le jeudi 24 mars 2016

La voiture autonome ne s'arrêtera pas au feu rouge

Imaginez un monde sans bouchons, dans lequel vous circuleriez à bord de navettes autonomes, sur un réseau routier dépourvu de feux rouges, sans jamais vous arrêter, même aux heures de pointe.

C'est ce qu'ont imaginé des films d'anticipation tels que Minority Report ou I, Robot. Mais c'est aussi ce qu'imaginent des chercheurs, qui étudient d'ores et déjà comment concrétiser cette utopie.

On connait l'issue de la voiture autonome. Communicante, elle n'aura plus jamais d'accident. Elle débarrassera par la même occasion les infrastructures de toute signalisation apparente : les panneaux seront dématérialisés et transmis sans fil aux intelligences artificielles des véhicules.

Light Traffic
Crédit : MIT Senseable City Lab

Lire : Volvo : à partir de 2020, les accidents ne seront plus mortels

Les communications V2X, de véhicule à véhicule (V2V) et de véhicule à infrastructure (V2I), permettront aussi de fluidifier le trafic, et donc d'améliorer l'efficacité énergétique. On le savait, mais des chercheurs du MIT SENSEable City Lab, de l'institut de technologie fédéral suisse et du conseil de recherche national italien concrétisent et illustrent pour la première fois ce futur.

Ils ont expérimenté, virtuellement, des modèles d'intersections à circulation ininterrompue. Le concept est que l'infrastructure attribue des créneaux aux véhicules qui approchent d'une intersection, avec une précision de l'ordre de la seconde, afin qu'ils ajustent leur vitesse d'approche pour la traverser en alternance. Soit le modèle de la fermeture éclair appliqué à la voiture et décliné à un carrefour.

Les chercheurs indiquent qu'ils peuvent gérer des piétons ou des cyclistes non connectés, sans toutefois préciser comment.

Du point de vue d'un technophile, le mécanisme rappelle celui de réseaux de télécommunications (réseau informatique, internet mobile), sur lesquels les données d'utilisateurs multiples sont imbriquées sans se percuter.

Light Traffic
Light Traffic

L'étude est intitulée « Light Traffic », par contraste avec traffic light, feu rouge en anglais. Les chercheurs rappellent avec ironie que les feux de signalisation ont été inventés il y a 150 ans du temps des chevaux. Ils appellent les autorités à étudier rapidement ce genre de modèle, car les infrastructures construites aujourd'hui seront probablement encore utilisées dans plusieurs décennies.

Lire : Comment la technologie révolutionnera l'automobile


Crédit : Jalopnik


Modifié le 24/03/2016 à 18h09
Commentaires