Samsung Galaxy S7 Edge : notre test complet

Annoncés lors du MWC, les Galaxy S7 et S7 Edge sont les nouveaux vaisseaux amiraux de la galaxie de smartphones Samsung. Une fois de plus le constructeur coréen a mis le paquet pour placer toutes les chances de son côté : SoC plus performant, appareil photo prometteur, batterie plus musclée, retour du port microSD et de l'étanchéité, etc. De son côté, le S7 Edge monte en gamme et en diagonale pour atteindre un format 5,5 pouces. Pari réussi ? La réponse avec notre test du S7 Edge !

Samsung n'est pas à plaindre, loin de là. Mais ses derniers Galaxy, les S6 et S6 Edge, complétés plus tard par le S6 Edge+, n'ont pas rencontré le succès escompté, sans pour autant virer à l'échec. Le Sud-Coréen espère donc reprendre du poil de la bête - et des parts de marché - avec son S7.

Présentation du Samsung Galaxy S7 Edge


En apparence, la nouvelle génération des Galaxy S ne diffère pas de la précédente, et c'est tant mieux. Critiqué pour le design du Galaxy S5, Samsung avait entrepris l'année dernière une refonte totale de ses dessins et de la finition de son fleuron. Le résultat avait été unanimement applaudi : dimensions relativement contenues, châssis métallique, dos en verre et lignes revues, tout cela forçait le respect et l'admiration.

Le design de la cuvée 2016 ne change pas fondamentalement, et conserve cette impression d'un smartphone haut de gamme. La principale nouveauté concerne précisément le S7 Edge, qui adopte un écran de 5,5 pouces alors que son prédécesseur affichait la même diagonale que la version « standard ». Entre-temps, un S6 Edge+ en 5,7 pouces avait fait son apparition, et on peut se demander si cette stratégie perdurera.



L'intégration de l'écran du Edge force une fois de plus le respect. Quel que soit le smartphone 5,5 pouces que l'on met en face, le S7 Edge paraît beaucoup plus fin et contenu. Côte à côte, l'iPhone 6 Plus, de même diagonale, est carrément énorme !

Comme le S7 « classique », le S7 Edge se distingue également par une meilleure ergonomie, grâce à un dos aux bords incurvés, à l'image du Galaxy Note 5. Appréciable pour la prise en main un peu plus agréable, cette petite différence permet, au passage, de faire passer ni vu ni connu un léger gain en épaisseur, de l'ordre du millimètre.

GalaxyS7 Edge12 bis
Le Galaxy S7 Edge offre une bonne prise en main malgré sa taille

C'est particulièrement bien vu, car pratiquement imperceptible, et ça réduit la protubérance de l'appareil photo, qui déséquilibrait le smartphone à plat. C'est toujours un peu le cas, mais plus aussi flagrant. Le S7 Edge est d'ailleurs un peu plus fin que le S7 « classique » et gagne des bords moins tranchants que son prédécesseur, assez désagréables sur ce point.

Le retour de l'étanchéité (IP68 de surcroît, c'est-à-dire réellement submersible, à 1,5 m pendant 30 minutes) ne dégrade en rien les apparences, pas plus qu'elle ne pénalise l'écran. Nous n'avions qu'un récipient à disposition, mais nous l'avons plongé à deux reprises, avec succès. Le fait de ne même plus avoir le moindre cache à refermer est extrêmement plaisant. Maintenant que Samsung s'y est remis, et sérieusement cette fois, va-t-on voir cette fonctionnalité essentielle se généraliser enfin ?

La taille de l'écran du S7 Edge change, mais pas ses caractéristiques et sa technologie : du Super AMOLED en définition Quad HD (2 560 x 1 440 pixels). Dans l'absolu et sur un smartphone, pareille résolution est inutile. Mais comme Samsung veut également mettre en avant son casque de réalité virtuelle Gear VR, le Quad HD devient alors un minimum souhaitable pour ne pas se retrouver avec une image trop pixellisée. Et même si elle l'est encore, il faut bien admettre que le Edge offre une qualité acceptable pour cet usage.

GalaxyS7 Edge13
À gauche, le Galaxy S6 (5,1 pouces), et à droite, le Galaxy S7 Edge (5,5 pouces)

De manière générale, comme sur le Galaxy S6, cet écran est superbe. Fervent défenseur, depuis le premier Galaxy S, de la technologie AMOLED, Samsung l'a amélioré de manière sensible sur les dernières générations, corrigeant notamment ses couleurs trop saturées jusqu'à obtenir un rendu relativement proche d'un afficheur LCD, tout en conservant l'intérêt de la techno : ses noirs profonds, utilisés à bon escient pour afficher en permanence des infos telles que l'heure ou les dernières notifications, sans allumer les pixels obscurs.

Notre seul reproche concerne la rémanence toujours présente lors des défilements, un problème déjà constaté sur tous les S6, S6 Edge et S6 Edge Plus qu'on ait eu entre nos mains.

GalaxyS7 Edge5
Le capteur de rythme cardiaque : intérêt limité sur un smartphone

Samsung conserve le capteur d'empreintes digitales intégré au bouton d'accueil, toujours plus rapide et bien pratique pour déverrouiller son smartphone, ou dans le cas de Samsung, pour utiliser la solution de sécurité Knox ou le paiement dématérialisé (via NFC) Samsung Pay. Android Marshmallow oblige, il est désormais pris en charge par l'ensemble du système et non plus seulement par les applications maison du constructeur. On peut enfin valider des achats sur le Play Store par son empreinte. Le capteur nous a paru relativement fiable, mais tout de même en retrait par rapport au Nexus 6P ou à l'iPhone 6S. Sa réactivité n'atteint pas ce dernier, et ça, on peut presque s'en satisfaire, le 6S étant presque trop sensible.

GalaxyS7 Edge8
Le capteur d'empreinte peut désormais être utilisé à travers tout le système

En revanche, le capteur de rythme cardiaque voisin de l'appareil photo ne nous convainc toujours pas sur son utilité. D'autant que les montres et/ou bracelets connectés intègrent déjà de plus en plus fréquemment ce genre de capteur, qui a davantage son intérêt lorsqu'il est utilisé pendant un effort.

GalaxyS7 Edge7
Pas encore de connecteur USB-C pour les Galaxy S7 : la faute au Gear VR ?

Le connecteur micro USB est toujours de la partie : le Type C sera peut-être pour le S8. La raison est sans doute la nécessité d'assurer une compatibilité avec le casque de réalité virtuelle Gear VR, sorti il y a à peine quelques semaines pour le grand public. Il faudra bien y passer un jour, de plus en plus de constructeurs adoptant la connectique réversible beaucoup plus pratique et versatile.

La disposition des différents éléments, prise casque, haut-parleur, micro, boutons de volume et marche/arrêt et touches physiques et tactiles, n'a pas évolué, à l'exception du slot nano SIM qui accueille à nouveau une carte microSD ! Samsung a entendu et compris les mécontents, voilà qui en réjouira plus d'un.

GalaxyS7 Edge10




Modifié le 02/12/2016 à 07h54
Commentaires