le dimanche 25 novembre 2007

Live Japon: très haut-débit, moins cher que gratuit

Voici, comme chaque semaine un nouveau reportage en direct du Japon, réalisé grâce à notre correspondante permanente sur place : Karyn. Présente dans la célèbre ville de Tokyo, Karyn nous propose donc de nous faire vivre l'actualité high tech de ce côté-ci du globe. Dépaysement garanti !

Live Japon - Très haut débit
Il y a quelques années, on appelait « autoroutes de l'information » les réseaux de données à haut-débit. Pour filer la métaphore, on peut aujourd'hui affirmer que le Japon vient d'amorcer un nouveau tournant pour continuer de faire la course en tête au plan mondial : en effet, d'ici quelques mois, le nombre d'abonnés japonais à Internet par une liaison en fibre optique directe (FTTH) dépassera le total de souscripteurs à une offre par technologie sur ligne téléphonique en ADSL, un mode d'accès en voie de recul au Japon.

Un point sur le développement


A la fin de l'année budgétaire en cours (c'est-à-dire en mars 2008), on comptera au Japon 30,33 millions de foyers accédant à internet par une liaison à haut-débit, soit une augmentation de 3,89 millions en un an, selon l'institut de recherches spécialisé Yano. Le nombre de souscripteurs à une offre par fibre optique (FTTH) s'élevera alors à 13,13 millions (+4,33 millions en un an) tandis que celui des abonnés à un service ADSL aura régressé de 720.000 en un an à 13,29 millions. Quant aux abonnés à internet par câble, ils seront en mars 2008 au nombre de 3,90 millions, en augmentation de 280.000 par rapport à fin mars 2007. Vous suivez ? Mi-2008, les courbes d'abonnés FTTH et ADSL se croiseront. Celle représentant les souscriptions FTTH passera au-dessus de celle de l'ADSL, laquelle a atteint son pic mi-2006 avec près de 14 millions de foyers abonnés mais ne cesse de régresser depuis au profit de la fibre.

Le nombre d'abonnements à une offre par fibre optique directe augmente actuellement à un rythme de plus de 4 millions par an, une cadence qui devrait être maintenue au cours des deux prochaines années. Le Japon compte près de 50 millions de foyers, dont près 94% sont couverts par le haut-débit (par fibre, ADSL ou câble). A ce jour 80% des foyers peuvent d'ores et déjà potentiellement s'abonner à un service d'accès à internet par fibre optique directe, une proportion que le gouvernement souhaite voir passer à 90% d'ici 2010, seules les zones les plus reculées du pays devant alors se contenter d'une autre technologie à haut-débit. Car le gouvernement n'en démord pas : en 2010, quelle que doit la technologie (câble, fibre ou ADSL), 100% des foyers devront être couverts par un réseau à haut-débit. Et selon les dernières prévisions publiées par l'institut Yano (lequel a toujours vu juste jusqu'à présent), en mars 2013, le nombre d'abonnés par fibre devrait être de 30,23 millions et celui de l'accès ADSL aura chuté à 7,54 millions. Au total, le nombre d'abonnés à internet par une technologie à haut-débit (fibre, ADSL, câble ou autre), frôlera alors les 43 millions.

Live Japon - Très haut débit
Live Japon - Très haut débit


Des offres alléchantes !


Du fait de performances techniques nettement supérieures à l'ADSL, du déploiement rapide des infrastructures optiques dans tout le Japon, d'une concurrence accrue et d'offres tarifaires très incitatives, la fibre optique directe (FTTH), à un débit bidirectionnel de 100 mégabits par seconde (Mbit/s), devient en effet presque irrésistible. Les abonnés ADSL qui habitent dans une zone couverte par la fibre n'hésitent pas à migrer pour obtenir un accès plus rapide et une offre de services plus large, compte tenu d'une différence de prix très faible. Tous les jours ou presque, on trouve dans sa boîte à lettres, entre autres innombrables publicités de plus ou moins bon goût, des offres d'accès à internet par fibre (FTTH) avec une surenchère permanente en termes de prix. "Gratuit" annonce l'un, "moins cher que gratuit", proclame l'autre. Exemple, aujourd'hui même, l'auteur de ces lignes (déjà abonnée à la fibre, service compris dans les charges locatives), a extirpé de sa boîte à lettre la dernière offre en date de l'opérateur historique privatisé NTT: « deux mois d'abonnement avec le fournisseur d'accès à internet (FAI) de son choix + travaux de raccordement + 4 mois service spécial de sécurité antivirus = Zéro yen (gratuit) ». On peut même y ajouter un essai offert de deux mois à "Gyao NEXT", un service de vidéo à la demande (VOD) via un terminal dédié qui se raccorde directement à la TV (on n'est pas obligé de mâter les films sur son PC).

Live Japon - Très haut débit


KDDI, qui a aussi déployé son propre réseau de fibres et repris les infrastructures optiques de la compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco), nous déverse aussi des pelletées de prospectus du même acabit plus souvent qu'à son tour. Et ce n'est pas tout. Lorsque l'on écume les hypermarchés de l'électronique, le harcèlement continue. On tombe ainsi sans arrêt nez-à-nez avec des panneaux dressés sur le passage vantant la dernière promotion de tel ou tel fournisseur d'accès (la plupart s'appuient sur le réseau physique de NTT mais proposent divers services et contenus différents sur abonnement mensuel).

