USB 3.0 : Clubic fait le point

Logo SuperSpeed USB
C'est dans les années 1990 qu'une nouvelle interface apparaît sous le nom d'USB ou Universal Serial Bus. Visant à remplacer les vieillissant ports parallèle et ports série, l'USB se développe assez lentement. Il faudra attendre l'une des ultimes révisions de Windows 95 pour profiter de la prise en charge de l'USB... avant que Windows 98 ne le gère nativement. Dans sa première implémentation, l'USB affiche un taux de transfert médiocre : 12 Mbps.

Même pour l'époque, c'est très faible et cela ne permet pas d'échanger de gros volume de données. Bilan, l'USB se cantonne à ses débuts aux périphériques lents ou n'ayant pas un gros besoin de bande passante. Les souris sont les premières à bénéficier de la connectique USB : il faudra attendre pour que petit à petit l'USB se développe et soit utilisé par les claviers, les manettes de jeu et les webcams notamment, sans oublier les modems.

Malgré une évidente limitation en terme de débit, l'USB séduit dès le départ par... sa simplicité ! Alors qu'à l'époque des ports série et ports parallèle il fallait configurer manuellement les ports en fonction du dispositif relié, ici il n'en est plus question. Mieux... avec l'USB il devient possible, via un système de hubs, de chaîner les périphériques : on peut en utiliser jusqu'à 127 !

C'est au tout début du millénaire qu'apparaît la seconde version de la norme USB, l'USB 2.0. Le succès est immédiat et l'USB est dorénavant une norme incontournable utilisée partout et par tous. À tel point qu'Apple en abandonnera le FireWire pour ses iPod ! Avec l'USB 2.0, le débit autorisé passe de 12 Mbps à 480 Mbps. Assez pour que les disques durs, caméras, baladeurs numériques, scanners, imprimantes, et autres dispositifs basculent tous vers cette nouvelle norme qui a le bon goût de rester entièrement compatible avec les périphériques USB de première génération.

Aujourd'hui, l'USB s'apprête à vivre une nouvelle ère avec l'arrivée de la norme USB 3.0. Toujours portée par l'USB-IF (le forum des promoteurs de l'USB), la version 3.0 de la norme propose pour principale nouveauté des débits supérieurs. Alors que les 480 Mbps de l'USB 2.0 commençaient à se montrer justes, notamment pour les derniers disques durs ou clés USB, le passage à l'USB 3.0 devrait donner un coup de fouet non négligeable aux taux de transfert ! Tour d'horizon de cette nouvelle mouture de l'USB : ses avantages, sa mise en œuvre, son intégration dans les systèmes existants et ses performances.

USB


USB 3.0 : un débit annoncé dix fois supérieur !


En développement depuis de longues années, l'USB 3.0 offre pour caractéristique majeure face à l'USB 2.0, un débit largement supérieur. La bande passante maximale autorisée passe en effet de 480 Mbps, soit environ 60 Mo/s, à 4,8 Gbps ! Résultat, le débit autorisé avec un périphérique USB 3.0 peut donc atteindre les 600 Mo/s. Il s'agit ici du mode de transfert le plus rapide dit « SuperSpeed ». Précisons que la bande passante maximale théorique de 4,8 Gbps s'entend par host : elle est donc partagée entre certains périphériques.

Comme c'était le cas avec l'USB 2.0, les contrôleurs USB 3.0 se doivent d'être compatibles avec les périphériques USB 2.0, et donc de prendre en charge le mode « High Speed » de l'USB 2.0 correspondant à un débit de 480 Mbps.

Sommaire :
Modifié le 12/07/2012 à 09h56
Commentaires