Espace membre :
flechePublicité

// Asus VivoTab RT : une concurrente pour Surface

Partager ce dossier

Publié par Frédéric Cuvelier le Lundi 26 Novembre 2012

Asus VivoTab RT

VivoTab RT
L'arrivée de Windows 8 a été pour Microsoft l'occasion de deux opérations inédites : le portage de son OS sous architecture ARM, avec Windows RT, et la commercialisation de sa propre tablette. Si la première décision était attendue depuis début 2011, la seconde a surpris les partenaires traditionnels de Microsoft l'été dernier, qui voyaient en Surface un concurrent inhabituel et potentiellement dangereux.

Si les déclarations de certains (on pense à Acer notamment) ont fait un temps planer la question de l'engagement des constructeurs autour du nouvel OS de Microsoft, plusieurs tablettes proposent finalement la dernière mouture de Windows.

C'est l'une d'entre elles que nous testons aujourd'hui, à savoir la VivoTab RT d'Asus (TF600T). Un modèle qui, vous l'aurez compris, fonctionne sous Windows RT et est donc bâti autour d'un processeur ARM.

Presque un an après sa Transformer Prime, Asus nous revient donc avec une tablette hybride qui n'a, en apparence, que peu évolué, et dont le principal changement est bien sûr d'embarquer le nouvel OS de Microsoft. L'occasion pour nous de comparer ce modèle avec son équivalent Android, mais aussi et surtout avec Surface.

VivoTab RT
Asus VivoTab RT TF600T
Caractéristiques principales
Système d'exploitation Windows RT
Composants NVIDIA Tegra 3 (quad core) / Icera4
2 Go de DDR3L
Mémoire / Stockage Mémoire interne : 32 ou 64 Go
Slot Micro SD jusqu'à 32 Go
Technologie d'écran et définition Ecran LCD IPS capacitif 10,1 pouces (1366x768)
Appareil photo 8 mégapixels au dos / 2 mégapixels en façade
GPS Oui
Batterie Li-polymère (25 Wh + 22 Wh avec le dock)
Dimensions 263 x 171 x 8,3 mm
263 x 171 x 20,5 mm avec le dock
Poids 540 / 1 080 grammes


La tablette retour au sommaire

Du point de vue du design et du format, cette VivoTab s'approche naturellement de la Transformer Prime d'Asus. Globalement, les lignes sont identiques, mais Asus a fait quelques ajustements qui nous semblent judicieux. Tout d'abord, avec un poids de 540 g, la tablette perd 45 grammes. C'est peu, mais cela reste appréciable quand on sait que la Surface de Microsoft accuse 680 grammes sur la balance.

Les autres modifications concernent davantage le design de la tablette : les bords anguleux font place à des arrondis plus gracieux qui donnent une impression de finesse accrue, même si l'épaisseur du dispositif reste constante (8,3 mm). La comparaison avec Surface est encore à l'avantage du produit d'Asus, puisque la tablette de Microsoft mesure un millimètre de plus (mais profite d'un port USB, nous y reviendrons). Autre différence par rapport à la Transformer Prime : Asus a choisi de décomposer le dos de sa tablette en deux parties distinctes. La première est faite d'aluminium et reprend ce qu'on trouvait sur le précédent hybride de la marque, alors que la partie supérieure dispose d'un revêtement texturé fait de plastique.

La raison de ce choix ? Deux hypothèses : différencier la zone de la tablette sur laquelle on peut trouver les boutons et la connectique, afin d'y accéder plus rapidement. Mais la raison la plus évidente semble liée aux déboires rencontrés lors de la sortie de la Transformer Prime : la coque en aluminium gênait notamment le signal GPS. Le résultat en est, du coup, moins séduisant esthétiquement parlant.

Image: 1/9 | Lancer le diaporama
 
 
 
L'écran de la VivoTab est particulièrement brillant et sujet aux reflets
Le bouton Windows, identique à celui de Surface et également placé sous l'écran de la tablette.
Asus a prévu un loquet pour décrocher la tablette de son support. On a connu plus pratique.
Sur la tablette, un port micro-HDMI et un lecteur de cartes micro-SD.
Le bouton de mise sous tension / mise en veille de la tablette.
L'APN 8 mégapixel placé à l'arrière de la tablette.
La sortie audio et le bouton de réglage du volume.
Les enceintes de la tablette, placées... pile là où l'on pose ses mains !
La tablette placée sur son support. Notez l'utilisation de deux matériaux différents.

