Hadopi : quelles alternatives légales au P2P ?

Regarder ou télécharger des films et des séries


Si l'offre légale en matière de musique est aujourd'hui satisfaisante tant au niveau de la qualité que du choix, la situation est totalement différente en ce qui concerne la vidéo. N'ayons pas peur de le dire : l'offre actuellement disponible est tout simplement déplorable. Seule une infime fraction de la production cinématographique mondiale est disponible sur les différents services de VOD, l'interface de ces dits services laisse grandement à désirer et les tarifs n'ont rien d'attractif. Tentons d'y voir de plus près.

Interopérabilité et DRM


Le monde de la vidéo est encore bien loin d'avoir pris le parti du « sans DRM ». L'offre en matière de VOD est généralement commercialisée sous deux formes : le téléchargement définitif et le visionnage en streaming. L'achat de vidéos est, dans tous les cas, accompagné de DRM contraignants. Les vidéos achetées sur l'iTunes Store ne pourront être lisibles que sur un iPod, un iPhone, un ordinateur équipé d'iTunes ou une Apple TV. Les contenus achetés sur Fnac.com, VirginMega ou d'autres sites de VOD nécessiteront l'utilisation de Windows et d'appareils compatibles avec les DRM de Windows Media Player. Il a fallu 6 ans aux maisons de disques pour enfin s'apercevoir de l'impasse des DRM à l'achat. L'offre en VOD est tout de même plus récente, et les producteurs de cinéma, sans doute échaudés par la main mise d'Apple dans le monde de la musique en ligne, sont beaucoup plus vigilants. On peut leur accorder le bénéfice du doute : après tout, si même les majors du disque ont réussi à céder, les studios finiront bien par leur emboiter le pas.

Virginmega vidÇo avec DRM
24 24 vidÇo test de configuration


Choix du catalogue


Nous entrons ici dans le vif du sujet. Si l'offre légale en matière de musique s'avère aujourd'hui pléthorique, la VOD accuse un immense retard alors qu'elle n'est pas beaucoup plus jeune (des offres comme 24/24 Vidéo existaient déjà en 2005). Un chiffre suffit à résumer la situation : toutes les offres de VOD en France disposent d'un catalogue correspondant à une infime fraction de la production cinématographique mondiale. Récemment, la rédaction de Clubic s'est livrée à un petit jeu : rechercher trois films pas franchement « underground » sur différentes offres de VOD, puis sur des sites illégaux. Le constat est sans appel.



On peut chercher davantage et nous l'avons fait, cette fois ci avec 10 films sur 5 sites différents (Virginmega.fr, Fnac.Com, 24/24 Vidéo, Canalplay et TF1 Vision). Nous avons choisi 5 films récents (2 ans au plus) et 5 « classiques » :

  • The Dark Knight, le dernier Batman
  • Wall-E, le film d'animation de Pixar
  • Vicky Cristina Barcelona, le nouveau Woody Allen sorti tout récemment en DVD
  • Entre les Murs, le docu-fiction de Laurent Cantet, primé à Cannes
  • There Will Be Blood, salué par la critique et récompensé aux Oscars en 2008
  • Les Tontons Flingueurs, de Georges Lautner
  • Orange Mécanique, de Stanley Kubrick
  • Pulp Fiction, de Quentin Tarantino
  • Le Grand Restaurant, avec Louis de Funès
  • Sueurs Froides d'Alfred Hitchcock

Les résultats sont édifiants. On commence par la lanterne rouge : au moment des tests, réalisés entre le 03 mai et le 11 mai 2009, aucun des 5 sites ne proposait. There Will Be Blood et Entre Les Murs. Ce dernier permet de mettre en lumière les délais anormalement longs de disponibilité en VOD : le DVD du film de Laurant Cantet est sorti il y a déjà plusieurs semaines alors qu'il n'est disponible que plusieurs semaines après (absent au moment des tests et proposé depuis la publication de l'article). La fresque « oscarisée » de Paul Thomas Anderson semble en revanche aux abonnés absents. On constate également des oublis flagrants, comme The Dark Knight et le dernier Woody Allen introuvables sur CanalPlay, un film archi connu d'Alfred Hitchcock absent de 3 sites sur 5 ou encore Pulp Fiction disponible uniquement sur le site de Canal+. Dans tous les cas, aucun des 10 films n'est disponible sur les 5 sites. Bref, le tableau est loin d'être glorieux. Faut-il pour autant faire l'apologie du piratage ? Certainement pas. Il est certain que les deux camps ne se battent pas avec les mêmes moyens. Néanmoins, on ne peut qu'être atterré par la pauvreté de l'offre VOD actuelle.

