Selon un juge américain, Apple a raison de tenir tête au FBI

Dans l'affaire qui l'oppose au FBI, Apple a gagné une première victoire en justice. Un juge a effectivement estimé que la firme de Cupertino n'était pas obligée d'apporter son soutien aux autorités pour accéder à l'iPhone d'une personne suspectée d'être trafiquant de drogue.

Le PDG d'Apple, Tim Cook, a récemment publié une lettre ouverte en expliquant que le FBI avait demandé à la société de mettre au point un logiciel permettant d'accéder au contenu de tous les iPhone verrouillés. Apple s'est publiquement positionnée en fervent défenseur de la vie privée et a notamment reçu le soutien de plusieurs autres entreprises high tech.

Apple a comparu devant une cour de Brooklyn, qui a tranché en sa faveur. Le juge James Orenstein explique que le Congrès a précisément rejeté une loi obligeant les sociétés à rendre les données des utilisateurs accessibles auprès des autorités. Le gouvernement n'est donc pas en mesure d'obtenir d'une décision de justice qu'il n'a pu mettre en place au Congrès.

Apple HQ ban


Le juge ajoute que les demandes du gouvernement visant à contourner les dispositifs de sécurité mis en place par Apple et promus auprès de ses consommateurs vont à l'encontre de la société et peuvent en outre lui être préjudiciables. De son coté, le département de la Justice regrette la décision de la cour et affirme qu'Apple a manifesté son accord pour aider les autorités à accéder au contenu des iPhone, puis a fait marche arrière lorsque les documents de la cour ont été rendus publics.

Notons cependant qu'Apple comparaîtra de nouveau en justice devant une cour de Californie pour l'affaire impliquant l'iPhone du tueur ayant sévi à San Bernardino en fin d'année dernière. Toutefois, on imagine que les avocats d'Apple n'hésiteront pas à rebondir sur cette décision de justice pour influencer le juge.

Sur le sujet :

A lire également :

Téléchargez :
Modifié le 01/03/2016 à 18h38
Commentaires