L'écran de cette VivoTab RT est constitué de verre Corning Fit résistant aux rayures, alors que la dalle est de type Super IPS+. Les angles de vision, annoncés à 178°, sont effectivement assez larges. La dalle est assez peu lumineuse, mais heureusement bien contrastée : à l'utilisation, c'est confortable. Au format 16/10ème (comme la Surface ou la Transformer Prime), cet écran capacitif gère le multipoint jusqu'à 10 doigts. Sachez toutefois que Windows RT n'en prend en charge que 5.

Côté équipement, cette tablette dispose d'un port micro-SD, d'une sortie micro-HDMI et d'un connecteur jack. Vous l'aurez compris, la finesse de la tablette empêche la présence d'un port USB.

La VivoTab RT est, par contre, équipée d'un système sonore composé de quatre hauts parleurs et doté de la technologie SonicMaster Audio née de la collaboration avec Bang & Olufsen. Pour une tablette, bien que l'ensemble souffre d'un manque de basses, le rendu est surprenant et vraiment sympathique à l'oreille. On regrette en revanche le positionnement des enceintes : disposées de part et d'autre de la tablette, elles sont couvertes par les mains dès que l'on saisit cette dernière. Lorsque la VivoTab RT est posée sur un bureau en revanche, la position des enceintes permet de profiter de la caisse de résonance offerte par le support.

Au niveau des boutons présents sur cette tablette, pas de surprise : le volume à droite, la mise sous tension/verrouillage au-dessus et le bouton Windows sous l'écran, c'est à dire exactement ce que l'on trouve sur Surface.Terminons par le système qui permet de désolidariser la tablette de son support : il faut actionner un bouton poussoir présent sur la tablette tout en tirant sur cette dernière. Au final, les deux mains sont posées sur la tablette et aucune ne retient le support. On a connu plus pratique sur la Transformer Prime, où le bouton poussoir était positionné sur le dock, alors que le système d'Asus passe pour être archaïque si on le compare avec l'excellent dispositif de la Surface.

Le dock retour au sommaire

La VivoTab est fournie avec son clavier et n'est pas, pour l'heure, commercialisé sans cet accessoire. Qui n'en est pas vraiment un puisqu'il constitue le seul biais pour disposer d'un port USB, unique au demeurant, comme sur Surface. Ce que nous regrettons tout de même.

Affublé de son dock/clavier, la VivoTab RT arrive à un poids de 1,08 Kg, soit davantage que la Surface équipée du Type Cover (894 grammes). Le prix d'une ergonomie plus aboutie ? Pas vraiment si l'on observe tout d'abord le clavier. Car le Type Cover de Surface est, au niveau de la frappe, bien meilleur, plus confortable, grâce à ses touches plus larges. Asus a quant à lui fait le choix du chiclet, ce qui diminue mécaniquement la taille des touches. On regrette également la trop grande proximité entre la barre d'espace et une zone des repose-poignets légèrement surélevée. Résultat, on a tendance à cogner le rebord de cette surface avec le pouce avant d'atteindre la barre d'espace avec une force nettement diminuée par cette rencontre inattendue.

Image: 1/11 | Lancer le diaporama
 
 
 
La VivoTab RT, façon netbook.
L'écran et le clavier peuvent créer un angle important. Notez la légère inclinaison du clavier, prévue pour apporter un petit plus du point de vue de l'ergonomie.
La charnière de la VivoTab semble particulièrement solide, voire même un peu dure.
Le connecteur par lequel se branche la tablette. Pas toujours évident à trouver...
La charnière vue de l'arrière : le dispositif est plutôt massif...
Le clavier chiclet de la VivoTab est bien conçu : large, avec des touches disposant d'une course confortable...
Les touches retour ou entrée sont bien proportionnées, tout comme le pavé directionnel.
La touche dispose même d'un indicateur lumineux pour la touche de verrouillage majuscule. En revanche, la touche MAJ manque un peu de largeur.
Les raccourcis du clavier : luminosité, mode avion... mais aucune touche spécifique à Windows RT.
Si le touchpad est petit, il demeure plus performant que celui présent sur le Type Cover de la Surface.
Le chargeur de la VivoTab dispose de dimensions en adéquation avec le produit.

