NVIDIA Shield Tablet : quand la tablette se fait console de jeux

0000007d01933580-photo-nvidia-logo.jpg
Début 2013, NVIDIA s'attaquait au monde du jeu vidéo portable en lançant sa console portable Android répondant au nom de Shield. Une console qui n'a connu qu'un succès d'estime et s'est toujours limitée aux seuls États-Unis. Pour autant, NVIDIA continue ses développements autour de Shield et annonce, en pleine torpeur estivale, une tablette pour compléter ce qui constitue désormais une gamme alors que la console Shield est maintenant renommée en Shield Portable.

Et tandis que la Shield Portable reste un produit américano-américain, la Shield Tablet sera commercialisée en Europe et plus exactement en France dès la mi-août. Au cœur de cette tablette, la toute dernière génération de puce mobile NVIDIA, nommée Tegra K1 ainsi qu'un environnement logiciel et matériel pensé pour le jeu et les joueurs. Car pour NVIDIA, le marché de la tablette est dorénavant suffisamment mature pour accueillir des tablettes spécialisées répondant à des usages et besoins bien spécifiques.

020d000007530267-photo-shield-tablet-4.jpg


Shield Tablet : NVIDIA K1 inside


Si NVIDIA développe et commercialise sa propre tablette, il est logique que la marque utilise son propre SoC. On retrouve au cœur de Shield Tablet le SoC ou system-on-a-chip Tegra K1 avec quatre cœurs d'exécution ARM Cortex A15 cadencés à 2,2 GHz. Annoncée il y a quelques mois déjà, la puce K1 est ici proposée dans sa variante 32 bits et se distinguera par sa partie graphique.

Là où les précédentes générations de Tegra ne brillaient pas forcément dans le domaine de prédilection de NVIDIA qu'est pourtant le graphique, le Tegra K1 a pour avantage d'être pourvu d'un cœur graphique Kepler avec 192 unités de traitement CUDA (soit 1 SMX pour les férus). C'est donc la même architecture graphique que dans les GeForce de nos chers PC, avec un niveau de fonctionnalité DirectX 11, OpenGL 4.4, OpenGL ES 3.1 et Android Extension Pack.

01db000007531775-photo-nvidia-tegra-k1-chipshot.jpg


Au-delà des capacités du SoC, sachez qu'il est accompagné de 2 Go de mémoire vive et que, dans sa version de base, la Shield Tablet dispose de 16 Go d'espace de stockage.

Shield Tablet : le design d'une Tegra Note 8 ?


Pour cette Shield Tablet, NVIDIA propose un design de facture convenable, sans véritable aspérité. Du reste, par rapport à la tablette Tegra Note 7 que nous testions tout récemment (voir NVIDIA Tegra Note 7 : une tablette taillée pour le jeu ?), cette Shield Tablet semble identique, mais légèrement plus grande puisque NVIDIA a cette fois-ci retenu un écran 8 pouces sur lequel nous reviendrons. En plastique, avec un dos peau de pêche, la tablette dispose selon NVIDIA d'un système de dissipation de la chaleur interne. En jeu, la tablette s'échauffe, mais dans des proportions qui nous semblent effectivement contenues. Avec deux haut-parleurs en façade, la tablette fait entendre un son tout à fait acceptable lors de nos parties.

Par rapport à la Tegra Note, la Shield Tablet est un peu plus lourde : 370 grammes sur la balance sans la couverture contre 350 grammes. Un poids qui n'est pas nécessairement gênant d'autant que la prise en main de la tablette reste agréable même si les efforts ergonomiques ne sont finalement pas flagrants : les bords biseautés de la coque en plastique peuvent par exemple heurter lors des manipulations.

La Shield Tablet de NVIDIA avec sa cover servant de stand.
Vu sur les boutons de la Shield Tablet : mise en marche, volume et slot microSD.
Les connecteurs de la Shield Tablet : jack, miniHDMI et microUSB.
Le sommet de la Shield Tablet avec sa caméra frontale et son haut parleur.
La Shield Tablet de dos : peau de pêche !
La lentille du capteur photo dorsale 5 Mégapixels de Shield Tablet.
Détachement de la cover de la Shield Tablet : celle-ci tient en place par un système d'aimants.


L'écran de cette tablette est de type IPS et affiche une résolution de 1920x1200 pixels. On appréciera sa qualité : nettement en progrès face à Tegra Note 7 dont la matrice tactile était clairement visible à l'œil nu. Dotée d'une caméra frontale et d'un appareil dorsal, tous deux en 5 mégapixels, la tablette propose un connecteur micro-USB 2.0 (avec témoin lumineux de charge, un détail plutôt bien vu), un port mini-HDMI, un slot microSD, un bouton de mise en marche et un contrôle du volume. Par rapport à la Tegra Note justement, on appréciera la sortie HDMI 1.4a. Pour la connectivité, NVIDIA propose sur sa Shield Tablet du Wi-Fi i802.11 a/b/g/n et du Bluetooth 4.0 LE.

01db000007530269-photo-shield-tablet-5.jpg


Décidément nous parlons beaucoup de Tegra Note dans ce papier : logique compte tenu des similitudes entre les deux produits ! Ainsi la Shield Tablet comporte elle aussi un stylet. Celui-ci est capacitif et permet évidemment de contrôler l'interface d'Android. Logé dans la coque de la tablette, le stylet est de petite taille avec un embout caoutchouté biseauté. La nouveauté face à Tegra Note c'est la technologie DirectStylus 2.0 qui est cette fois-ci accélérée par le GPU. La gestion du stylet devrait donc être plus rapide et plus précise selon NVIDIA alors que sa conception permet de s'approcher des véritables digitizer à la Wacom. On profite en effet d'un succédané de gestion des niveaux de pression par exemple. NVIDIA livre d'ailleurs une app de dessin pour tirer pleinement parti du stylet. Celle-ci est baptisée Dabbler et propose divers effets dont une simulation de peinture à l'huile.

01db000007533877-photo-nvidia-shield-tablet-dabbler.jpg

L'application de dessin NVIDIA Dabbler


Mais subsiste une question à laquelle nous ne parvenons pas à répondre : à quoi peut bien servir un stylet pour un joueur, le public principal de la Shield Tablet ?

Console de jeux : découvrez des offres à bas prix sur notre comparateur de prix !

01db000007530271-photo-shield-tablet-6.jpg
Modifié le 13/02/2018 à 17h41
Commentaires