Test Wacom Bamboo Spark : et le papier ne perd pas pied

L'idée du bloc-notes numérique n'est pas nouvelle, mais quand c'est Wacom qui s'y colle, le spécialiste des interfaces tactiles et des tablettes graphiques, forcément ça interpelle. Dévoilé à l'IFA, le Bamboo Spark est désormais sur notre bureau. Un concept convaincant ?

Il y a ceux qui suivent la transition numérique au fil des avancements, et il y a les indécrottables de la vieille école qui vivent, pensent et rêvent analogique. Et puis il y a ceux qui, entre deux chaises, apprécient la praticité du premier monde tout en affectionnant la véracité du second. Pour ces derniers, et appliqué à de la prise de notes, Wacom propose son Bamboo Spark. Il s'agit tout simplement d'un bloc-notes numérique : l'utilisateur écrit ou croque avec un stylo à encre sur du vrai papier, il appuie sur un bouton et une version numérique de sa réalisation est instantanément sauvegardée et synchronisée sur le téléphone (ou la tablette) et le cloud.

Présentation du Bamboo Spark


Le Bamboo Spark ressemble à un étui pour tablette 10 pouces : une pochette à deux volets, mesurant 25,3 x 20,2 x 2,2 cm. La version Snap-fit pour iPad air 2, capable d'accueillir la tablette d'Apple, en est d'ailleurs un, d'étui, tout comme la version With tablet sleeve, plus permissive sur la nature de l'ardoise. Mais dans tous les cas, les smart folios de Wacom sont différents puisqu'ils abritent un bloc-notes papier et un stylo à encre. Wacom nous a envoyé la troisième version Gadget Pocket, où le volet de gauche est prévu pour accueillir une réserve de papier ou encore un smartphone. Le poids varie en fonction du modèle, entre 535 et 620 grammes.


L'extérieur de l'étui est recouvert d'un duo de tissus aux touchers différents : pas de folie textile sur le plan esthétique - on est dans ce qu'on pourrait appeler la « rigueur allemande » - néanmoins Wacom a soigné sa finition. L'intérieur, uni et gris, est tapissé d'un matériau ressemblant à du suède synthétique. Dans la gadget pocket de la deuxième de couverture, une petite patte aimantée permet de caler les éventuelles feuilles volantes. Le stylo se fixe à une découpe dans la reliure par l'attache de son capuchon. L'ensemble se referme à l'aide d'un élastique qui s'amarre à un crochet en plastique.

© Clubic.com
Bamboo Spark vu sous différents angles
© Clubic.com
Bamboo Spark vu sous différents angles
© Clubic.com
Bamboo Spark vu sous différents angles
© Clubic.com
Bamboo Spark vu sous différents angles
© Clubic.com
Bamboo Spark vu sous différents angles
© Clubic.com
Bamboo Spark vu sous différents angles
© Clubic.com
Bamboo Spark vu sous différents angles

Ce qui nous intéresse toutefois, c'est le battant de droite qui contient toute l'électronique. A commencer par une batterie (de capacité et d'autonomie inconnues), et donc un port USB pour la recharge et un bouton marche - arrêt. Au centre de la couverture se trouve la zone active sur laquelle on vient loger le bloc-notes au format A5 (21 x 14,8 cm). Cette zone active renferme un maillage de capteurs qui va déterminer la position du stylo par le phénomène de résonance magnétique, le stylo étant pourvu d'un aimant. En dehors de cette spécificité, le stylo est un modèle standard, passif (c'est-à-dire sans batterie), utilisant des recharges d'encre vendues dans le commerce et sur le site du constructeur (Ministar D ISO 12757-2 DOC SWISS). Wacom en livre trois en tout.

Wacom Bamboo Spark 9

Côté bloc-notes, Wacom en fournit un, adapté de 30 pages unies, mais n'importe quel bloc aux bonnes dimensions ira, tant qu'il ne dépasse pas 5 mm d'épaisseur. Cette limitation n'est pas aussi futile qu'il n'y paraît, car les blocs-notes au format A5 ont bien souvent 80 feuilles, et donc dépassent les 5 mm. Auquel cas, il restera les blocs-notes vendus par Wacom, à 7,90 euros les trois (de 30 feuilles chacun).
Modifié le 29/01/2016 à 09h43
Commentaires