Autre point regrettable, l'absence de touches spécifiques à Windows RT, comme on peut en trouver sur le clavier de Surface. Seul le raccourci « Mode Avion » nous semble sortir de l'ordinaire. Pour le reste, le clavier est plutôt bien conçu : l'espace est bien occupé, les touches bien proportionnées, et mise à part une touche MAJ gauche, aucune ne souffre d'une taille vraiment trop petite. On apprécie également l'inclinaison prise par le clavier quand la tablette prend place sur le dock. Au final, la frappe n'est pas aussi aisée que sur le Type Cover de Surface, mais on a vu bien pire, car si l'étroitesse des touches gène, la course est quant à elle confortable.

Au niveau du touchpad en revanche, il n'y a pas photo : le dispositif de la VivoTab est nettement plus efficace que celui de Microsoft, trop étriqué. Là, on dispose d'une surface certes encore un peu réduite à notre goût, mais nettement plus intéressante que sur les claviers de la Surface et suffisante pour utiliser le défilement horizontal à deux doigts fort utile sous Modern UI.

Ce touchpad, tout comme le clavier, est bordé d'une surface d'aluminium brossé peu sensible aux traces de doigts, alors que sur les côtés, on trouve deux patins en caoutchouc dont le rôle est d'empêcher l'écran de venir frotter contre les touches. Un exemple du très bon niveau de finition de cette VivoTab RT, même si la partie inférieure du châssis demeure en plastique. Autre exemple de la qualité de construction du produit d'Asus : la petite feutrine qui vient accueillir la tablette lorsque vous reposez cette dernière sur le dock. Le seul regret que l'on puisse émettre, s'il en est un, concerne la charnière de la VivoTab un peu trop massive et donc peu esthétique.

Composants retour au sommaire

Tout comme Surface ou la Transformer Prime, la VivoTab RT est dotée de la puce Tegra 3 de NVIDIA. Un SoC vieux maintenant de près d'un an et qui devrait être remplacé par Tegra 4 l'an prochain. Les particularités de cette puce sont désormais bien connues, et nous vous renvoyons vers le test de la Transformer Prime pour vous rafraîchir la mémoire. En résumé, sachez que la VivoTab utilise la même puce que Surface, avec une fréquence de fonctionnement atteignant 1,3 GHz. On trouve ici 2 Go de mémoire vive de type DDR3L-1500, alors que la capacité de stockage varie, comme sur Surface, de 32 à 64 Go.

Nvidia Tegra 3

Une capacité déjà remise en question lors du test de Surface puisque sur les 32 Go de mémoire flash dont dispose la tablette, il ne reste que 14 Go à l'utilisateur, le système prenant une place importante. Les possesseurs de la VivoTab d'Asus pourront se rattraper avec le service Web Storage du constructeur, ou encore avec le port micro-SD, mais la faiblesse de la capacité de stockage est un vrai problème pour la tablette Windows RT.

On trouve également sur cette VivoTab un gyroscope et un accéléromètre, un capteur de luminosité (à la réactivité perfectible), une puce GPS et la prise en charge du Wi-Fi 802.11n et du Bluetooth 4.0. La 3G ou la 4G/LTE ne sont pas à l'ordre du jour par défaut, mais l'ajout en option est disponible. Deux différences notables avec Surface : la présence d'une puce NFC, d'une part, et d'un vrai capteur principal, au dos de la tablette. Car là où Surface propose un ersatz d'APN, Asus a équipé sa VivoTab d'un 8 mégapixels CMOS ouvrant à f/2,2 (contre 2,4 pour la Transformer Prime).

Les clichés réalisés par la tablette hybride d'Asus sont du coup nettement plus intéressants que ceux réalisés avec Surface. Le rendu est plutôt équilibré au niveau de la balance des blancs, le piqué est plutôt bon pour une tablette et l'image ne souffre ni aberrations chromatiques marquées, ni de mollesse excessive sur les bords. Asus a également amélioré son capteur en façade, qui passe de 1,2 mégapixel avec la Transformer Prime à une définition de 2 mégapixels avec cette nouvelle tablette.

