Pour Microsoft, Windows 7 est potentiellement dangereux

Que ne ferait pas Microsoft pour encourager un maximum de personnes à migrer vers Windows 10 ? Récemment un porte-parole a choisi de tirer la sonnette d'alarme concernant Windows 7.

Le 13 janvier 2015, Microsoft a abandonné le support technique principal de Windows 7. Cela signifie qu'il n'y aura plus de corrections fonctionnelles ou de Service Pack publiés par Microsoft. En revanche, jusqu'en 2020, le système continuera de recevoir des correctifs de sécurité dans le cadre du support étendu.

Sans doute pour éviter un phénomène semblable à celui de Windows XP - dont la part de marché était à plus de 30% à la fin du support étendu - il semblerait que Microsoft ait choisi de tirer dès à présent la sonnette d'alarme. En effet, invité sur le podcast Windows Weekly, Chris Capossela, directeur marketing de Microsoft, a affirmé que les utilisateurs ayant choisi de rester sur Windows 7 devaient le faire « à leur propre risque et péril ».

« Nous sommes vraiment inquiets lorsque des gens utilisent un système d'exploitation âgé de 10 ans et avec lequel la prochaine imprimante qu'ils achèteront ne fonctionnera pas très bien », affirme l'homme. Il ajoute que les nouveaux jeux de type Fallout 4 risquent également de poser des problèmes de compatibilité.

M. Capossela affirme : « Nous encourageons nos partenaires logiciels et matériels à concevoir de nouvelles choses géniales en tirant au maximum parti de Windows 10 mais qui rendent d'emblée les anciens produits vraiment mauvais en comparaison, et c'est sans parler des virus et des problèmes de sécurité ».

Reste que ces propos auront certainement du mal à convaincre les utilisateurs. Windows 7 est un système globalement très apprécié. Après les déboires de l'interface de Windows 8.x, pour Windows 10, Microsoft a d'ailleurs insisté sur une ergonomie très proche de Windows 7, c'est-à-dire avec un menu Démarrer. Pour Microsoft, l'enjeu est notamment de migrer un maximum de sociétés vers son nouvel OS.

Windows 7

Selon les chiffres de Net Market Share, à l'heure actuelle, Windows 7 disposerait d'une part de marché de 55,69%. Autant dire que le système est encore très largement pris en charge par les fabricants de périphériques qui lui dédient systématiquement une série de pilotes compatibles. Et ce n'est, bien entendu, pas une mise à jour vers Windows 10 qui rendra les composants du PC d'emblée compatibles avec un jeu vidéo de dernière génération.

Enfin en termes de sécurité, les correctifs seront encore déployés pendant des années. Interrogé par nos soins en avril 2014 sur un éventuel parallèle entre Windows XP et Windows 7, Bernard Ourghanlian, directeur technique de Microsoft France, affirmait que les choses étaient bien différentes, notamment au regard de la compatibilité logicielle.

Je pense qu'il est nécessaire de re-contextualiser les choses. Windows XP est sorti en juillet 2001. Cela signifie qu'il a été conçu en 1997-98-99. A cette époque l'Internet n'était pas du tout répandu. Les menaces potentielles étaient très différentes.

Le retrait de Windows XP n'est pas seulement commercial. C'est surtout qu'aujourd'hui nous n'arrivons plus à le protéger. Si nous souhaitions faire les choses convenablement, il faudrait changer complètement le noyau. Windows Vista et 7 ont été conçus dans l'ère d'Internet. Ils disposent d'un nouveau noyau et nous avons très consciemment cassé la compatibilité des applications.

D'ailleurs, au final, ce sont les applications qui constituent le cœur du problème avec Windows XP, que cela soit pour l'entreprise ou le consommateur. Cela nous a permis de mettre en place de meilleurs dispositifs de défense et aujourd'hui nous avons une logique de compatibilité logicielle très importante entre Windows 7, Windows 8 ou Windows 8.1.


A lire également :
Modifié le 07/01/2016 à 15h07
Commentaires