Test Steam Machine : Alienware loupe sa cible

Evoquées pour la première fois il y a désormais plus de deux ans, les Steam Machines voulues par Valve sont enfin disponibles. Parmi les quatre modèles aujourd'hui sur le marché, le produit Alienware se démarque par les composants qu'il embarque.

La firme à l'Alien, filiale de Dell dédiée aux joueurs, a construit sa réputation autour de produits (PC portables ou de bureau) embarquant les dernières technologies en date. Cela n'empêche pas la marque de suivre les tendances et de chercher à se diversifier, comme elle tente de le faire avec sa Steam Machine.

Un PC dont la taille ne lui permet pas de proposer la crème actuelle du composant, quitte à sacrifier les performances et à s'éloigner de sa clientèle historique. Des sacrifices au service d'un marché à conquérir : celui des personnes qui veulent jouer depuis leur canapé, dans leur salon, celui dominé depuis des années par les consoles.

Valve a de grandes ambitions en la matière : la Steam Machine d'Alienware l'aidera-t-elle dans cette conquête ? Notre test.



Un boîtier discret


La première particularité de cette Steam Machine, c'est sa compacité. Valve a voulu un boîtier qui s'intègre bien au salon et en ce sens, Alienware a parfaitement rempli la mission.

Son mini-PC est peu profond, plutôt fin, et sa couleur noire très sobre en fait un très bon candidat pour remplacer ou accompagner une console près de votre téléviseur.

Alienware ne s'est autorisé que deux coquetteries : sa traditionnelle tête d'extraterrestre, apposée sur le bouton de mise sous tension, s'illumine de bleu lorsque la machine est en fonctionnement, alors que l'un des angles du boîtier est frappé du logo de Steam, qui prend la même teinte bleutée.

Alienware Steam Machine
Alienware Steam Machine

Discrète, cette Steam Machine l'est également du point de vue des nuisances sonores. Certes, en forte charge, elle se fait assez clairement entendre, mais la plupart du temps, la Steam Machine d'Alienware est suffisamment silencieuse pour trouver sa place dans le salon sans que l'on ressente le besoin de monter le son de manière exagérée ou, pire, de mettre un casque sur ses oreilles.

À défaut de casque, vous pouvez en revanche relier cette Steam Machine à votre ampli en utilisant sa sortie optique, si jamais vous n'avez pas d'ampli home cinema. Le boîtier d'Alienware est pourvu d'une sortie, mais aussi d'une entrée HDMI. Une connectique présente pour devancer les probables avancées en matière d'intégration de flux externe par Steam OS.

Alienware Steam Machine

Cette Steam Machine est équipée de quatre ports USB (deux ports USB 3.0 à l'arrière, deux USB 2.0 en façade) et d'un port Ethernet Gigabit. Selon les versions, vous retrouvez dans ce PC un module Wi-Fi 1x1 ou 2x2, tandis que le Bluetooth 4.0 est également supporté.

Le Steam Controller, livré avec la Steam Machine


Une connexion Bluetooth qui pourra vous servir à associer un clavier et / ou une souris sans fil, mais qui n'est, en revanche, pas utile à la liaison entre la Steam Machine et son accessoire associé, le fameux Steam Controller. Ce dernier est en effet connecté au PC d'Alienware via un protocole radio propriétaire pris en charge par un dongle USB placé sous le châssis du PC.

Nous n'allons pas débattre très longtemps de cette manette, dont nous avons déjà discuté lors de notre test du Steam Link. Sachez simplement que l'absence d'un deuxième champignon est troublante, que l'utilisation d'une zone tactile pour orienter la caméra demande un peu de pratique, et que, sans les profils concoctés par les utilisateurs (facilement accessibles sur Steam OS), on peut passer pas mal de temps à configurer cette manette pour en tirer le maximum.

De notre propre expérience, mieux vaut tabler sur les profils les plus utilisés : ceux-ci proposent généralement un réglage amélioré de la sensibilité de la zone tactile, ce qui sauve en partie l'expérience de jeu. Sans toutefois faire oublier un bon vieux champignon.

Alienware Steam Machine
Alienware Steam Machine
Modifié le 22/12/2015 à 16h51
Commentaires