VivoTab RT : capture photo
Surface : capture photo

A gauche, le cliché de la VivoTab, à droite, celui de Surface


Les vidéos 1080p produites par la VivoTab RT sont tout à fait fluides et ne souffrent pas de défauts particuliers, même si l'autofocus est trop imprécis par moment. Le moindre mouvement de la tablette ou de l'objet induit une recherche du point longue et parfois incorrecte. Dommage.


On termine enfin par la, ou plutôt les batteries de la VivoTab : la tablette contient un élément d'une capacité de 25 Wh, alors que le dock assume de son côté 22 Wh, pour un total de 47 Wh, soit ce que l'on trouve sur certains ultrabooks. Avec le processeur ARM dont est équipée cette tablette, on peut légitimement attendre une autonomie tout à fait remarquable.

Web, jeux, bureautique retour au sommaire

Comment se comporte la VivoTab RT à l'usage ? Tout d'abord, il faut se familiariser avec Windows RT. Nous n'entrerons pas ici dans les détails et l'analyse de l'OS, que nous laisserons à Stéphane pour un article dédié à venir. Pour s'en tenir à l'expérience utilisateur avec cette VivoTab, on peut évoquer la lenteur de chargement de certaines applications, alors que dans les jeux (Hydro Thunder Hurricane, Reckless Racing Ultimate), la tablette semble légèrement plus fluide que celle de Microsoft. Grâce à des drivers légèrement plus récents ? Les pilotes NVIDIA de la VivoTab sont en effet différents de ceux de Surface.

Pilote Tegra 3 Windows RT
A gauche, Surface, à droite, la VivoTab RT

Côté logiciel, en dehors d'un Windows Store qui offre un nombre d'applications de plus en plus important, on note évidemment la présence d'Office 2013, qui semble justifier à elle seule la présence du bureau dans Windows RT. Quant à Internet Explorer 10, la barre d'onglets dissimulée dans la partie supérieure de l'écran ou encore les sites fréquemment utilisés qui apparaissent lors d'une saisie sont deux éléments très bien pensés. Globalement, les gestes gérés par Windows RT sont parfaitement interprétés par la tablette d'Asus.

En ce qui concerne la navigation, si le défilement des pages est fliude, on regrette un temps de chargement au moment d'afficher une page assez lourde. Notez que flash est pris en charge sur IE 10, mais uniquement pour une liste blanche de site, dont Clubic fait partie. Enfin, à propos du comportement global de l'OS, on ne peut que regretter les trop fréquents écrans noirs de la tablette qui obligent un redémarrage, ou encore l'impossibilité d'utiliser le touchpad ou le clavier lorsqu'on repose le dispositif sur le dock. Des défauts de jeunesse, certes, mais que certains utilisateurs auront du mal à pardonner à un éditeur de la trempe de Microsoft.

Performances et autonomie retour au sommaire

Globalement, la VivoTab RT d'Asus nous semble légèrement plus véloce que la Surface. Une impression confirmée par les tests ? Pour le savoir, nous avons effectué quelques benchmarks censés refléter les performances de la machine. Nous avons comparé les résultats de la VivoTab à la Surface de Microsoft, puisque le système et le navigateur sont identiques.


Si SunSpider est un outil vieillissant, il n'en reste pas moins une référence en la matière. Ici, la VivoTab effectue les différentes opérations exigées par le test en un temps légèrement plus court que la tablette de Microsoft.


Même résultat sous Google Octane, qui donne une très légère avance à la VivoTab. Le processeur étant identique, la mémoire choisie par Asus serait-elle plus performante ?


Mozilla Kraken donne là encore l'avantage au modèle Asus, qui offre des performances près de 5 % supérieures à Surface.


De même, la tablette d'Asus démarre en un peu moins de 24 secondes quand il faut 5 secondes de plus à celle de Microsoft pour afficher Modern UI. Les performances en lecture de la mémoire flash contenue dans la VivoTab seraient-elles supérieures ?


