le vendredi 04 mars 2016

Pour l’ONU, affaiblir iOS pourrait mettre des vies en danger

Les Nations-Unies s’inquiètent de la tournure que prennent les débats entre Apple, le FBI et les autorités américaines. L’organisme chargé de veiller à la protection des droits de l’Homme juge qu’affaiblir la sécurité des smartphones aura de lourdes cons

Pour l'ONU, obliger les constructeurs de smartphones à autoriser plus facilement l'accès aux données contenues dans les terminaux aux autorités est dangereux. Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme estime que les Etats-Unis sont sur une pente glissante et que leur attitude pourrait avoir des conséquences dans d'autres pays.


Zeid Ra'ad Al Hussein, Haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, explique que si le FBI remporte sa bataille contre Apple, ce type d'accès aux informations personnelles pourrait représenter un « don pour les régimes autoritaires ». Il ajoute « les autorités risquent d'ouvrir la boîte de Pandore, ce qui aurait des conséquences très dommageables pour la préservation des droits de l'homme de millions de personnes, et aura des implications sur leur sécurité physique mais également financière ».

Pour les Nations-Unies, il existe donc une autre voie pour que le FBI et Apple s'entendent. Le responsable met en effet en avant la nécessité de déployer des systèmes de chiffrement informatique et de renforcer l'anonymat en ligne.

Haut Commissariat droits de l'homme

C'est pourquoi le responsable suggère aux autorités de prendre des mesures proportionnées aux événements. La question est en effet centrale dans la mesure où le cas américain pourrait créer un précédent poussant la plupart des entités étrangères à demander de tels accès à Apple. A ce sujet, Zeid Ra'ad Al Hussein demande à ce que soit mis en balance d'un côté la nécessité de résoudre un « horrible crime » avec le risque d'entraîner « une multitude de crimes à travers le monde ».

A lire également
Modifié le 04/03/2016 à 16h59
Commentaires