Technologie : une mise au point sur l'HDMI

Alors que les téléviseurs Haute Définition fleurissent dans nos salons, une connectique qui devient incontournable : la prise HDMI. Présentes dans un nombre toujours croissant d'appareils comme les lecteurs Blu-ray, les disques durs multimédias ou les cartes graphiques, ces prises se comptent au nombre de 3, voire 4 ou 5 sur les téléviseurs les plus récents.

Mais en quoi consiste vraiment cette péritel d'un nouveau genre ? De quoi est-elle capable ? Grâce à quelques explications techniques, vous en apprendrez plus sur cette connectique. Au moment où les premiers appareils dotés de connectique compatible HDMI 1.4 arrivent, nous verrons également ce que cette nouvelle version implique et effectuerons un petit saut dans le passé afin retracer l'évolution de la norme.

Enfin, nous répondrons à quelques questions à propos des câbles HDMI : que faut-il acheter ? Les câbles plus onéreux valent-ils le coup ? Ceux compatibles avec la norme 1.3 sont-ils à jeter à la poubelle ? À travers quelques précisions concernant la longueur des câbles, le gainage ou encore les nouveautés qu'apportent l'HDMI 1.4, nous tenterons de vous guider dans vos recherches.

Prise HDMI

Sommaire :

Une connectique en remplace une autre


Peritel
La plupart d'entre-vous ont probablement connu (et connaissent encore, pour certains) la bonne vieille prise péritel, ou SCART. C'est elle qui faisait transiter les signaux audio et vidéo de votre téléviseur vers vers votre magnétoscope ou votre lecteur DVD, et réciproquement. Avec l'arrivée des écrans plats et des signaux numériques, cette connectique est devenue insuffisante ; il lui fallait une remplaçante, capable de faire transiter un son et une image plus précis en un signal numérique. Ainsi est née, un jour de décembre 2002, la connectique HDMI qui, depuis, continue de remplacer peu à peu la péritel dans nos chaumières numériques.

De quoi se compose une prise HDMI ?


L'HDMI, c'est d'abord un gain de place par rapport à la péritel : la prise est nettement plus petite. Composé de 19 broches, elle a été mise au point conjointement par Sony, Hitachi, Silicon Image, Philips et Toshiba. La transmission des informations s'effectue au travers de câbles de cuivre blindés, comme c'est le cas sur un câble Ethernet (il existe toutefois des câbles HDMI optiques, mais leur prix ne les destine pas au grand public). Il en existe trois types :
  • le type A, le plus répandu, destiné aux appareils comme le téléviseur ou le lecteur Blu-ray ;
  • le mini-HDMI, qui se trouve sur des caméscopes, des appareils photo ou d'autres périphériques mobiles ;
  • le troisième type de prise HDMI est le B, qui offre des débits supérieurs à ceux de l'HDMI de type A. Composés de 29 broches, ces connecteurs sont utilisés pour afficher des signaux vidéo dont la définition dépasse celle du Full HD. Nous verrons plus loin que ce classement a sérieusement été remis en cause par l'arrivée de la nouvelle norme.

Connecteur
   
Schéma

Un signal protégé numériquement


Verrou DRM
Difficile de définir les formats pris en charge par la norme HDMI, puisque ces derniers sont toujours plus nombreux à mesure que la norme évolue, nous le verrons en page suivante. En revanche, un élément reste présent des débuts de l'HDMI jusqu'à nos jours : le système de protection HDCP. Conçue par une filiale d'Intel, la High-bandwidth Digital Content Protection est un verrouillage numérique qui rend impossible la lecture ou dégrade la qualité d'un média protégé si l'ensemble de la chaîne de lecture n'est pas certifiée HDCP. Autrement dit, de la source à votre téléviseur, tous les éléments doivent être compatible HDCP sous peine de ne pas pouvoir visionner votre Blu-ray, par exemple. Cette protection est inséparable de la norme HDMI dont elle fait partie intégrante, comme l'ont souhaité les majors du cinéma.

Modifié le 26/09/2017 à 16h51
Commentaires