Au niveau de l'autonomie, nous avons placé la luminosité de l'écran au milieu de ses possibilités et activé les circuits sans fil. Une vidéo tourne en boucle jusqu'à épuisement de la batterie. La tablette d'Asus s'en tire mieux, alors que sa batterie est pourtant d'une capacité inférieure (25 Wh contre 31,4 Wh pour Surface). Une hypothèse : l'écran de la VivoTab est peut être moins lumineux (ce que nous n'avons pas les moyens de vérifier autrement qu'à l'œil), ou Asus a optimisée sa tablette mieux que ne l'a fait Microsoft.

Lorsque la VivoTab est couplée à son dock, l'autonomie devient réellement très intéressante : il nous a fallu plus de 19 h pour en venir à bout !

Conclusion retour au sommaire

Après une Transformer Prime très réussie, Asus se met à l'heure de Windows RT et nous propose une tablette ARM intéressante. Dans le concept d'abord, avec ce dock amovible, qui donne à la tablette d'Asus un petit avantage au niveau de l'ergonomie face à Surface (grâce notamment à un touchpad plus confortable), mais également un apport conséquent du point de vue de l'autonomie. Reste qu'Asus ne bénéficie plus de l'effet de surprise alors que d'autres constructeurs ont repris ce format hybride à leur compte.

Une tablette intéressante également au niveau de la finition et de la qualité de construction ; la VivoTab en mode tablette bénéficie d'une légèreté et d'une compacité supérieure à Surface et d'équipements, qui, s'ils ne sont pas essentiels pour une tablette, détonnent par leur qualité : les enceintes délivrent un très bon son (pour une tablette), alors que le capteur de l'APN offre une qualité d'image tout à fait satisfaisante.

Évidemment, la VivoTab RT n'est pas exempte de défauts, et nous aurions aimé trouver un port USB supplémentaire sur le dock, ou encore un clavier proposant une ergonomie un peu mieux aboutie. De même, le système permettant de désunir la tablette de son dock nous semble très perfectible.

VivoTab RT

Il n'en reste pas moins que le principal défaut de cette tablette, si on la compare aux autres modèles du marché et non plus à la seule Surface, est son système d'exploitation. Bugs, écrans noirs, bureau peu utile, lenteurs et capacité de stockage famélique font qu'en l'état actuel, Windows RT handicape quelque peu le produit d'Asus. Et si la suite bureautique de Microsoft est évidemment plus agréable à utiliser que la Polaris Office fournie avec la Transformer Prime et nombre de tablettes Android, il est difficile de se satisfaire d'un OS dont l'écosystème est encore très pauvre et qui montre un manque de cohérence avec le matériel qui l'accompagne.

Dans ces conditions, et même si nous sommes plutôt séduits par le travail réalisé par Asus, difficile pour nous de récompenser par une distinction un produit handicapé par un système qui souffre, a minima, de sa jeunesse.

Les plus

  • Légèreté / Finition
  • Concept
  • Autonomie
  • Photo et vidéo

Les moins

  • Capacité de stockage
  • Jeunesse du système
  • Clavier perfectible
  • Système d'accroche

Asus VivoTab RT

Tablette hybride

Assez bon

  • Finition
  • Ergonomie
  • Web
  • Multimédia

// Tablette : Tous les tests

// Tablette : Dossiers relatifs

Vous aimerez aussi

Article du Lundi 26 Novembre 2012 par Frédéric Cuvelier

Envoyer par mail Envoyer par mail
à partir de
46,04 €
à partir de
42,00 €
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

flechePublicité

Les bons plans !

Partenaire Clubic.com

Top logiciels Antispyware

Malwarebytes Anti-Malware
Éradiquez vos malwares en quelques clics avec Malwarebytes Anti-Malware Gratuit !
Spybot Search and Destroy
Spybot : Rechercher et supprimer Spyware et Trojan !
Glary Utilities
Glary : Utilitaires gratuits pour réparer et optimiser votre ordinateur !
Microsoft Security Essentials (MSE)
L'antivirus gratuit Microsoft Security Essentials (MSE) en version 4 !
Ad-Aware Free Antivirus +
Ad-Aware Gratuit : La nouvelle génération d'anti Spyware.
RogueKiller
RogueKiller : Détecter, neutraliser et éliminer les rogues les plus coriaces avec cet utilitaire, efficace, gratuit et traduit en français !

Partenaire Clubic.com

flechePublicité

BE GEEK ! Avec Clubic Logo

flechePublicité