Live Japon - Très haut débit


Le plus souvent, ces offres permettent d'obtenir un iPod moitié prix, un Walkman Sony ou une console de jeux portable Nintendo DS gratuite ou encore une Wii pour un prix dérisoire, en échange d'un abonnement. Bref, le tout est archi-tentant, y compris si l'on est déjà abonné par ADSL, puisque sur le plan du prix, la différence est infime, quand elle existe.

Live Japon - Très haut débit
Live Japon - Très haut débit


Concrètement, combien coûte un abonnement FTTH au Japon : à ce jour, les tarifs vont de 4500 yens par mois, soit 28 euros (pour un accès internet simple, sans combiné téléphonique IP, sans terminal de VOD pour TV, dans un immeuble collectif), à 9.500 yens par mois, soit 59 euros (avec téléphone IP et terminal VOD pour TV et location illimitée de films et autres programmes vidéo dans une maison individuelle). Ce sont là les tarifs hors-promotion. Or ils ne sont généralement pas appliqués puisque les campagnes de rabais sont incessantes que les réductions consenties peuvent diviser ces prix de référence par trois ou quatre, sur plusieurs mois. A vrai dire, on a toujours un mal fou à connaître le prix réel qu'on va débourser avant de recevoir sa facture, du fait de la complexité absolument incompréhensible des offres et options. A noter que pour l'ADSL, il faut compter de 2.400 yens à 6.000 yens par mois (15 à 37 euros) en fonction des options retenues.

Selon l'Union internationale des Télécommunications (UIT), le Japon est de facto le pays où le prix de l'accès à internet rapporté au débit est le plus faible, et ce depuis plusieurs années. Selon le rapport de l'UIT pour l'année 2006, le tarif du kilobit par seconde (kbit/s) était de 0,07 dollar au Japon, 0,14 dollar en Hollande, 0,23 dollar en Suède, 0,36 dollar en France, 0,51 dollar en Allemagne, 0,63 dollar en Grande-Bretagne et et 0,49 dollar aux Etats-Unis.

Des performances appréciables


Tout le monde sait toutefois que débit théorique et vitesse réelle sont des notions bien différentes. Reste que même si l'accès à internet par fibre varie évidemment en fonction des sites visités et de leur localisation, il est de toute façon beaucoup plus confortable qu'une liaison ADSL. Le chargement des pages est généralement immédiat. Le téléchargement d'albums complets achetés sur la boutique en ligne iTunes Store d'Apple se fait en quelques secondes. Mais outre cette rapidité en réception, le plus appréciable par rapport à l'ADSL concerne le débit en émission qui est identique à celui offert en voie descendante et non pas divisé par 100. Pas de problème donc pour envoyer des vidéos volumineuses (plusieurs centaines de mégaoctects par fichier) vers un serveur de partage (à condition que celui-ci ne soit pas à la peine pour les accepter).

Live Japon - Très haut débit
Live Japon - Très haut débit


La rapidité d'adoption de la fibre au Japon n'est toutefois possible que parce que NTT et KDDI investissent des budgets faramineux (des dizaines de milliards d'euros) dans le déploiement de leurs réseaux. Le ministère des Télécommunications, qui fait office d'autorité de régulation, les pousse sans arrêt en ce sens.

NTT est en outre en train d'achever la construction d'une infrastructure entièrement optique et intégralement sous protocole internet (IP), généralement appelée dans le jargon NGN (new generation network, ou réseau de nouvelle génération). Il prévoit de migrer progressivement ses clients sur cette infrastructure de pointe à partir de mars 2008. Il espère compter entre 20 et 30 millions de foyers raccordés et abonnés à ce nouveau réseau national en 2010. A la clef un débit mieux assuré, une qualité de service (QoS) contrôlée et garantie, une sécurité renforcée et une flopée de services nouveaux ou notablement améliorés par rapport aux actuels services sur fibre. La structure mise en place s'appuie sur des technologies en partie conçues en interne, sur toutes les couches du réseau. NTT exploite notamment des commutateurs optiques, des fibres souples de sa fabrication, des systèmes d'authentification maison, des outils de contrôle de flux ou des plateformes de diffusions de contenus en haute-définition (HD) en partie élaborés par ses chercheurs.

Live Japon - Très haut débit
Live Japon - Très haut débit


L'opérateur effectue des tests grandeur nature de nouvelles fonctionnalités depuis fin 2006 avec des foyers volontaires, en partenariat avec une vingtaine de fournisseurs de technologies (NEC, Sony, Hitachi, Matsushita) ou des éditeurs de contenus et services. Le tout vise à optimiser des services existant ou en proposer de nouveaux pour les professionnels (visioconférence en haute-définition, télémédecine, sortes de talkie-walkie vidéo...), pour les loisirs personnels (visiophone HD, télévision hd-interactive, convergence des télécommunications fixes et mobiles) et divers autres activités (sécurité robotisée, assistance aux personnes, secours, télésurveillance, télémaintenance, télémédecine). En attendant de profiter de toutes ces améliorations qui seront d'abord proposée début 2008 dans les agglomérations les plus peuplées de Tokyo (est) et Osaka (ouest), on peut d'ores et déjà acheter auprès de NTT un robot de surveillance à domicile spécifiquement conçu pour donner un avant-goût des futurs services.

Live Japon - Très haut débit
Modifié le 13/12/2010 à 16h47
Commentaires