais présente l'avantage de proposer des touches rétroéclairées, davantage de raccourcis, et une disposition AZERTY.

IPad Pro 14


Apple fournit enfin une housse silicone et une Smart Cover « classique », mais pas de Smart Case protégeant tout l'appareil. Les accessoires sont de bonne qualité, mais là encore, les tarifs font vite monter la facture. Quand une housse en silicone coûte le prix d'une Apple TV d'ancienne génération, il y a peut-être un problème.
Modifié le 26/09/2017 à 17h08
Commentaires