CanalPlay Entre les Murs
VirginMega wall e


On imagine les problèmes de droits et de chronologie des médias qui peuvent expliquer cette faiblesse, mais on ose espérer que les studios sauront débloquer cette situation embarrassante : comment inciter les utilisateurs à utiliser des services légaux si l'offre proposée est aussi minuscule ? La loi Hadopi ne semble proposer que des vagues promesses sur ce point. Tout juste sait-on que les producteurs s'apprêteraient à faire tomber le délai de sortie d'un film en VOD de 7 mois et demi à 6 mois, ce qui semble encore beaucoup trop long pour lutter efficacement contre le piratage. Dans d'autres domaines comme celui des séries TV, il arrive pourtant que les fournisseurs proposent d'excellentes initiatives comme la sortie en VOD des derniers épisodes de séries TV comme Lost ou Heroes le lendemain de la diffusion américaine, en version originale sous-titrée. Est-ce que cela cannibalisera les audiences de la série lors de la diffusion ? Certainement pas : les fans de série en VO sont un public particulier qui téléchargerait de toute façon l'épisode illégalement plutôt que d'attendre sa diffusion sur la télé française. Partant de ce principe, on pourrait imaginer qu'il y aurait certainement un public pour la diffusion de films avec un délai nettement réduit par rapport à la sortie en salles : le public n'est pas forcément le même, et la prestation non plus. Dans tous les cas, si vous souhaitez savoir si un film est disponible sur une des offres VOD du marché, le meilleur moyen est de passer par un site comme Total VOD, un méta moteur de recherche répertoriant l'ensemble des sites français disponibles. Citons enfin le cas d'offres de VOD « à part » telles que Vodeo, qui propose une sélection imposante de documentaires dans des thématiques variées (histoire, nature, politique, sciences...) Même si les films et les séries sont les oeuvres les plus touchées par les pratiques illégales, il est bon de rappeler que l'on peut aussi trouver des programmes différents, légalement.

Ergonomie


Au niveau de l'ergonomie des services proposés, on a affaire, plus ou moins, aux mêmes protagonistes que pour la musique et on retrouve les mêmes bons et mauvais élèves. iTunes, malgré une offre vidéo quasi nulle (par rapport à ce qu'Apple propose aux États-Unis, on ne trouve qu'une poignée de séries et d'émissions), prouve là encore son excellente intégration avec l'iPod et sa facilité d'achat et de navigation... mais, du coup, aussi son verrouillage. Les sites de VOD sur PC sont généralement bien conçus au niveau de la recherche de films, mais nécessitent fréquemment des composants additionnels (gestionnaire de téléchargement voire lecteur dédié) qui ne fonctionnent que sous Windows, et parfois même uniquement avec Internet Explorer. En revanche, les interfaces frisent le catastrophique lorsque l'on passe sur les offres Triple play des FAI. Que ce soit TF1 Vision et CanalPlay sur Freebox HD, ou 24/24 Vidéo sur le décodeur d'Orange, il faut subir une interface plein écran peu pratique, lente et pour ainsi dire, encore pire que celle d'un distributeur automatique de DVD.

Fnac TÇlÇchargement d une vidÇo


Tarifs


Les prix pratiqués sur la VOD sont variables. En ce qui concerne la location, on tournera généralement entre 2,99 euros (pour les fonds de catalogue) et 4,99 euros (pour les nouveautés) pour une location de 24 ou 48 heures. Les versions HD des films, qui sont encore plus rares que les versions en VO sous-titrées, sont facturées 5,99 euros. Ça peut paraître un peu cher, mais le pire réside dans les tarifs des téléchargements définitifs qui oscillent entre 9,99 euros et 15,99 euros, soit pas beaucoup moins que le prix du DVD « standard » pour un film comme The Dark Knight, sans compter les offres, de plus en plus nombreuses, de DVD à moins de 10 euros. Prenons également l'exemple du fameux OSS 117 : il est possible d'acheter les premières aventures de l'ami Hubert Bonnisseur De La Batte à 9,99 euros en DVD contre une version dématérialisée et affublée de DRM à 15,99 euros sur certains sites ! Terminons en mentionnant une des rares offres de VOD par abonnement, à savoir Free Home Video. Celui-ci propose, pour 7,99 euros par mois, l'accès illimité à une sélection de films et de séries. Celle-ci est extrêmement réduite mais change régulièrement. Une formule à 9,99 euros permet en outre d'accéder à d'autres programmes tels que des mangas.

Fnac OSS 117



Catch up TV : rattraper les programmes des jours précédents


Un argument souvent développé par les défenseurs du P2P est sa fonction de "magnetoscope universel" : j'ai loupé le film de la veille, je souhaite le revoir, donc je le télécharge. Que proposent les chaînes de télé françaises pour visionner en toute légalité un film ou une émission diffusée il y a un jour ou une semaine ? Les offres varient, au niveau des tarifs comme des programmes proposés. Ainsi, TF1, M6 et Arte proposent toutes un site de « catch up TV » gratuit, mais si les émissions « maison » sont souvent disponibles en intégralité, les fictions achetées font l'objet de problèmes de droits. M6 propose plusieurs séries diffusées à l'antenne, dont Desperate Housewives, Nip Tuck ou NCIS. TF1 de son côté propose des vidéos de certaines séries, mais peu d'épisodes en intégralité à l'exception de productions internes comme Profilage. On pourrait penser que la télévision publique montre l'exemple mais si Arte propose un service Arte+7 bien conçu et agréable à utiliser si on n'attend pas la qualité de la version HD de la chaîne, France Télévisions est clairement le mauvais élève du hertzien : son offre de catch up TV est uniquement disponible pour les abonnés d'Orange. Ceux-ci bénéficient en outre du service M6 Replay au sein de l'offre VOD du fournisseur (et donc visible sur une télé). Enfin, Canal+ propose un service Canal+ à la Demande très bien fait et évidemment réservé aux abonnés de la chaîne, mais complet au niveau des films proposés, que l'on pourra ainsi revoir trois fois. Le service est disponible sur le web, mais également, pour les abonnés de Free, depuis la Freebox HD. La chaîne cryptée envisage également de mettre à disposition certains contenus de son bouquet CanalSat, avec le futur service CanalSat à la demande. Orange a emboité le pas avec ses chaines cinéma thématiques : un canal permet de revoir les programmes à la demande. Là encore, un meta moteur, du nom de TV à Revoir, permet de centraliser les programmes disponibles.

M6 replay
Arte +7



Le verdict


Le bilan en matière de vidéo est nettement plus contrasté que ce qui concerne la musique. Les offres sont encore balbutiantes pour la plupart, et ce constat commence à être alarmant puisqu'elles ne sont pas beaucoup plus jeunes que les offres musicales ! Le nombre moyen de films disponibles est beaucoup trop bas pour proposer un service digne de ce nom, alors que les délais de disponibilité des films sont encore trop longs, ce qui n'est toutefois pas imputable à l'offre en elle-même mais à la sacro-sainte chronologie de diffusion ! Certains classiques manquent à l'appel, certains films sont disponibles en location et pas en téléchargement définitif ou vice versa, bref tout cela nous donne actuellement l'impression d'un imbroglio de droits complexes et de priorités de certains médias sur d'autres qui nuisent au développement de la VOD. Espérons que l'intérêt de l'utilisateur et la bonne volonté des producteurs permettront d'y mettre fin, car à l'heure actuelle, l'offre en matière de vidéo est tout simplement ridicule par rapport à ce que l'on trouve par des voies illégales.
Modifié le 28/06/2012 à 09h52
Commentaires